RENTREE EN FANFARE EN FRANCE


Qui l’eu cru ! A quelques jours de la rentrée 2015, tous les signaux se mettent au vert. Une couleur qui devrait d’ailleurs prévaloir dans l’Hexagone en fin d’année sur fond de COP21. Qu’on se le dise : morosité, défaitisme vont se trouver radiés de notre vocabulaire.
Pour preuve, les très nombreuses informations qui s’enchainent dernièrement à travers les gros titres de vos journaux et magazines :
« Les ventes de logements neufs s’accélèrent » ;
« Les cotes de popularité du chef de l’Etat et du Premier ministre gagnent des points » ;
« Le chômage se stabilise et enregistre même une petite baisse » ;
« Les clients de nos Mistral se bousculent au portillon » ;
« Les patrons retrouvent le moral » ;
« L’effondrement des prix des matières premières et notamment du pétrole encourage la consommation » ;
« Les taux des prêts immobilier demeurent très bas » ;
« Le tourisme bat cette année un nouveau record en terme de fréquentation » ;
« Les offres d’emplois de cadres progressent » ;
« Le climat des affaires s’améliore tous secteurs confondus » ;
« Une baisse des impôts sur le revenu se profile à l’horizon 2016 » ;
« Le CAC 40 regagne du terrain dopé par les résultats d’entreprises ».
Bref, c’est bien une rentrée en fanfare qui se dessine en France.
De quoi alimenter une encourageante chronique audio, le temps pour nous de réunir, vérifier et sérier ces innombrables bonnes nouvelles. Car si vous avez la curiosité de consulter les chroniques portant notamment sur l’économie chinoise proposées durant la période estivale, vous constaterez à quel point ce pays joue le trouble-fête. Lire la suite

L’OPTIMISME MIS A MAL PAR DES SCENARIOS DE RECESSION

Dans une récente chronique présentée sous la forme d’un bulletin météo-éco  intitulé : «  Un vent d’optimisme pourrait chasser les perturbations » , AWI tentait de se  raccrocher à un optimisme raisonné, après élections. Elle se basait pour se faire sur un certain nombre de données dont personne ne peut contester l’existence, même si force est de reconnaître que ces dernières demeurent insuffisantes pour contribuer efficacement au retour de la confiance et de la croissance. Mais, c’était sans compter sur  les notes économiques publiées la semaine dernière par l’OCDE, l’OFCE ainsi que  l’INSEE, qui sont venues jeter de l’huile sur le feu. Lire la suite