TRUMP A L’ORIGINE D’UNE VRAIE VACHERIE

En pleine forme, elles avaient par milliers leurs billets, leurs visas, leurs robes aux taches noires ou marron sur fond blanc. Elles étaient fins prêtes pour le grand départ. En 2017, des copines du bocage normand avaient d’ailleurs déjà fait un voyage de repérage gourmand couronné de succès qui s’annonçait prometteur et même juteux. A tel point que le pays d’accueil, l’Iran, était prêt à payer leur venue au prix fort. Au vu de leurs qualités reconnues et de leur impressionnant palmarès de médailles de concours, elles comptaient de leur chair grasse et de leurs purs produits laitiers dérivés, alimenter la filière bovine en terre éloignée des vertes prairies. Elles se voyaient déjà gambadant visitant Téhéran. Mais elles ont été trumpées !
10.000 voire 20.000 créatures de rêve normandes qui font meuh l’ont un peu verte. Mais reconnaissons que dans cette affaire, les plus déçus sont bien entendu les éleveurs qui crient haro sur le Donald.
Car la cause n’est autre que le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire, et les sévères sanctions économiques américaines rétablies mardi.
Une fraîche photo de vaches normandes viendra sous peu se glisser sous le pis du titre de cette chronique alimentaire qui illustre les travers d’une guerre commerciale qui fait un foin terrible. Vous constaterez alors le profond dénuement de ces dernières à défaut de découvrir les tristes mines de nos éleveurs qui perçoivent très mal ce coup de corne préjudiciable.
Un coup vache qui sanctionne un secteur de notre agriculture bien élevé.
Or Tout est bon dans la vache normande. Une race bien française ! Lire la suite

GALION ET ILLUSION D’OPTIQUE

Photo :AWI/PG


Nous aurions tant aimé vous convaincre que la fidèle réplique du galion espagnol amarré dans le port de Honfleur lors de l’une de ses escales, se trouvait, contre toute attente, doté d’une gigantesque roue à aubes. Mais cette image sans aucun trucage, n’est en réalité qu’une illusion d’optique, due à la proximité de la grande roue, une attraction type fête foraine qui apparaît en arrière plan. Jusqu’où va l’imagination via une perception visuelle ! Il n’est cependant pas inutile de rappeler qu’une grande roue figure dans les journaux de voyages de Peter Mundy, un navigateur et voyageur britannique du XVIIe siècle, originaire de Penryn en Cornouailles. On retiendra également au passage que la roue à aubes fût l’une des premières formes de propulsion mécanique pour bateau. En Chine, vers le Xe siècle, la dynastie Song était d’ailleurs parvenue à assurer sa suprématie navale grâce à la rapidité de ses bateaux à roue à aubes. Un mode de propulsion qui allait laisser place aux hélices, même si par le passé, certains bateaux combinèrent bel et bien voiles et roues à aubes. L’occasion pour AWI de présenter ses excuses à celles et ceux qui attendaient de pied ferme l’interview de Majo Fernández Blasco, la capitaine d’El Galeon Andalucia, que nous n’avons, à notre grand regret, pas eu la possibilité de rencontrer pour cause d’itinérance. Une caractéristique propre à tout navigateur qui semble ainsi pouvoir apparaître ou disparaître en se servant de l’horizon comme d’un rideau d’une scène de théâtre. D’où la nécessité d’en appeler au capitaine Haddock pour illustrer une déception partagée : « Tonnerre de Brest ! Mille milliards de mille sabords ! ». Le premier qui parle de sabordage se verra infliger la peine des galères. Lire la suite

EN FRANCE UN PARC DE LOGEMENTS OBJET DE GRANDES VACANCES

Avec 67 186 638 habitants au 1er janvier 2018, et 35,2 millions de logements (hors Mayotte), en dehors des locaux d’hébergements dans les résidences offrant des services spécifiques, la dernière enquête de l’Insee livre des réalités qui expliquent ce peut apparaître, au premier regard, contradictoire.
Entre 2010 et 2015, la France s’est enrichit de 374.000 logements par an, ce qui représente l’équivalent du parc de logements d’un département comme le Haut-Rhin.
En 2015, 29 millions de logements étaient des résidences principales.
Si avant 2010 leur part dans le nombre total de logements augmentait, entre 2010 et 2015, elle a diminué de 0,9 point.
Clé de l’augmentation du parc de logements, la résidence principale ne contribue plus que pour les deux tiers à cette croissance, alors que leur part  atteignait 86% entre 1990 et 1999.
Plusieurs facteurs expliquent cette tendance du parc de logements.
Tout d’abord, l’augmentation du nombre de résidences secondaires ou occasionnelles mais aussi le nombre de logements vacants.
Avec 2,8 millions de logements en état de vacance, ces derniers représentaient en 2015 pas moins de 8,0% du parc global. Une proportion qui n’a cessé d’augmenter au cours des années. Ce qui interpelle également, ce sont les données relatives au  rythme de vacances de logements qui a augmenté depuis 2010 au rythme de + 3 ,4% par an.  Il est  également vrai  que ce phénomène est plus marqué dans les villes centres qu’en périphérie.  Bien entendu, à Paris où la demande dépasse largement l’offre, mais aussi  dans de grande villes où le marché de l’immobilier est tendu, le phénomène de vacance est nettement moins important sans pour  autant être inexistant.
L’enquête Insee, révèle  également une  situation qui apparaît  contradictoire. En effet, entre 2010 et 2015, le parc de logements a augmenté au rythme moyen de 1,1 % par an, soit 2,2 fois plus rapidement que la population.  Autant d’informations qui soulèvent de nombreuses questions et méritent quelques explications. Cliquez ici pour consulter la chronique audio

COREE DU NORD ET COREE DU SUD S’ACCORDENT POUR LANCER LA PAIX


Il est encore trop tôt pour affirmer que le plat de nouilles froides préparé selon la recette Pyongyang, la plus réputée, sera avec le véritable hamburger made in USA, au menu de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un prévue fin mai début juin.
Mais il faut reconnaître que depuis les JO d’hiver de PyeongChang, le leader Nord-coréen met les petits plats dans les grands ,  contribuant ainsi à détendre très nettement  l’atmosphère.
Le dernier sommet intercoréen est en effet venu confirmer une montée en neige de déclarations pacifiques que personne n’imaginait possible au vu du climat délétère généré par les inquiétants lancements de missiles balistiques et  essais nucléaires. Comment oublier que ces derniers avaient porté à ébullition les tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, sur fond d’invectives guerrières, allant jusqu’à créer de sérieux remous à l’échelle planétaire ? Mais  c’était sans  compter  sur  un changement  radical de politique et de vision de l’avenir !
Plusieurs déclarations de Kim et de Moon permettent de considérer qu’il devrait être possible de passer à table dans une ambiance détendue et réchauffée.
Bien d’autres signes encourageants marquent un tournant saisissant concernant les relations entre les deux Corées en guerre depuis le début des années 50. L’alignement dés samedi prochain du fuseau horaire du Nord sur celui du Sud, les 30 minutes séparant le temps de Pyongyang et de Séoul instauré en 2015 par Kim, n’ayant plus de raison d’exister selon les propres termes du leader de la République populaire de Corée du Nord. A cela s’ajoute le désormais possible rapprochement des familles au sein de la péninsule.
Quant à l’opération de dénucléarisation complète annoncée par Kim Jong-un avec lancement d’invitations aux experts et journalistes américains et sud-coréens à l’occasion de la fermeture du site d’essais nucléaires en mai, elle a tout pour plaire à la communauté internationale qui se verra conviée au processus de démantèlement des installations.
De quoi donner au prochain sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un un parfum de paix retrouvée, le dessert de cette rencontre historique réservant sans nul doute quelques surprises dont la Corée du Nord a le secret. Lire la suite

L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE SE COLLE A L’X

Avec l’annonce faite aujourd’hui du lancement en septembre d’une chaire internationale dédiée à l’intelligence artificielle, Google France ne s’y trompe pas ! Et en se rapprochant de L’École polytechnique, l’une des plus prestigieuses grandes écoles de France créée en 1794 pour constituer un pôle d’excellence résolument tourné vers l’avenir, ces deux prestigieuses entités font conjointement un choix qui se passe d’explications algorithmiques. Cette initiative intéressante se traduira par le soutien d’une formation baptisée « “Artificial Intelligence & Visual Computing” qui s’appuiera sur un programme de bourses destinées aux étudiants de l’X.
L’information qui n’a rien de virtuel témoigne de l’intelligence à l’état pur des acteurs de ce gros porteur membre de la famille GAFA et de l’Ecole Polytechnique. Elle coïncide en effet avec la présentation par Emmanuel Macron d’une stratégie axée sur l’intelligence artificielle issue du rapport établi sous la direction du député La République en marche Cédric Villani.
L’écosystème scientifique français trouve à travers cette union entre un leader des technologies d’avenir et une élite appelée à en découdre une piste de développement de haut niveau qui ne pourra que favoriser l’émergence d’une génération de jeunes talents amenés à créer les métiers numériques de demain.
AWI qui s’est à plusieurs reprises fait l’écho des perspectives encourageantes générées par l’exploitation de l’intelligence artificielle dans de multiples domaines : travail, éducation, communication, automobile, santé… reviendra sous peu sur ce qui constitue le pilier du progrès en ce XXIe siècle.
L’occasion de s’intéresser également au rapport qui définit une ambitieuse stratégie de conquête qui a notamment pour objectifs de permettre à la France de jouer un rôle majeur dans le domaine de l’intelligence artificielle, mais aussi de faire en sorte que cette dernière apporte aux hommes et femmes à l’échelle nationale comme planétaire des services aussi attendus qu’inattendus. Lire la suite

APRES LES EFFETS D’HIVER DEBUT DES DEFILES DES COLLECTIONS PRINTEMPS

A peine sorti de l’agression d’un froid sibérien qui a rendu pénible la situation de bien des actifs en cette fin d’hiver globalement maussade, nombreux sont ceux qui vont se réveiller en ce deuxième jour de printemps frappés par l’arrivée de nouvelles collections de perturbations, d’un tout autre ordre.
Y a t’il lieu d’être surpris ?
A en croire les Cassandre pas vraiment.
Toujours est-il qu’en ce jeudi 22 mars, les manifestations et grèves organisées par divers syndicats trouvent selon les intéressés leur justification sur fond de désapprobation que suscitent différentes mesures adoptées ou en phase de l’être par l’exécutif.
Et comme on aime toujours faire référence à des évènements marquants de notre histoire, certains sont tentés de voir à l’heure du 50e anniversaire de mai 68, un signe prémonitoire qui pourrait se traduire par un possible remake des mouvements contestataires qui avaient à l’époque paralysé le pays.
Bien que beaucoup de choses aient changé depuis cette mémorable époque, qu’il ne soit plus nécessaire de trouver une cabine téléphonique ou un téléviseur pour suivre les raisons de la colère, on peut s’interroger sur le rôle que pourraient jouer les réseaux sociaux pour mobiliser les foules. Quel que soit le jugement porté sur les revendications et manifestations, faut-il craindre aujourd’hui leur risque de propagation et de montée en puissance ?
Rien n’est moins sûr ! Lire la suite

EN DEPIT DE LEUR APPARENCE LES CRYPTO-MONNAIES SONT PRISES AU SERIEUX

Le 12 décembre dernier, sous le titre « Bitcoin : qu’est ce qu’elle ma gueule ? » une chronique s’arrêtait sur la fulgurante ascension de cette cryptomonnaie qui semblait devoir aller de record en record en termes de valorisation. Le Bitcoin avait alors franchi la barre des 11 000 USD, contre un cours à près de 1 000 USD en janvier, soit une appréciation de plus de 1 000 % sur l’année.
Une situation qui avait conduit AWI à poser la question :
« Le Bitcoin serait-il devenu à la finance internationale ce que l’Internet est à la mondialisation de l’information et de la communication ? »
Ensuite, à la veille des fêtes de fin d’année, une seconde chronique intitulée : « Vous prendrez bien un Bitcoin pour la route 2018» se raccrochait aux dernières données économiques, la France confirmant avoir atteint un taux de croissance supérieur aux attentes et surtout réconfortant au vu de la morosité ambiante qui avait pu régner au cours des années précédentes. Mais le Bitcoin allait enregistrer un coup de mou !
Aujourd’hui, si cette crypto-monnaie est certes descendue des sommets atteints en 2017, elle n’a visiblement pas perdu de son intérêt. Lire la suite

AWIK-END MUSIC WITH YOUN SUN NAH

Il y a des moments où certains évènements d’une actualité brûlante prennent le dessus. Comme on aime à le rappeler  :  » Il faut savoir se réjouir des bonnes nouvelles ». En acceptant l’invitation du leader nord-coréen, transmise jeudi par une délégation de Corée du Sud à la Maison-Blanche, le président américain remporte une bonne note et calme une tension qui devenait palpable au niveau mondial. La rencontre entre Kim-Jong-un et Donald Trump devrait avoir lieu d’ici le mois de mai sans qu’on sache encore où. Pour avoir clairement misé dans plusieurs chroniques sur le potentiel diplomatique que pouvaient représenter les JO d’hiver de PyeongChang qui ont notamment permis le rapprochement des deux Corées sur fond de mondialisation du sport, cet Awik-end music se devait de faire écho à une voix coréenne orientée jazz. Après avoir consacré, le 18 février dernier, ce temps musical à Hyon Song-wol, chanteuse nord-coréenne, c’est Youn Sun Nah chanteuse sud-coréenne qui vient cette semaine ponctuer un apaisement des tensions dans la péninsule qui résonne bien au-delà de l’Asie orientale. Cette chanteuse Coréenne est pour le moins surprenante pour ne pas dire suffocante. Un vrai phénomène sachant user des pouvoirs du scat, aussi bien que le faisait avant elle Ella Fidgerald. En la voyant et en l’écoutant, il vous faudra prendre une profonde respiration et retenir votre souffle. Surtout avec ce morceau « Momento magico » où elle livre entourée d’excellents musiciens, une prestation vocale de très haut niveau. Un talent qu’elle doit certainement en partie à un père chef de chœur et à une mère actrice de comédies musicales. En 1995, Youn Sun Nah avait choisi Paris puis Beauvais pour étudier la musique et le chant. De bons choix qui lui ont permis de recevoir de nombreux Prix, allant même en marge de ses albums et concerts jusqu’à se voir remettre le titre de Chevalier des Arts et des Lettres. Une véritable partition de vie rythmée qui ne manque pas de voyager entre Paris et Séoul. En 2012, le gouvernement coréen lui avait décerné un prix spécial pour sa contribution à la culture populaire et aux arts.
Au printemps 2013, la sortie de son troisième album pour le label ACT, intitulé Lento, avait donné lieu à une nouvelle tournée internationale en France, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord. On en peut qu’encourager Youn Sun Nah à poursuivre son swing parcours propre à créer l’enchantement et encourager la paix. Cliquez ici pour consulter la séquence vidéo

ALLEMAGNE, ITALIE, COREE DU NORD, USA, RUSSIE : QUINTE DE LA SEMAINE

Les noms qui apparaissent dans le titre de cette chronique sont ceux qu’il vous fallait cocher cette semaine sur votre grille de jeu pour avoir la chance de remporter le quinté de l’actualité.
Concernant l’Allemagne, force est de constater qu’il aura fallu plus de cinq mois après les élections législatives pour savoir si oui ou non la chancelière Angela Merkel parviendrait à former autour d’elle cette grande coalition la désignant du même coup pour un quatrième mandat, beaucoup d’incertitudes ayant alimenté les pronostics sur ses chances de victoire.
Quant à l’Italie, considérée comme le troisième cheval de bataille de l’Union européenne, elle se retrouve dans ce qu’on nomme un imbroglio qui dans la langue de Sénèque comme de Molière veut qu’il s’agisse d’une situation confuse et d’une grande complexité, autrement dit d’une affaire embrouillée. La coalition de droite formée autour de Forza Italia de Silvio Berlusconi est donnée en tête, devant le Mouvement anti-système Cinq Etoiles (M5S), qui opère une percée spectaculaire et devient ainsi le premier parti politique italien.
De plus, à l’ère de la mondialisation et alors que rien ne vous échappe, la Corée du Nord s’est trouvée samedi prise de court en raison de l’invitation lancée par Donald Trump à Kim-Jong-un, sans tweet glacé ajouté.
Cela dit, Donald Trump avait déjà fait très fort avant le week-end en affirmant que les guerres commerciales étaient de bonnes guerres et en annonçant dans la foulée des mesures protectionnistes visant sans délai la taxation des importations d’acier et d’aluminium. De quoi jeter un froid sur les marchés boursiers mais aussi chez les partenaires commerciaux des Etats-Unis, qu’il s’agisse des pays européens comme du Canada ou de la Chine notamment. Qu’à cela ne tienne, s’il en est ainsi, en France on taxera les produits américains ! De quoi rendre accroc au Lewis !
Nous vivons une époque formidable. Tout va très vite ! Lire la suite

UN ENFANT PREMIERE VICTIME D’UNE TRÊVE CHIMERIQUE DANS LA GHOUTA ORIENTALE

Nations unies (Etats-Unis) (AFP)

Qu’un enfant se soit trouvé être la première victime de la trêve décrétée à partir de ce mardi par les membres du Conseil de sécurité de l’ONU a une valeur plus que symbolique !

Suite à l’appel au don lancé par cette webradio webtv indépendante française qui avait pour objectif de collecter des fonds destinés à une association humanitaire amenée à venir en aide plus particulièrement à des enfants plongés dans ce qu’il faut bien appeler un génocide en Ghouta orientale, AWI s’insurge une nouvelle fois contre la situation inacceptable qui prévaut et que rien ne semble pouvoir arrêter .
D’autant que l’appel au don en question est resté lettre morte et n’a même donné lieu à aucun message d’empathie et de soutien !
Faut-il en déduire que tout le monde s’en fout ? Lire la suite