L’EUROPE CONFRONTEE AUX DEFIS IMPOSES PAR LE NŒUD GORDIEN


Parmi les remarquables publications parues à la Documentation française, le dernier numéro de « Questions internationales » consacré à l’Europe, entre crises et rebond, s’inscrit dans un contexte brûlant.
Force est en effet de constater les difficultés rencontrées par les 28 pays membres pour accorder leurs violons et parvenir à se mettre au diapason sur des sujets essentiels.
Le cas du glyphosate, herbicide classé « cancérogène probable » en mai 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer dépendant de l’OMS, qui figurait sur l’une des partitions soumises à l’Union européenne, témoigne d’intrant capable de polluer une fois de plus la politique européenne.
Finalement, 18 pays ont soutenu la proposition de la Commission — contre 14 au tour précédent –, permettant tout juste d’atteindre le seuil de plus de 65% de la population de l’UE nécessaire pour une majorité qualifiée visant son autorisation d’utilisation pendant 5 ans.
Et quel pays a pesé dans la balance en passant de l’abstention à un vote pour : l’Allemagne.
Imaginant représenter avec ce pays un couple fort en accord parfait, la France qui avait plaidé pour une période de trois ans et a voté contre le renouvellement de l’autorisation, s’est trouvée mise devant le fait accompli.
En dépit d’une pétition officielle demandant la disparition progressive de ce Roundup de Monsanto dans l’UE, ce puissant herbicide apprécié par les agriculteurs y compris français, en raison de son efficacité et de son faible coût, ne sera pas proscrit. Toutefois, durant 60 longs mois, des recherches seront menées pour la mise au point d’un produit de substitution plus en phase avec les préoccupations récurrentes en termes d’agriculture, mais aussi et surtout de santé publique.
Cette épisode donne un relief particulier au numéro de « Questions internationales » qui revient notamment sur les évènements politiques , économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire européenne durant presque soixante dix ans. D’autant qu’en un peu moins de dix ans, l’Union européenne a connu trois crises majeures : la crise de l’euro, celle des migrants et le Brexit , sans qu’on sache véritablement de quoi l’avenir sera fait.
C’est là que l’histoire cyclique de la construction européenne rapportée par Robert Frank, historien et professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui se décline comme un film à suspens et rebondissements, permet de mieux comprendre les difficultés rencontrées pour trancher le noeud gordien qui nuit au bon fonctionnement de l’Europe. Cliquez ici pour écouter la chronique audio

LA CATALOGNE POURRAIT ELLE DEVENIR LA SUISSE DU SUD DE l’EUROPE ?

Que vous ayez choisi ou non de regarder, dimanche soir, sur TF1 « The determined » interprété par l’acteur président vedette Emmanuel Macron, c’est vers les beaux alpages suisses et la lumineuse Catalogne que la webradio AWI vous invitera à porter vos yeux et oreilles en ce début de semaine.
Une initiative qui ne saurait être imputable à Guillaume Tell ou à Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève.
En annonçant mardi dernier devant le Parlement que la Catalogne avait gagné par voie référendaire le droit d’être un État indépendant et de devenir une République, Carles Puigdemont, président catalan a lancé un pavé dans l’arène espagnole et semé le trouble dans le lac européen.
Même si comparaison n’est pas raison, cet événement conduit à porter une attention particulière sur une autre république neutre et bien portante qui bien que membre de l’Espace économique européen, a toujours refusé d’adhérer à l’Union européenne: la Suisse. Il en est ainsi des votations.
Modèle de démocratie, de prospérité, de paix, d’équilibre et de gestion, la Suisse dont il est question dans le dernier numéro de « Questions internationales », publié à la Documentation française, ne souffre en effet nullement de son indépendance. On peut même affirmer que ce petit pays et ses habitants en tirent manifestement bénéfice.
De plus, lorsqu’on examine et compare quelques grands indicateurs concernant la république helvétique,  et ceux de la Catalogne, on est en droit de se poser toute une série de questions afin de savoir si cette dernière ne pourrait pas finalement prétendre devenir la Suisse du sud de l’Europe. Une chronique qui s’adresse à celles et ceux qui aiment autant le chocolat que la dolça de Girone, la Llonganissa, le fuet…et ne font preuve d’aucune arrogance Chronique audio à venir

L’IRAN DE RETOUR SUR LA SCENE DU COMMERCE INTERNATIONAL

Après le déplacement en Inde de François Hollande, accompagné d’une quarantaine de chefs d’entreprise, « Rafale et EPR » en tête, la visite mercredi, en France, du président iranien, Hassan Rohani, suscite bien des espoirs en termes d’échanges commerciaux, après la levée des sanctions financières liées à l’arrêt du programme nucléaire.
D’abord à Rome, puis à Paris, le président iranien qui emmène avec lui une délégation de 120 personnalités, dont de nombreux représentants du monde des affaires, signe ainsi avant tout le retour en grâce de ce pays, longtemps placé en liste noire.
En qualifiant son premier déplacement à l’étranger de « page en or dans l’histoire de l’Iran », il a conscience qu’un « long chemin » reste à parcourir pour une réintégration de l’Iran dans le commerce international.
Le dernier numéro de « Questions internationales » publié à la Documentation française intitulé : « Iran : le retour » qui rassemble les analyses de plusieurs spécialistes et observateurs permet d’apprécier les atouts mais aussi les points faibles de ce pays.
Avec un territoire grand comme trois fois celui de la France, l’Iran fait figure de plateforme géostratégique quasi-incontournable dans la région du Moyen-Orient, capable de contribuer à un rééquilibrage dans une zone du globe en proie à de nombreux différends et conflits armés. Lire la suite