L’e-SANTE N’EN EST QU’A SES DEBUTS

Lorsqu’on s’intéresse au secteur santé et qu’on examine les progrès enregistrés ces dernières années notamment grâce à l’apport des technologies high-tech, on mesure à quel point l’e-santé a le vent en poupe. On ne peut que s’en réjouir. On a même envie de croire au miracle.
Si on ne peut nier les indéniables bénéfices déjà apportés tant aux professionnels de santé qu’aux patients par ce biais, force est néanmoins de constater que tout n’est pas soigné à la même enseigne. Alors que certains domaines d’application revêtent un réel intérêt et remportent un compréhensible succès, il est en revanche des spécialités qui enregistrent des avancées beaucoup plus modestes voire peinent à se frayer un chemin vers le futur.
Qu’il s’agisse de l’amélioration du parcours de soin des patients, comme d’échanges entre professionnels de santé, la Tribune de l’économie livrait d’ailleurs, dans son édition du 31 juillet 2017, la liste de dix startups françaises qui pourraient favoriser le développement de l’e-santé et in fine l’efficience du système de santé.
A l’examen des innovations dont il est question, on constate que finalement smartphones et algorithmes s’érigent en acteurs majeurs au royaume de l’e-santé.
Qu’il s’agisse d’échanges de données médicales, d’évaluations  ciblés et personnalisés, de mesures de facteurs de risques santé, d’assistance médicale de premier recours, voire de solutions visant à remédier aux troubles du sommeil… toutes ces découvertes sont pour partie déjà distribuées ou en instance de l’être.
Bien entendu, nombre d’entre elles sont souvent le résultat de recherches menées par des médecins mais pas uniquement. Des pousses de génies sortis de grandes écoles sont également de la partie. Et c’est d’ailleurs ce qu’il est entre autres intéressant d’observer. D’autant que certaines applications sont d’ores et déjà récompensées de Trophées, pendant que d’autres bénéficient d’accords de partenariat destinés à permettre leur commercialisation et diffusion à grande échelle. Lire la suite

LE SECTEUR SANTE FACE AUX DEFIS A VENIR

Pour comprendre les nombreux défis que devra relever l’e-santé dans les temps à venir, plusieurs paramètres méritent d’être pris en considération. Il s’agit tout d’abord de l’évolution des dépenses de santé, plusieurs études démontrant que ces dernières qui représentaient environ 6% du produit intérieur brut (PIB) entre 20006 et 2010, devraient atteindre 9,5% , voire 14% selon certains scénarios, d’ici 2060, dans les pays membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Une tendance haussière qu’on retrouve également chez les grands pays émergents (BRICS) dont les ratios de dépenses santé encore faibles aujourd’hui, pourraient atteindre 10% du PIB vers 2050. Si le vieillissement de la population est générateur de dépenses supplémentaires, il n’explique pas à lui seul le phénomène. Des facteurs non démographiques auront en effet un impact notable sur l’évolution de ces dernières s’agissant entre autres de soins de longue durée. En cause l’importante augmentation des maladies chroniques qui concerne toutes les tranches d’âges et l’envolée des prix des soins appelés à être prodigués qui relèvent d’innovations médicales destinées à améliorer l’efficience des traitements mais aussi la qualité des services récurrents. De plus, la hausse du niveau de vie influence nettement l’évolution des dépenses de santé dans la mesure où l’augmentation du revenu réel conduit les personnes concernées à faire preuve de davantage d’exigences en termes de prise en charge. Par ailleurs, l’augmentation du taux d’activité des femmes induit pour sa part une plus forte demande de services de soins de longue durée financés sur fonds publics, laquelle dépend à son tour de l’offre de soins informels. Face à ces réalités médico-sociales que faut-il attendre de l’innovation qui joue un rôle crucial dans la performance des entreprises de santé , sachant que ces dernières consacrent en moyenne 20% de leur chiffre d’affaires aux activités recherche et développement ? En pleine mutation technologique avec le développement de l’e-santé, la mise sur le marché d’outils intelligents connectés, la pratique de la télémédecine, le recours au big data…, la révolution numérique qui intéresse le secteur de la santé dans son ensemble est appelée à transformer radicalement les activités de tous les acteurs professionnels ( médecins, hôpitaux, laboratoires pharmaceutiques…). Elle devrait aussi par voie de conséquence modifier et surtout améliorer les conditions dont pourront bénéficier les patients atteints de pathologies classées dans la catégorie ALD. C’est là que se situent entre autres les défis que devra relever le secteur santé en plein essor, thème du dernier numéro de Problèmes économiques publié à la Documentation française. Mais comme vous allez le constater à l’écoute de la chronique audio, avant de s’intéresser aux innovations toutes plus prometteuses les unes que les autres, il importe avant tout de savoir ce que représente réellement l’industrie pharmaceutique à l’échelle mondiale et de connaître les défis qu’elle doit relever. Lire la suite