EMMANUEL MACRON FACE AU CHAUD ET FROID DES RELATIONS INTERNATIONALES

De poignée de main en poignée en main, il importe de trouver le bon rythme. Car après le chaud et le froid soufflés par Donald Trump, Président des Etats-Unis, lors du sommet du G7 à Taormin en Sicile, la première rencontre qu’a eu Emmanuel Macron avec Vladimir Poutine le 29 mai, à Versailles, se devait d’envoyer une image rassurante. Alors que le communiqué final du G7 a dû prendre acte des profondes divergences entre les Etats-Unis et ses six partenaires concernant notamment les engagements découlant de l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sur le climat, le communiqué relatif à cette tout autre rencontre ne devrait pas révéler un radical changement de cap compte tenu des désaccords qui alimentent depuis plusieurs années les relations entre la France et la Russie. Néanmoins cette première rencontre à Versailles, dans le cadre de l’exposition « Pierre le Grand, un Tsar en France. 1717 » qui marque le 300e anniversaire de la création de l’ambassade de la Russie à Paris par ce tsar qui avait voulu ouvrir son pays à l’Europe, visait à donner un nouvelle respiration au dialogue entre les deux pays après cinq ans de crispations diplomatiques autour des dossiers syrien et ukrainien, notamment. Lire la suite