LA GENERATION 4.0 CONJUGUE DESORMAIS LE FUTUR AU PRESENT

Geminoid F, robot humanoide

L’émission intitulée : « Nos collègues, les robots » consacrée à la génération 4.0, diffusée dans le magazine THEMA proposé sur la chaine ARTE, mardi 13 septembre, a mis en évidence la profonde mutation qui va intervenir à un horizon très rapproché au sein de la société et modifier considérablement son mode de fonctionnement. Cette dernière a confirmé ce que la chronique intitulée  » Les robots sont nos amis » réalisée par Patrick Gorgeon pour la webradio webtv indépendante AWI laissait déjà clairement entendre le 13 janvier 2013. Afin de vous inviter à consulter ou re-consulter cette émission, les précisions apportées par les auteurs du très intéressant reportage d’ARTE ne pouvaient qu’être reprises en partie pour compléter cette présentation. Lire la suite

UNE REVOLUTION SANS PRECEDENT AUX CONSEQUENCES FURTIVES EST EN MARCHE

Si vous avez regardé l ‘émission intitulée « Google, la machine à penser » diffusée dernièrement sur France 5, vous êtes prêts à écouter la chronique qui vous est proposée cette semaine sur AWI.
Car outre le fait que Google soit l’entreprise la plus puissante sur Terre avec un chiffre d’affaires de 39,66 milliards d’euros généré par seulement 46 421 employés, cette dernière qui s’inscrit en leader parmi les acteurs clés de la révolution numérique sera amenée à jouer un rôle majeur en termes d’innovations dans quasiment tous les secteurs d’activités.
Il y a donc de fortes chances que vous exerciez aujourd’hui un emploi inscrit parmi les 40 à 70% qui seront robotisés ou automatisés d’ici 2030. Selon de savants experts, robotique et dématérialisation menaceraient en effet près de la moitié des professions actuelles : transports, médecine, énergie, finance, immobilier, journalisme,… Elles seraient toutefois porteuses de nouvelles activités faisant appel à la création de nouveaux métiers et services.
D’où l’intérêt du dernier numéro de Problèmes économiques paru à la Documentation française qui sous le titre « Le travail en 2030 » nous explique à travers une série d’articles comment la révolution numérique va modifier dans les temps à venir nos conditions de vie mais aussi de travail.
Contrairement aux révolutions technologiques qui par le passé ont essentiellement touché des emplois peu qualifiés, les bouleversements qui s’annoncent à court et moyen terme concerneront davantage les salariés de la classe moyenne voire supérieure.
La question est donc bien de savoir comment faire pour que les ordinateurs et robots améliorent le bien être du plus grand nombre et pas seulement celui de quelques privilégiés.
Qu’il s’agisse de purs produits d’IBM comme Deep Blue qui avait vaincu le champion du monde d’échecs en 1977, ou encore d’un certain Watson, ordinateur surdoué doté d’une intelligence redoutable capable de prendre peu à peu le pas sur le cerveau humain, ces superstars annoncent de profonds bouleversements.
Car ces machines qui fonctionnent sur la base de données codées encore appelées algorithmes apprennent à penser avant d’apprendre à marcher . Et leurs pouvoirs deviennent immenses ! En 2013, on dénombrait 1.132.218 robots industriels dans le monde, dont 216.000 en Amérique du Nord, 167.000 en Allemagne et 32.000 en France. Aujourd’hui, 70% des ordres de bourse sur le marché des actions sont réalisés par des logiciels de trading.
Une  révolution sans précédent est donc en marche ! Terminator et Robocop se disent eux-mêmes eux mêmes dépassés par les événements !
Et comme AWI a toujours une bonne longueur d’avance, la rediffusion de la chronique audio proposée sur cette webradio webtv en janvier 2013 vise une fois de plus à vous rapprocher de vos futurs collègues de travail et amis. Pourquoi voudriez-vous que Patrick Gorgeon se fatigue ? Lire la suite

LES ROBOTS SONT NOS AMIS !

Si vous doutez encore aujourd’hui que la robotique puisse devenir un facteur déterminant  de compétitivité et de création d’emplois, cette chronique vous fera sans doutes changer d’avis. Car les difficultés rencontrées en France dans l’industrie et les services s’expliquent en grande partie en raison du retard accumulé dans ce domaine.

Si la robotique reste chez nous « tabou »,  force est de constater que  tel n’est pas le cas dans un certain nombre de pays développés qui ont investi dans ce domaine, ce qui leur permet de figurer parmi les mieux placés  en termes de maintien  de la part de l’industrie dans leur PIB, sans parler  de la création d’emplois induits. Par ailleurs, dans les pays  nordiques ou anglo-saxons, le secteur des services a nous dit-on trouvé par ce biais des gains de productivité plus importants. Tels sont du moins les séduisants enseignements que livrent  les auteurs de l’article intitulé : »  Economie de la robotique : les nouveaux enjeux » publié dans le numéro 3047 de problèmes économiques publié par la Documentation française. Lire la suite