LA TURQUIE CONFRONTEE A UNE CRISE PLURIELLE

L’effondrement de la livre turque ne trouve pas son explication dans la seule décision du président Trump, de doubler les tarifs douaniers sur l’acier et l’aluminium turcs.
Bien que la détérioration des relations entre les Etats-Unis et la Turquie ne date pas d’hier, les problèmes de ce pays du Moyen-Orient qui compte 81 millions d’habitants, vont bien au-delà d’un différend commercial. Avant de revenir sur les multiples causes de la crise à la fois monétaire et financière qui frappe la Turquie et menace de se propager, les évènements qui se succèdent actuellement imposent une vigilance accrue. Après avoir chuté à un plus bas historique à 7,24 pour un dollar lundi, la livre turque rebondit mardi de 5,22% à 6,54 pour un dollar.
Les annonces de la banque centrale turque, qui fournira toute la liquidité nécessaire aux banques afin d’assurer une stabilité financière, permettent aux investisseurs de respirer et revenir prudemment vers les actifs plus risqués. Néanmoins, les hausses des places boursières européennes demeurent modestes, le CAC40 gagnant 0,21% à midi.
La conférence téléphonique que doit tenir jeudi le ministre turc des Finances, Berat Albayrak,avec des investisseurs des Etats-Unis, d’Europe et du Moyen-Orient permettra t’elle de redonner confiance à ces derniers ? Recep Tayyip Erdogan, acceptera t’il de revoir de fond en comble sa vision de l’économie, autrement dit d’augmenter entre autres les taux d’intérêt pour pallier aux risques d’une inflation galopante ?
D’autant que les opérateurs craignent que la crise turque, qui met en exergue les faiblesses du pays (inflation, déficit courant, dette extérieure en devises et faiblesse relative des réserves de changes), ne contamine d’autres pays émergents.
Cliquez ici pour écouter la chronique audio

TRUMP A L’ORIGINE D’UNE VRAIE VACHERIE

En pleine forme, elles avaient par milliers leurs billets, leurs visas, leurs robes aux taches noires ou marron sur fond blanc. Elles étaient fins prêtes pour le grand départ. En 2017, des copines du bocage normand avaient d’ailleurs déjà fait un voyage de repérage gourmand couronné de succès qui s’annonçait prometteur et même juteux. A tel point que le pays d’accueil, l’Iran, était prêt à payer leur venue au prix fort. Au vu de leurs qualités reconnues et de leur impressionnant palmarès de médailles de concours, elles comptaient de leur chair grasse et de leurs purs produits laitiers dérivés, alimenter la filière bovine en terre éloignée des vertes prairies. Elles se voyaient déjà gambadant visitant Téhéran. Mais elles ont été trumpées !
10.000 voire 20.000 créatures de rêve normandes qui font meuh l’ont un peu verte. Mais reconnaissons que dans cette affaire, les plus déçus sont bien entendu les éleveurs qui crient haro sur le Donald.
Car la cause n’est autre que le retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire, et les sévères sanctions économiques américaines rétablies mardi.
Une fraîche photo de vaches normandes viendra sous peu se glisser sous le pis du titre de cette chronique alimentaire qui illustre les travers d’une guerre commerciale qui fait un foin terrible. Vous constaterez alors le profond dénuement de ces dernières à défaut de découvrir les tristes mines de nos éleveurs qui perçoivent très mal ce coup de corne préjudiciable.
Un coup vache qui sanctionne un secteur de notre agriculture bien élevé.
Or Tout est bon dans la vache normande. Une race bien française ! Lire la suite

QUAND LA REVOLUTION TECHNOLOGIQUE TOUCHE A LA SANTE

En élaborant dés 2005 un concept de montre bracelet connectée lecteur de glycémies faisant appel aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, AWI pensait être suivie dans sa démarche innovante.
En découvrant l’information sur la webradio webtv indépendante, de nombreux diabétiques et personnes indirectement concernées françaises et étrangères, avaient d’ailleurs pris contact avec l’auteur de cette information pour savoir où et comment se procurer l’AWI-Glucowatch, nom de baptême donné à ce qui n’en était qu’au stade de projet.
Le concept avait pour objectif d’apporter la démonstration du possible remplacement de la génération des lecteurs de glycémies qui bien que fiables, s’avéraient peu pratiques et encombrants à l’usage, mais surtout inutilisables dans nombre de situations. Les chroniques précédemment diffusées à ce sujet demeurent consultables.
Trop en avance à l’époque, cette innovation issue d’une analyse empirique menée par un diabétique type 1 se justifiait en raison du rôle essentiel joué par l’auto-surveillance du taux de sucre dans le sang, à tout moment et en toute circonstance, seule façon de parvenir à un équilibre satisfaisant, de jour comme de nuit.
Cette innovation avait donc tout pour plaire aux diabétiques de type 1 mais aussi de type 2. Lire la suite

FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE NICOLAS HULOT PRÔNE L’UNION SACREE

 

 

 

 

 

 

La présentation de ces deux images pourrait sembler hors sujet. Celle de gauche illustre en effet le rendez-vous galant qu’a eu dans la nuit de vendredi la Lune avec Mars. Un évènement qui n’a pu que réjouir ceux qui ont eu la chance d’assister à cette superbe et longue étreinte. Toutefois, la scène permet également de mettre en évidence ce qui fait la beauté de la planète Terre pour sa part bien vivante que personne ne souhaiterait voir rougir ainsi pour cause de réchauffement climatique. Car c’est bien de cela dont il est question.
Alors que la chronique diffusée le 25 juillet sur AWI faisait état de deux défis majeurs ( numérique et écologique) à relever en ce XXIe siècle, Nicolas Hulot a appelé les partis politiques à « faire la paix » sur la question de la lutte contre le changement climatique en plaidant pour « une union sacrée » dans une interview accordée au Journal du Dimanche.
Il est vrai que la semaine a été ponctuée d’extrêmes climatiques : incendies catastrophiques en Grèce, en Suède, en Californie, record de température en France, inondation puis canicule au Japon…
Et le ministre de la Transition écologique et solidaire de déplorer “ Pendant ce temps, nous regardons ailleurs”.
L’hypothèse de son départ du gouvernement étant visiblement désormais écartée, Nicolas Hulot reconnaît que “la France n’est pas dans les clous” sur certains sujets comme la limitation de ses émissions de gaz à effet de serre. Il précise néanmoins “Ce n’est pas un échec, c’est simplement que nous devons faire plus”.
D’où l’annonce d’une présentation dés la rentrée d’un plan d’adaptation au changement climatique, construit après un an de consultations avec les territoires, les entreprises.
Cette actualité permet de revenir le dernier numéro de Questions internationales qui porte sur la révolution numérique et apporte d’intéressantes précisions sur l’influence que cette dernière peut avoir notamment sur la gestion et qualité de l’environnement. Cliquez ici pour lire la suite puis écouter la chronique audio

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – IDEES CADEAUX D’ACTU

AWI ne disposant pas de rubrique idoine pour revenir sur l’un des évènements qui n’en finit plus de faire la une de l’actualité française, c’est en pensant dés à présent au prochain Noël que nous vous soumettons cette première idée cadeau. Ce casque de policier en plastique et de couleur noire qui a un diamètre d’environ 17 cm convient en effet aux enfants. La visière est transparente et le mot « Police » est écrit en blanc.
Ce casque est un jouet. Il ne constitue en aucun cas une protection. Des accessoires sont également disponibles pour accompagner ce type de déguisement. Pour peu que vos chérubins trouvent intérêt dans le flux d’information qui alimente actuellement, tel une série à rebondissements, magazines, journaux télévisés et autres vidéos sur Internet, ce cadeau ne fera pas désordre. De plus, il pourra contribuer à l’animation de votre rassemblement familial et festif de fin d’année. Remarquez, d’ici là bien d’autres avatars, sans aucun lien, viendront sans nul doute enrichir votre réflexion, histoire de vous donner la possibilité de sélectionner tout autre chose à offrir. A ce titre, un nouveau jeu vidéo éducatif intitulé : »Guerre commerciale XXI »*, destiné à un plus large public âgé de 4 à 85 ans, ayant la possibilité de jouer en même temps, pourrait être lancé. Un vrai succès intergénérationnel en perspective. Quoi qu’il en soit,  tout tend à démontrer, une fois de plus, que vous aurez l’embarras du choix. Lire la suite

GUERRE COMMERCIALE TRANSATLANTIQUE : TRÊVE OU ARMISTICE ?

Si les marchés ont visiblement apprécié ce jeudi les déclarations du président de la Commission européenne et du président des Etats-Unis, à l’issue de leur rencontre, mercredi, à Washington, rien n’est encore véritablement joué.
Plutôt que d’un véritable accord, il s’agit davantage d’une amorce de processus de négociation qui doit éviter le déclenchement d’une guerre commerciale transatlantique qui ne ferait que des perdants.
Un avis partagé par la Banque de France qui précise qu’un relèvement généralisé de 10 points de pourcentage des droits de douane à l’importation pourrait réduire le PIB mondial de 1 % après deux ans. En outre, une baisse de la productivité, une hausse du coût de financement du capital et une plus faible demande d’investissement viendraient augmenter le coût du protectionnisme. Au total, la réduction du PIB mondial en volume atteindrait 3 % en deux ans.
On comprend donc aisément que toute initiative politique visant au rapprochement et à la négociation d’un accord dans le respect des intérêts des forces en présence, ne puisse qu’être saluée et soutenue Cliquez ici pour écouter la chronique audio

LES VOIX DE LA RAISON PEINENT A SE FAIRE ENTENDRE

Ce dont il est question dans cette chronique témoigne que les effets Brexit comme ceux relatifs au durcissement des relations commerciales sur fond de renforcement des droits de douane qui mettent aux prises Etats-Unis, Europe et Chine, font mener un train d’enfer aux négociateurs. Et force est de constater que les voix de la raison peinent à se faire entendre.
Dans les grandes lignes, les risques d’erreurs d’aiguillage et de déraillement deviennent nombreux. D’où les interrogations et inquiétudes que soulèvent les bras de fer entre nations voire continents qui ne semblent pas devoir marquer de pause estivale. Lire la suite

GALION ET ILLUSION D’OPTIQUE

Photo :AWI/PG


Nous aurions tant aimé vous convaincre que la fidèle réplique du galion espagnol amarré dans le port de Honfleur lors de l’une de ses escales, se trouvait, contre toute attente, doté d’une gigantesque roue à aubes. Mais cette image sans aucun trucage, n’est en réalité qu’une illusion d’optique, due à la proximité de la grande roue, une attraction type fête foraine qui apparaît en arrière plan. Jusqu’où va l’imagination via une perception visuelle ! Il n’est cependant pas inutile de rappeler qu’une grande roue figure dans les journaux de voyages de Peter Mundy, un navigateur et voyageur britannique du XVIIe siècle, originaire de Penryn en Cornouailles. On retiendra également au passage que la roue à aubes fût l’une des premières formes de propulsion mécanique pour bateau. En Chine, vers le Xe siècle, la dynastie Song était d’ailleurs parvenue à assurer sa suprématie navale grâce à la rapidité de ses bateaux à roue à aubes. Un mode de propulsion qui allait laisser place aux hélices, même si par le passé, certains bateaux combinèrent bel et bien voiles et roues à aubes. L’occasion pour AWI de présenter ses excuses à celles et ceux qui attendaient de pied ferme l’interview de Majo Fernández Blasco, la capitaine d’El Galeon Andalucia, que nous n’avons, à notre grand regret, pas eu la possibilité de rencontrer pour cause d’itinérance. Une caractéristique propre à tout navigateur qui semble ainsi pouvoir apparaître ou disparaître en se servant de l’horizon comme d’un rideau d’une scène de théâtre. D’où la nécessité d’en appeler au capitaine Haddock pour illustrer une déception partagée : « Tonnerre de Brest ! Mille milliards de mille sabords ! ». Le premier qui parle de sabordage se verra infliger la peine des galères. Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – ASTON MARTIN DEVOILE UN FANTASTIQUE TOP SECRET

En cette période estivale, vous avez certainement grand besoin d’évasion. De voitures volantes, il a déjà été question sur AWI à travers la présentation de quelques modèles parfois en parfait état de marche et donc opérationnels. Mais aujourd’hui c’est chez Aston Martin que le concept est très sérieusement à l’étude. Déjà amateur d’ Aston Martin version voitures de sport de luxe, le prototype volant tout aussi luxueux, dévoilé cette semaine au salon aéronautique de Farnborough, saura certainement vous séduire.Les James Bond qui sommeillent en vous, sauront apprécier cette innovation équipée de tout ce que l’intelligence artificielle est, et surtout sera dans un très proche avenir en mesure d’apporter. Toujours est-il que la Vision Concept aux dimensions apparemment imposantes qui offre 3 places assises a des capacités de décollage et d’atterrissage verticaux. L’engin pourra atteindre une vitesse d’environ 322 km / h. Autrement dit, vu du coté britannique, il sera ainsi possible de se rendre du centre de Birmingham au centre de Londres en quelque 30 minutes. Aston Martin a bien choisi ses partenaires en s’associant à Cranfield University, à Cranfield Aerospace Solutions et au motoriste britannique Rolls-Royce pour développer ce concept de voiture hybride électrique de luxe volante.
A en croire David Debney, chef des futurs concepts d’avions chez Rolls-Royce : « C’est comme un avion de chasse, mais avec en prime le luxe d’Aston Martin ». Intérieur cuir du plus bel effet avec affichage des données en miroir. Où sont les roues ? That is the question ! “Un salon de l’aviation ? C’était plutôt un salon des Ovnis cette année”, a dit l’un des délégués du salon. Constatant qu’à la lecture de ces premières informations qui ne sauraient dévoiler bien des secrets de conception et de fabrication, il vous tarde de prendre les airs, AWI vous invite à consulter le clip vidéo qui a pour pour objectif de vous transporter vers ce futur qui devrait répondre présent vers 2020. Pas besoin donc de décompter à partir de 007. Une chose est sûre : une fois la Vision Concept en main, vous ne saurez plus où donner de la tête que vous aurez-vous peut-être d’ailleurs perdue d’ici là. Cliquez ici pour visualiser le clip vidéo

DANS SON HOMMAGE A NELSON MANDELA BARACK OBAMA EST ALLE DROIT AU BUT

Ce qu’a déclaré Barack Obama à Johannesbourg, en Afrique du Sud, devant 15.000 personnes, lors de la commémoration du centenaire de la naissance de Nelson Mandela, figure emblématique de la lutte contre toutes les formes de discrimination,  témoigne d’une ouverture d’esprit et d’une intelligence qui anoblissent le politique. Cet ancien président des Etats-Unis a sans nul doute été le meilleur porte-parole des mérites de cette diversité qui enrichit les droits de l’homme et le vivre ensemble harmonieusement. En rendant hommage à celui qui fût entre autres le premier président noir de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999, prix Nobel de la paix pour avoir conjointement et pacifiquement mis fin au régime de l’apartheid, père d’une Afrique du Sud multiraciale et pleinement démocratique, qualifiée de « nation arc-en-ciel », Obama n’a pas hésité à faire référence à la diversité des origines des joueurs de l’équipe de France qui a remporté la Coupe du monde de football 2018. Lire la suite