LA PROTECTION SOCIALE FRANCAISE FACE AUX DEFIS DU CHANGEMENT DE SOCIETE

Pour aborder la question de la protection sociale en France, nous pourrions saisir le fil rouge de l’actualité et nous arrêter sur l’annonce faite hier à l’Assemblée nationale par Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, pour venir en aide aux modestes retraites avec une revalorisation du minimum vieillesse et une aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), visant à compenser le report de six mois de la revalorisation annuelle des retraites en 2014. Indiquer que les députés français ont adopté mardi en nouvelle lecture par 318 voix contre 242 le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2014.
Nous pourrions également revenir sur la réforme de la protection sociale lancée lundi par Jean-Marc Ayrault, une étude réalisée les 20 et 21 novembre par l’institut Harris Interactive pour la chaîne LCP Assemblée nationale, montrant que huit Français sur dix estiment que le système fiscal existant n’est pas juste et que les efforts demandés par la politique actuelle pèsent particulièrement sur les classes moyennes.
Mais sans doute faut-il s’attacher aux réalités qui pèsent aujourd’hui sur le climat économique et social. La France qui comptait au 1er janvier 2013, 63,7 millions d’habitants en France métropolitaine auxquels s’ajoutent 2,1 millions dans les départements d’outre-mer, est notamment confrontée au vieillissement de sa population sachant qu’en 2018, une personne sur cinq sera âgée de plus de 65 ans, et à l’affaiblissement de l’appareil productif qui se traduit par la disparition de nombreuses entreprises, une forte augmentation du chômage et une perte de compétitivité à l’échelle mondiale.
Or le modèle social français se distingue par son haut niveau de protection sociale qui pèse 675 milliards d’euros soit 10.000 euros par habitant et par an, ce qui représente 33 ,8% du PIB contre 29,4% en moyenne dans les pays de l’Union européenne. Et le budget social de la France est financé d’une part par le biais de cotisations et d’autre part par des impôts et taxes affectées.
D’où la question:  » Comment modifier un système de protection sociale reposant principalement sur le travail, qui s’il demeure la valeur centrale de la société, ne remplit plus sa fonction de grand intégrateur, en préservant à la fois ceux qui travaillent et ceux qui ne travaillent pas ? » Lire la suite

POURSUIVRE LA PROMOTION DE L’ACCES AUX SOINS EN FAVEUR DES PERSONNES DEMUNIES *

Quel que soit le résultat des élections présidentielles et des élections législatives qui suivront, les questions relatives à la protection sociale ( retraite, santé et aides apportées en matière de  logement, de prestations familiales…) reviendront très vite au devant de la scène sur fond de crise.

Pour garantir le maintien des droits d’accès aux soins d’une importante frange de la population qui se trouve particulièrement exposée aux difficultés, les futurs responsables politiques devront certainement faire preuve de beaucoup de lucidité  et d’abnégation.
Car le système santé solidaire exemplaire « made in France » repose sur un mécanisme complexe qui pose un certain nombre de questions. Lire la suite

POURSUIVRE LA PROMOTION DE L’ACCES AUX SOINS EN FAVEUR DES PERSONNES DEMUNIES *

Quel que soit le résultat des élections présidentielles et des élections législatives qui suivront, les questions relatives à la protection sociale ( retraite, santé et aides apportées en matière de  logement, de prestations familiales…) reviendront très vite au devant de la scène sur fond de crise.

Pour garantir le maintien des droits d’accès aux soins d’une importante frange de la population qui se trouve particulièrement exposée aux difficultés, les futurs responsables politiques devront certainement faire preuve de beaucoup de lucidité  et d’abnégation.
Car le système santé solidaire exemplaire « made in France » repose sur un mécanisme complexe qui pose un certain nombre de questions. Lire la suite