LE CLOUD DE LA LUTTE CONTRE LE TABAGISME NE DOIT PAS MASQUER UNE ACTUALITE SANTE CHARGEE

Si l’actualité aussi dense que fumante ne nous y avait pas poussé, nous aurions dû consacrer la chronique audio à la lutte contre le tabagisme en nous appuyant sur les mesures dernièrement annoncées par Marisol Touraine, ministre de la santé.
Adoption du paquet de cigarettes neutre, interdiction de fumer dans les voitures transportant des enfants de moins 12 ans, interdiction de fumer dans les espaces publics de jeux pour enfants, interdiction du vapotage de la cigarette électronique dans certains lieux publics…sont en effet autant de mesures à mettre au crédit des actions de prévention santé.
Mais pour parvenir dans 20 ans à une génération de non-fumeurs, les défis sont en réalité gigantesques. Surtout lorsqu’on prend connaissance des dernières statistiques disponibles qui révèlent que bien que la consommation de cigarettes soit passée de 59% à 38% chez les hommes de 18 à 75 ans entre 1974 et 2010, elle a augmenté chez les femmes de 28% à 30% dans le même laps de temps. De plus, malgré l’interdiction de fumer dans les lieux publics, cette tendance se confirme aujourd’hui, les jeunes constituant des proies faciles pour une fumante industrie.
Toutefois, en dépit des dépenses considérables générées par ce qu’il faut bien appeler un fléau dénoncé il y a déjà plus de 60 ans, à l’origine de nombreux cancers, le poids des taxes que rapporte la consommation de tabac pèse lourd dans l’équilibre des forces prévention en présence.
En 2011, les ventes de tabac ont ainsi rapporté 15 milliards d’euros versés à l’Assurance maladie.
Or, à la demande de la Cour des comptes, la Caisse nationale d’assurance maladie a estimé que l’ensemble des dépenses imputables directement au tabac atteignait au minimum 12 milliards d’euros. Reste donc environ trois milliards en trésorerie !
Les hausses régulières des prix du tabac, y compris celle devant intervenir en début d’année 2015, rapportent malheureusement plus qu’elles ne coûtent malgré les dégâts considérables que les méfaits du tabac causent en terme de santé publique. De plus, les sommes dépensées pour aider au sevrage tabagique demeurent relativement modestes, la mesure phare comportant un forfait de couverture financière de 50 euros par an pour initier un traitement pharmacologique auquel s’ajoute de coûteuses campagnes d’affichages à l’impact contestable.
Mais, comme vous allez le constater à l’écoute de la chronique audio, les informations santé dignes d’intérêt ne se limitent pas à cela. Lire la suite

LA DEPRESSION EST UNE MALADIE RECONNUE ET PRISE EN CHARGE

En cette période de rentrée, sur fond de grisaille ambiante, vous devez tout d’abord savoir que les moments de cafard, de « blues », de doute ou de questionnement font partie de la vie.
Et comme le précise l’Institut national de prévention  éducation santé (Inpes)  dans un document consacré à la dépression, le fait de se sentir triste, d’être « déprimé », d’avoir des « idées noires » ou des difficultés à dormir ne veut pas forcément dire que l’on souffre de dépression.
Néanmoins, la dépression existe !
Il s’agit même de l’une des maladies psychiques les plus répandues. Selon une enquête réalisée en 2005* par l’Inpes : • 8 % des Français de 15 à 75 ans (soit près de 3 millions de personnes) ont vécu une dépression au cours des douze mois précédant l’enquête ; • 19 % des Français de 15 à 75 ans (soit près de 8 millions de personnes) ont vécu ou vivront une dépression au cours de leur vie.
A n’en pas douter, si une telle enquête devait être réalisée aujourd’hui, les taux de dépressifs seraient bien plus élevés. De plus, on estime qu’environ deux fois plus de femmes sont diagnostiquées comme souffrant de dépression.
Attention toutefois : la dépression et les troubles anxieux sont deux maladies psychiques différentes, même si elles peuvent avoir des symptômes similaires et si certains signes d’anxiété peuvent être présents en cas de dépression. Cette distinction est particulièrement importante, dans la mesure où les traitements médicamenteux et psychologiques peuvent différer.
Quoi qu’il en soit, on sait que certains événements de la vie très perturbants ou un stress excessif et permanent peuvent favoriser l’apparition d’une dépression : la mort d’un être cher, la perte d’un travail, une rupture affective, des conflits familiaux ou sociaux, une maladie… Il est donc très important de détecter précocement un premier épisode dépressif car une dépression traitée tardivement peut entraîner des complications. La dépression est en effet la première cause de suicide puisque près de 70 % des personnes qui décèdent par suicide souffraient d’une dépression, le plus souvent non diagnostiquée ou non traitée. D’où l’importance d’en parler pour savoir à qui s’adresser, quels traitements peuvent être prescrits et comment est assurée la prise en charge des patients par l’Assurance maladie.