LES CONSTRUCTEURS AUTOMOBILES DETERMINES A INVESTIR TOUJOURS PLUS DANS LES VOITURES ELECTRIQUES

Alors que le CES 2019 réunit jusqu’au 11 janvier, à Las Vegas, le nec plus ultra des dernières innovations mondiales dans tous les domaines et que transport et mobilité notamment se distinguent, AWI s’arrête sur les résultats d’une analyse relative aux investissements que les constructeurs automobiles comptent réaliser dans les véhicules électriques.
Avec le lancement de nombreux nouveaux modèles appelés à faire leur apparition sur ce marché encore naissant, les constructeurs apparaissent de plus en plus motivés par les préoccupations environnementales et les politiques menées en faveur de la préservation de l’environnement par de nombreux Etats et gouvernements. Encouragés dans cette voie par l’évolution rapide des progrès technologiques  qui permettent d’améliorer le coût, l’autonomie et le temps de charge des batteries, les constructeurs automobiles envisagent de dépenser quelque 300 milliards de dollars dans le développement de véhicules électriques.A ce titre, des investissements sans précédent visant à développer des batteries et des véhicules électriques au cours des cinq à dix prochaines années sont plus que jamais  inscrits au rang de priorité.
Une part importante du budget d’investissement mais aussi d’achat de véhicules électriques prévue par l’industrie mondiale, évaluée à plus de 135 milliards de dollars, sera localisée en Chine, un pays qui promeut fortement la production et la vente de véhicules électriques au moyen de systèmes de quotas, crédits et incitations. L’étude fait apparaître que les dépenses en véhicules électriques des principaux constructeurs automobiles chinois, de SAIC à Great Wall Motors, pourraient être égales, voire dépasser, celles de coentreprises multinationales telles que Volkswagen, Daimler et General Motors.
Mais, les dépenses réelles des constructeurs automobiles en recherche et développement, en ingénierie, en outillage de production et en approvisionnement seront vraisemblablement beaucoup plus élevées. Car le chiffrage n’intègre pas les dépenses connexes des fournisseurs de l’industrie automobile, des entreprises de technologies avancées et des grandes entreprises d’autres secteurs, allant de l’énergie à l’aérospatiale en passant par l’électronique et les télécommunications. Lire la suite

CPAM DU VAL-DE-MARNE : LES ACTIONS D’ECO-DEVELOPPEMENT S’INSCRIVENT DANS LA DUREE

Lorsqu’on écoute Denis Bruneton, coordonnateur de la logistique et du développement durable au sein de l’Assurance maladie du Val-de-Marne, on comprend parfaitement, la nature des enjeux à la fois environnementaux et économiques des actions qui sont menées dans ce domaine et le rôle déterminant joué par la communication.
Car en raison du caractère assez vague de la notion, rendre chaque agent de la CPAM acteur du développement durable, c’est faire partager une feuille de route qui s’appuie sur une stratégie ambitieuse et somme toute bénéfique pour tous.
Sur la base des actions conduites en 2012 que nous avons examinées avec Eve-Marie Bezacier, la semaine dernière, Denis Bruneton revient cette semaine sur celles qui doivent en 2013 et sans doute les années suivantes contribuer à l’amélioration du bilan global. Lire la suite