LES MEDECINS AVANCENT LEURS PROPOSITIONS POUR ASSURER L’AVENIR DU SYSTEME DE SANTE

« Regarder les réalités en face et donner de la voix » est plus que jamais une devise du goût des médecins confrontés à de nombreux dysfonctionnements du système de santé.
Les dix propositions formulées par l’Ordre des médecins dans un livre blanc intitulé : « Pour l’avenir de la santé » témoigne la claire volonté de ces derniers d’alimenter le débat public et les programmes politiques à venir, afin d’aboutir à la construction d’une réforme de santé de grande ampleur largement partagée.
Leur grand mérite est sans nul doute d’avoir pris en compte les avis émis par tous les acteurs du système de santé et permis de multiples rencontres avec les professionnels sur le terrain, mais aussi les patients.
Les inquiétudes manifestées par l’ensemble de la profession médicale, sur les modes d’exercice de la médecine, la définition des territoires de santé, le pilotage et l’organisation des soins, la valorisation de la mission de service public, la formation…, se doivent de trouver , dans les meilleurs délais, des réponses et solutions adaptées.
C’est la raison pour laquelle, les propositions présentées aujourd’hui, visent à palier un certain nombre de dysfonctionnements observés, depuis déjà quelques temps, dans le système de santé français.
Il paraît en effet évident que la médecine ne peut vivre que connectée aux profondes mutations de toutes natures qui touchent l’évolution des modes d’exercice de la médecine et impactent notablement le fonctionnement même de la société.
En lançant en septembre 2015, une grande consultation nationale de l’ensemble des acteurs du système institutionnel, médecins et patients, l’Ordre s’est donné les moyens de recueillir de nombreux témoignages qui ont permis d’enrichir une réflexion de fond sur un certain nombre d’objectifs prioritaires qui restent à atteindre. Lire la suite

COMMENT DEFINIR UNE STRATEGIE GLOBALE DE SANTE EFFICIENTE ET DURABLE ?

Le PLFSS 2014 a été adopté par l’Assemblée nationale, le 29 octobre, par 320 voix pour (PS ; groupe radical, républicain, démocrate et progressiste ; écologistes), 243 voix contre (UMP, UDI, GDR) et 5 abstentions. Après un examen par la commission des Affaires sociales, c’est à compter du 12 novembre, qu’il sera débattu en séance publique au Sénat.
Depuis la fin des Trente glorieuses, l’ampleur des défis financiers auxquels la France se trouve confrontée a rendu indispensable une évolution des structures, des conditions de prise en charge et du mode de gouvernance des régimes obligatoires.
En France, les sommes consacrées aux risques sociaux s’élèvent à 470 milliards d’euros selon la Loi de finance de la sécurité sociale. Elles représentent plus d’une fois et demi celles du budget de l’Etat qui apporte 303 milliards d’euros. La protection sociale représente en France 41,4% des dépenses publiques de l’ordre de 1100 milliards d’euros.
Lorsqu’on examine ce qui coûte aux finances publiques, on constate que ce sont d’abord les pensions de retraite, les remboursements de maladie, les allocations familiales, les allocations chômage, le RSA et toutes les aides sociales, qu’elles soient versées par l’État, les collectivités locales ou la Sécu et ses satellites. La santé, avec 14,8% des dépenses publiques, vient juste après.
Face aux difficultés auxquelles se heurtent nombre d’Américains de conditions modestes en matière de couverture santé notamment, et compte tenu des problèmes rencontrés par la réforme baptisée « Obamacare », les Français peuvent sans nul doute reconnaitre que le plan de sécurité sociale de 1945 élaboré par Pierre Laroque fondé sur la solidarité nationale et la démocratie sociale, reste une œuvre aussi indispensable qu’exemplaire.
Toutefois, au regard de la situation économique et financière que traverse notre pays, les défis à relever pour maintenir le niveau de notre système de protection sociale sont immenses .
Nous avons donc voulu nous arrêter sur les volets santé et assurance maladie pour lesquels on cherche à définir une stratégie globale efficiente et durable, sans avoir à revenir sur les acquis auxquels les Français sont légitimement très attachés. Lire la suite

LE VIEILLISSEMENT DE LA POPULATION ANNONCIATEUR DE LA SILVER ECONOMY

En France, les personnes âgées de 60 ans et plus, au nombre de 15 millions aujourd’hui, seront 20 millions en 2030 et près de 24 millions en 2060.  Et les personnes âgées de 75 ans et plus (5,7 millions en 2012) seront 12 millions en 2060. Quant au nombre  des plus de 85 ans, il  passera de 1,4 million aujourd’hui à 4,8 millions en 2050. Ces évolutions représentent certes un progrès et une chance, mais aussi un défi majeur. Car face à ce vieillissement de la population,  notre société va devoir, selon les experts, s’adapter dès à présent, pour permettre à tous de profiter dans les meilleures conditions sociales, économiques et sanitaires de ce formidable progrès. Lire la suite

COMPTE AMELI : UNE CLE DE VOTRE PARCOURS SANTE

Lancé en 2007 par l’Assurance maladie, le compte Ameli  dénombre aujourd’hui plus de 10 millions d’utilisateurs. Et si vous n’avez pas encore, en qualité d’assuré social couvert par le régime  général , ouvert un compte Ameli, vous allez très vite comprendre en écoutant la chronique audio, tout l’intérêt que ce dernier présente pour vous  et vos ayants droit. Car vous n’imaginez  peut-être pas à quel point ce dernier  peut vous être utile dans le cadre de votre parcours santé. En vous donnant accès, sur simple clic à l’aide de votre ordinateur et même, depuis peu, de votre smartphone, aux informations qui vous sont propres et concernent exclusivement votre parcours de soins, ce système est un véritable remède pour lutter contre le temps perdu  et les trous de mémoire. Qu’il s’agisse entre autres de vos consultations, de vos remboursements, de  documents parfois indispensables voire d’ informations sur la prévention santé, vous apprécierez très vite son efficience et oublierez les longues et fastidieuses démarches qu’il fallait auparavant faire pour obtenir satisfaction. Votre compte Ameli  est mis à jour en temps réel. Et il est  gratuit !

Lire la suite

L’A.M.E PROVOQUE DES CRISES D’URTICAIRE CHEZ CERTAINS FRANCAIS

L’urticaire qui se traduit par des inflations cutanées apparaît comme chacun le sait en réaction à un irritant externe. Et l’AME qui ne figurait  pas parmi les causes connues jusqu’ici tend visiblement à rejoindre certains phénomènes et produits à l’origine « d’allergies ».
En effet, un article publié dans l’édition du 12 août des Echos sous le titre : «  Budget : les recettes des radars devraient battre tous les records cette année » a  donné lieu à un commentaire parmi d’autres qui prouve une certaine irritation « SUPER LA MANNE DES RADARS LES 694 MILLIONS D EUROS SERVIRONT A FINANCER L AIDE MÉDICALE ÉTAT ACCORDÉE AUX ÉTRANGERS EN SITUATION IRRÉGULIÈRE ALORS QUE LES PETITS SALARIES FRANÇAIS ONT MÊME PAS LES MOYENS DE SE PAYER UNE MUTUELLE. VIVE LES RADARS DE FRANCE ET DE NAVARRE ». Comment en est on arrivé là ? Lire la suite

L’A.M.E PROVOQUE DES CRISES D’URTICAIRE CHEZ CERTAINS FRANCAIS

L’urticaire qui se traduit par des inflations cutanées apparaît comme chacun le sait en réaction à un irritant externe. Et l’AME qui ne figurait  pas parmi les causes connues jusqu’ici tend visiblement à rejoindre certains phénomènes et produits à l’origine « d’allergies ». En effet, un article publié dans l’édition du 12 août des Echos sous le titre : «  Budget : les recettes des radars devraient battre tous les records cette année » a  donné lieu à un commentaire parmi d’autres qui prouve une certaine irritation « SUPER LA MANNE DES RADARS LES 694 MILLIONS D EUROS SERVIRONT A FINANCER L AIDE MÉDICALE ÉTAT ACCORDÉE AUX ÉTRANGERS EN SITUATION IRRÉGULIÈRE ALORS QUE LES PETITS SALARIES FRANÇAIS ONT MÊME PAS LES MOYENS DE SE PAYER UNE MUTUELLE. VIVE LES RADARS DE FRANCE ET DE NAVARRE ». Comment en est on arrivé là ? Lire la suite

COUVERTURE SANTE: BON A SAVOIR AVANT DE PARTIR EN VACANCES A L’ETRANGER

En attendant que les derniers sondages révèlent,  comme chaque année à pareille époque, le choix des Français en matière de destinations vacances,  l’étude « Vacances d’été 2012 : ce que les Français vont faire », publiée lors du Salon Mondial du Tourisme fin février, donnait déjà un certain nombre d’indications*. C’est pourquoi votre webradio s’arrête cette semaine  sur votre protection santé  à l’occasion de séjours  hors de l’Hexagone,  qu’il s’agisse d’un pays membre de l’Union européenne ou d’un autre pays. Car partir c’est bien, mais partir muni de sa couverture assurance maladie  » made in France » c’est mieux !

Lire la suite

COUVERTURE SANTE: BON A SAVOIR AVANT DE PARTIR EN VACANCES A L’ETRANGER

En attendant que les derniers sondages révèlent,  comme chaque année à pareille époque, le choix des Français en matière de destinations vacances,  l’étude « Vacances d’été 2012 : ce que les Français vont faire », publiée lors du Salon Mondial du Tourisme fin février donnait déjà un certain nombre d’indications.

C’est pourquoi votre webradio s’arrête cette semaine  sur votre protection santé  à l’occasion de séjours  hors de l’Hexagone,  qu’il s’agisse d’un pays membre de l’Union européenne ou d’un autre pays. Car partir c’est bien, mais partir muni de sa couverture assurance maladie  » made in France »  c’est mieux ! Lire la suite

SAMI : LA RANCON DU SUCCES

Le succès du dispositif Permanence des Soins du Val de Marne lui confère une responsabilité supplémentaire: en éviter tout mésusage. Les SAMI ont connu une forte hausse de fréquentation cette année et cette hausse est régulière depuis leur création il y quatre ans. La fréquentation des SAMI est ainsi passée de 20 000 passages par an en 2008 à 36 473 passages en 2011 avec une hausse de 21% cette année et des pics en hiver où les médecins des SAMI ont reçu jusqu’à 4000 patients par mois. Lire la suite

NOUVELLE POLITIQUE DE SANTE : DEMANDEZ LE PROGRAMME

Sans doute aurons-nous connaissance prochainement du bilan de santé de François Hollande qui prendra officiellement ses fonctions le 15 mai. Un chef d’ Etat doit en effet être toujours en forme, afficher une mine et allure enviables, et être en mesure de ne révéler aucune faiblesse entre « Rythm and blues ».
La santé reste en effet, à gauche comme à droite, un capital, une richesse. François Hollande, alors candidat, avait précisé lors d’un point de presse, le 3 février dernier : « La santé n’est pas un sujet à part, une variable accessoire,. De toutes les politiques publiques , c’est sans doute la plus transversale ».
Quoi qu’il en soit, celle qui est annoncée pour les années à venir s’articule autour de trois grands axes « Mieux prévenir, mieux guérir, mieux garantir » Lire la suite