AWI PREPARE SA REVOLUTION


Nous atteignons une nouvelle fois en juillet et août cette curieuse et néanmoins bénéfique période de l’année qui veut que le mot vacances gagne en influence. C’est donc aujourd’hui sportivement et accompagné de l’une de mes passions que je voulais vous souhaiter de passer d’agréables moments de détente, de loisirs et d’oxygénation. Bien que l’actualité qui ne connaît aucun répit continue de battre à son rythme pendulaire qui la conduit à dispenser sans arrêt son lot de bonnes et de mauvaises nouvelles, les informations qui viendront se fixer sur le fil rouge perdront quelque peu de leur impact bien que les nouvelles technologies permettent les consulter en tout lieu et à tout moment. AWI profitera de cette période pour préparer la rentrée qui devrait réserver quelques bonnes surprises basées sur le développement d’un certain nombre d’innovations en termes de fonctionnement, de présentation et de contenu. Lire la suite

DE QUOI FAIRE PERDRE SON LATIN AU MONDIAL DE L’AUTOMOBILE EDITION 2014

Pendant que vous vous bousculiez, vaille que vaille, Porte de Versailles, dans les allées du Mondial de l’automobile, AWI jouait la clé des champs aux côtés de joyaux de cet univers qui, il faut bien le reconnaître, a perdu beaucoup de son panache et de son charme au fil du temps. Ah oui, elles sont loin ces belles carrosseries rutilantes et ces V 8 des années 20 aux années 60 qui faisaient frissonner en ronronnant du haut de leur puissance moteur. Nous étions en effet pour notre part en bonne compagnie lors d’une halte à la Ferme Saint-Siméon de Honfleur, étape du prestigieux rally Paris-Deauville qui met en scène des voitures anciennes. Après avoir longuement bavé autour des 48 modèles qui participaient à l’évènement cette année et que nous nous faisons un plaisir de vous mettre sous le nez, Antoine Glachant, organisateur de cette manifestation, a accepté de répondre à nos questions. Nous avons ainsi pu faire de nombreuses découvertes, toutes plus plaisantes les unes que les autres. Ces bijoux de l’automobile savamment entretenus par leur propriétaire n’affichent pas une ride et tiennent toujours la route. Ils pourraient même, pour certains d’entre eux, inspirer la nouvelle génération de designers automobile, qu’il s’agisse d’habiller des motorisations hybrides ou électriques, désormais dans l’air du temps. Car une belle auto fait toujours plaisir à conduire du moins à voir, même lorsqu’on ne peut se l’offrir. L’élégance, le chic, sont des qualités qui ne concernent pas que la mode automobile. Ce sont en réalité de solides atouts intemporels qui permettent de traverser le temps en générant toujours le même respect, les mêmes envies. Nous vous souhaitons de découvrir au Mondial 2014, celle qui saura vous faire partager d’inoubliables et agréables moments en sa compagnie. Lire la suite

CUISANTE DEFAITE SUR FOND D’ELECTIONS EUROPEENNES

Alors que les résultats des élections européennes du 25 mai 2014 ont été marquées en France par un séisme politique national, avec l’arrivée du FN en tête de liste, l’intervention, dimanche soir, de Manuel Valls, Premier ministre, a pu surprendre en raison de son caractère profondément décalé.
Chercher à revendre un programme électoral et des actions menées par l’actuel gouvernement n’était certainement pas la réponse à apporter face au constat de déconfiture.
Sous son profil de premier de la classe qui vient de prendre une bonne fessée, la réaction de l’actuel chef du gouvernement ne consistait sûrement pas à larmoyer en usant de justifications qui ne rencontrent aucun plébiscite.
On aurait préféré entendre des arguments de poids en faveur d’une dynamique européenne, voire l’annonce de grands projets susceptibles de redorer l’image ternie du vieux continent aux yeux d’une majorité de Français, mais aussi de pays qui se gaussent de nos faiblesses.
En suivant les débats qui ont eu lieu, dimanche soir, sur les grandes chaînes de télévision en présence des représentants des différentes formations politiques et de cercles comme le Medef , on a finalement abondé le climat d’incompréhension qu’a traduit le scrutin. Même les jeunes dont l’avenir reste à construire n’y ont pas cru. A titre exceptionnel, le texte intégral de la chronique audio figure ici intégralement ! Lire la suite

QUE FAIT L’EUROPE EN MATIERE DE SANTE PUBLIQUE ?

Qu’il s’agisse de réforme économique et financière, de création d’emploi et compétitivité, d’emploi et de droits sociaux, de libertés civiles, de protection des données et des plus vulnérables, de droits des consommateurs et de sécurité alimentaire, d’agriculture et pêche, d’environnement, de changement climatique et d’énergie, d’ affaires étrangères et de commerce international, mais aussi bien sûr de santé publique l’Europe qui compte aujourd’hui 503,7 millions d’habitants est devenue un acteur essentiel. Car si l’organisation et la prestation des soins de santé demeurent de la responsabilité individuelle des Etats membres, l’UE apporte à ce secteur un soutien technique, administratif et financier dont on ne peut nier la portée et l’intérêt.
Voilà pourquoi les élections européennes qui se dérouleront entre le 22 et le 25 mai 2014, et permettront la nomination de 703 représentants des 28 Etats membres, la France comptant 74 députés.ne peuvent être négligées. La politique de l’UE en matière de santé qui concerne toutes les personnes vivant dans l’Union se fixe de très nombreux objectifs qu’il n’est pas inutile de rappeler ici puisqu’il s’agit de :
• prévenir les maladies,
• encourager des modes de vie plus sains,
• promouvoir le bien-être,
• protéger les citoyens des menaces transfrontalières pour la santé,
• améliorer l’accès aux soins de santé,
• promouvoir l’information et l’éducation dans le domaine de la santé,
• améliorer la sécurité des patients,
• contribuer au dynamisme des systèmes de santé et favoriser les nouvelles technologies,
• fixer des normes de qualité et de sécurité élevées pour les organes et les substances thérapeutiques d’origine humaine,
• garantir la qualité, la sécurité et l’efficacité des médicaments et des dispositifs à usage médical.
Cette chronique permet d’apprécier à quel point les actions menées par l’Assurance maladie du Val-de-Marne en termes de santé publique se trouvent justifiées et cohérentes à l’échelle d’un département français sur fond d’Europe. Lire la suite

POUR FIXER UN VERITABLE CAP D’AVENIR AU GENRE HUMAIN, REGARDONS LA MER !

Alors que le dernier volumineux rapport du GIEC tire, une nouvelle fois, la sonnette d’alarme sur les conséquences du réchauffement climatique. Tandis que de nouveaux pics de pollution vont entre autres inévitablement entraîner la mise en place de la circulation alternée à fréquence élevée en milieu urbain : les Verts ont choisi d’abandonner le navire. Une curieuse attitude de la part de politiques qui fait querelle de cour d’école !
Car des réalités beaucoup plus importantes, dont on parle peu, mériteraient aujourd’hui sans nul doute d’être évoquées par ceux qui se disent porteurs de messages et de projets susceptibles d’améliorer nos conditions de vie et de contribuer du même coup à la création d’activités et d’emplois d’avenir.
La France, petite en superficie terrestre, est en effet le deuxième espace maritime mondial qui présente pour intérêt de renfermer un fantastique potentiel de croissance et de développement durable. C’est d’ailleurs ce qui explique que le secteur maritime fasse l’objet, dans de nombreux pays, d’intéressantes études sur ce que représente la mer qui recouvre les deux tiers de la surface du globe.
Selon le rapport Blue Growth rédigé par la Commission européenne, le secteur maritime qui emploie actuellement 5,4 millions de personnes pour une valeur ajoutée de l’ordre de 500 milliards d’euros pourrait franchir le cap des 7 millions d’actifs d’ici à 2020.
Mais le caractère indispensable de la recherche et de l’exploration océanographiques doit également aller de pair avec des mesures de protection de cet écosystème menacé par les pollutions, la surpêche, l’ouverture d’autoroutes maritimes.
Pourvoyeur de multiples ressources pour le genre humain, l’univers maritime pourrait en effet parfaitement s’inscrire dans une croissance verte en générant de nouvelles activités, de nouveaux produits, des richesses insoupçonnées.
Comme l’explique Emmanuel Desclèves , membre de l’Académie de Marine dans un article publié dans Problèmes économiques sous le titre « La mer : vecteur et enjeu du futur » , force est de constater qu’on connaît mieux la surface de la lune que les grands fonds marins, sachant que seuls 10% de la faune et de la flore marine ont été jusqu’ici explorés.
Après avoir puisé dans les ressources terrestres jusqu’à leur épuisement ( minerais énergie, agriculture) , la mer serait porteuse d’autres matières premières et sources d’énergie indispensables pour nourrir la population et subvenir à ses besoins.
Largement vierge et inexploré, le milieu marin recèle une richesse de biodiversité tout à fait exceptionnelle et d’une densité complètement inconnue C’est donc bien en portant nos regards vers la mer que notre avenir semble pouvoir se dessiner sur Terre. Lire la suite

QUINQUAS : CE MESSAGE PREVENTION SANTE S’ADRESSE A VOUS !

Les émissions concernant notamment le dépistage organisé du cancer colorectal qui intéresse hommes et femmes, plus particulièrement dés l’âge de 50 ans, proposées ces dernières années sur AWI n’ont pas pris une ride. Car les réalités déjà évoqués demeurent toujours valables aujourd’hui. Dépisté à temps, un cancer colorectal se guérit dans 9 cas sur 10. Rare avant 50 ans, sa présence augmente ensuite rapidement, sachant qu’il s’agit en l’occurrence du 3eme cancer le plus fréquent et de la deuxième cause de décès par cancer en France. Voilà pourquoi, l’Assurance maladie du Val-de-Marne mène, à l’instar de bien d’autres organismes de santé, chaque année, à pareille époque, des campagnes d’information et de prévention santé pour encourager au dépistage précoce. Le test Hemoccult II remis par votre médecin traitant et son analyse sont pris en charge à 100% par l’Assurance maladie.
Mais histoire de mettre un peu d’humour mais aussi une bonne dose d’à propos en préambule de la chronique audio, nous avons voulu faire le lien avec le dernier film « All about Albert » réalisé par Nicole Holofcener. Après avoir cherché l’amour à 30 ans avec Walking and Talking, questionné le couple à 40 dans Friends with Money, ses personnages, la cinquantaine venue, tentent aujourd’hui de refaire leur vie. Avec une question : « à 50 ans, le cœur peut-il battre comme au premier amour ? » Dans All about Albert, qui vient de sortir en salles, Eva, masseuse et mère divorcée, tombe sous le charme d’Albert, archiviste tout en rondeurs. .
Si ce film tend à démontrer qu’en amour, on est aussi immature à 50 ans qu’à 15 ans, il est également vrai qu’en matière de santé, on zappe parfois à 50 ans des sujets santé essentiels comme en période d’adolescence.
Vous donner envie de suivre les conseils prévention santé pour que vous portiez au mieux. Tel est l’objectif premier de cette chronique instructive qui vous conduira peut-être ensuite à aller au cinéma, histoire de voir ce film qui vous montrera que vous êtes toujours aussi jeune et tenez à le rester. Lire la suite

MALADIES MENTALES : UN VRAI CASSE-TETE

Les semaines de la santé mentale organisées du 10 au 23 mars à travers la France, donneront lieu à de nombreuses conférences, ciné-débats, expositions, spectacles, animations. Il est vrai que la santé mentale fait partie des cinq priorités de santé publique annoncées dans la récente Stratégie nationale de santé. Or, si certaines pathologies font l’objet de campagnes de sensibilisation régulières, il n’en est pas de même pour les troubles psychiques qui touchent pourtant près d’un quart des français.
La webradio AWI ne pouvait donc rester sourde et muette à l’heure où l’information sur les questions de santé a été complètement bouleversée par le développement des TIC ( Internet, blogs, forums…). En dehors des psychologues et psychiatres, praticiens de premier rang, tous les acteurs du système santé notamment les médecins généralistes, les professionnels du social et de l’éducation, ont un rôle majeur à jouer en termes de promotion et de prévention de soins.
La grille de programme de l’Assurance maladie du Val-de-Marne qui joue déjà un rôle majeur en informant régulièrement les assurés sociaux sur les actions menées pour guider les parcours de soins coordonnés, encourager la prévention santé et faciliter la prise en charge des soins de ville comme les soins hospitaliers ne pouvait faire l’impasse sur la santé mentale. D’autant que cette dernière représentait déjà en 2011, 15% de l’ensemble des soins remboursés par l’assurance maladie obligatoire, soit le deuxième plus important poste de dépenses. Globalement, on estime que les problèmes de santé mentale concernent aujourd’hui environ 7,4 millions d’individus, dont 5,7 millions sont pris en charge sans pathologie psychiatrique identifiée.
Mais le champ de la santé mentale est complexe et diversifié. Voilà pourquoi il nous fallait aujourd’hui en parler. Lire la suite

COREE DU SUD : UN PAYS EMERGE QUI FAIT DE L’ECONOMIE CREATIVE UNE REALITE

Gérée depuis plus de 5000 ans par des familles, des dynasties, la Corée du sud, est un pays de 49 millions d’habitants, à la tête duquel une femme Présidente, Madame Park Geun-hye, qui a fréquenté les universités françaises (Grenoble) prône l’économie créative. Bercée par le confucianisme qui part du constat qu’il n’est pas possible de vivre avec les oiseaux et les bêtes sauvages, et qu’il faut donc vivre en bonne société avec ses semblables, la Corée du sud a connu depuis les années 70 un développement remarquable. Avec un revenu par tête d’habitant de 34.000 dollars , ce pays peut se vanter d’être le sixième exportateur mondial, d’occuper le 3eme rang mondial pour les dépôts de brevets … Bref, la Corée du sud n’est pas un pays émergent mais bien un pays émergé.
En invitant les Français à mieux connaître les Coréens, à partager leurs valeurs , son excellence Hye-Min Lee, ambassadeur de Corée en France, a su, dans son discours de clôture, frappé d’un excellent français, donner envie de Corée, tissant du même coup une relation étroite entre nos deux pays qui demeurent géographiquement les plus éloignés.
L’enthousiasme, la perspicacité et l’humour des chefs d’entreprises coréennes ( Hyundai Motor, Samsung Electronics, Korean Air ) qu’il a été possible d’entendre lors de la journée économique organisée dans le cadre du Festival du Cinéma Asiatique de Deauville, dénotent franchement avec la morosité et le défaitisme made in France.
Venus faire partager leurs expériences, ils nous ont donné une sérieuse leçon de savoir -vivre et de savoir-travailler.
Les témoignages des dirigeants de sociétés françaises présentes en Corée ( Airbus Group, Air France KLM… ) mais aussi ceux de spécialistes comme Philippe Li, avocat associé au cabinet Jones Day, Philippe Vidal, maître de conférences spécialiste des questions numériques et des « smart cities » coréennes à l’université du Havre, nous ont éclairé sur l’intelligence humaine et les points forts de cette 4e puissance économique d’Asie , 15e puissance économique mondiale.
En interrogeant Monsieur Kim Joong-Ho, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Corée France, nous avons d’emblée évoqué l’accord de libre échange signé avec difficultés il y a trois ans, dont tout le monde sort finalement gagnant.
Le  Junzi  « gentilhomme » apparaît au grand jour. En mars 2014, le rapprochement Corée-France s’est projeté sur fond de 7e art made in Asia. Il nous a ouvert les yeux ! Lire la suite

CHIRURGIE AMBULATOIRE : UN PROGRES DU PARCOURS DE SOINS ORGANISE AUTOUR DU PATIENT

En déclarant dans une récente interview au quotidien Les Echos : « Notre système de santé est à bout de souffle, il faut changer les règles du jeu », Pascal Roché, directeur du groupe Générale de Santé, leader en France de la chirurgie ambulatoire , nous permet de revenir sur les précisions qu’apportait en octobre 2013, à ce sujet, Jean Louis Leroux, médecin expert de l’Assurance maladie du Val-de-Marne.
En effet, outre la prescription et la consommation de médicaments génériques, l’optimisation des parcours de soins avec la médecine de ville, le développement de la télé-médecine….la chirurgie ambulatoire est également un axe important en termes d’économies du système santé.
En permettant au patient d’entrer le matin à l’hôpital et d’en sortir le soir, cette dernière coûte en moyenne à l’Etat le tiers d’une hospitalisation complète. Autrement dit, cette chirurgie ambulatoire plébiscitée par 90% des personnes interrogées est génératrice d’économies notables évaluées par la Cour des Comptes dans son rapport de 2013 à 5 milliards d’euros.
Toutefois, la chirurgie ambulatoire n’est en France que de 39% quand elle dépasse 60% en Allemagne, au Danemark ou au Royaume Uni.
Et Pascal Roché dénonce la campagne tarifaire annoncée par le gouvernement qui va à l’encontre du développement de la chirurgie ambulatoire .
Or , cette pratique qui va dans le sens de l’amélioration du bien être des patients , divise de plus par six environ les risques d’infections nosocomiales, sachant que 8.000 à 10.000 décès par an en France sont directement liés à ces infections.
La Générale de Santé, numéro un français de la chirurgie ambulatoire, a accueilli 1 million de patients, en 2013. 52% des actes passés dans les hôpitaux l’ont été en ambulatoire contre 46% en moyenne dans le secteur privé et 34% dans le public
A titre d’exemple, entre 2010 et 2013, pour l’ablation de la vésicule biliaire, la proportion de patients sortant le jour même de l’opération est passée de 0,8% à 22%.
Ce qu’explique Jean-Louis Leroux confirme bien que l’organisation du système de soins autour du patient est non seulement un gage d’économies mais aussi un gage de mieux être pour les patients. De plus, avec l’arrivée de nouveaux équipements et matériels pour développer des techniques mini-invasives, la chirurgie ambulatoire est bien une révolution qui s’inscrit dans une logique tournée vers l’avenir de la santé. Lire la suite

LES « PETI » VONT DEVENIR GRANDS !

Peut-être devrions nous arrêter de regarder les BRICS comme des poids lourds incontournables dans le cadre de nos échanges commerciaux. Les pays émergents de taille intermédiaire (PETI) constituent en effet une part croissante du commerce mondial et offrent des opportunités à l’exportation aux entreprises françaises. Les ventes aux « PETI » représentent 11 % de l’ensemble des exportations dominées par les produits de haute valeur technologique, alors que les achats aux PETI regroupent des biens à moindre valeur ajoutée.
Mais qui sont ces PETI ?
Des pays européens (Turquie, Ukraine, Kazakhstan), le Maghreb (Algérie, Egypte, Tunisie, Maroc), des pays d’Afrique subsaharienne (Nigeria, Côte d’Ivoire, Kenya, Afrique du Sud), l’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis, des pays d’Amérique latine (Mexique, Argentine, Chili, Colombie) et d’Asie (Indonésie, Malaisie, Thaïlande, Vietnam, Philippines).
A l’image du Myanmar (Birmanie), du Vietnam et de la Colombie, de nouvelles économies font une percée, tandis que d’autres consolident leur position, comme la Corée du Sud, la Turquie ou l’Indonésie. Tous ces « PETI » évoluent dans un contexte différent de celui des années 2000, et sont souvent moins dépendants des économies avancées et plus intégrés entre eux commercialement.
Autant d’informations reprises dans le document « Etudes et éclairages » qui vient de paraître et s’appuie sur les données douanières françaises (DGDDI) et les résultats issus des organismes internationaux.
Cette chronique audio est à rapprocher de celles diffusées dernièrement sur AWI qui portaient notamment sur les perspectives de développement des pays émergents. Lire la suite