L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE SE COLLE A L’X

Avec l’annonce faite aujourd’hui du lancement en septembre d’une chaire internationale dédiée à l’intelligence artificielle, Google France ne s’y trompe pas ! Et en se rapprochant de L’École polytechnique, l’une des plus prestigieuses grandes écoles de France créée en 1794 pour constituer un pôle d’excellence résolument tourné vers l’avenir, ces deux prestigieuses entités font conjointement un choix qui se passe d’explications algorithmiques. Cette initiative intéressante se traduira par le soutien d’une formation baptisée « “Artificial Intelligence & Visual Computing” qui s’appuiera sur un programme de bourses destinées aux étudiants de l’X.
L’information qui n’a rien de virtuel témoigne de l’intelligence à l’état pur des acteurs de ce gros porteur membre de la famille GAFA et de l’Ecole Polytechnique. Elle coïncide en effet avec la présentation par Emmanuel Macron d’une stratégie axée sur l’intelligence artificielle issue du rapport établi sous la direction du député La République en marche Cédric Villani.
L’écosystème scientifique français trouve à travers cette union entre un leader des technologies d’avenir et une élite appelée à en découdre une piste de développement de haut niveau qui ne pourra que favoriser l’émergence d’une génération de jeunes talents amenés à créer les métiers numériques de demain.
AWI qui s’est à plusieurs reprises fait l’écho des perspectives encourageantes générées par l’exploitation de l’intelligence artificielle dans de multiples domaines : travail, éducation, communication, automobile, santé… reviendra sous peu sur ce qui constitue le pilier du progrès en ce XXIe siècle.
L’occasion de s’intéresser également au rapport qui définit une ambitieuse stratégie de conquête qui a notamment pour objectifs de permettre à la France de jouer un rôle majeur dans le domaine de l’intelligence artificielle, mais aussi de faire en sorte que cette dernière apporte aux hommes et femmes à l’échelle nationale comme planétaire des services aussi attendus qu’inattendus. Lire la suite

LES 7 PERLES DU MOYEN ORIENT RESOLUMENT TOURNEES VERS L’AVENIR

En rassemblant, le 23 mai, en son siège de Masdar City, ville futuriste surgie en plein désert à proximité d’Abu Dhabi, des représentants des États membres, les acteurs internationaux et les dirigeants locaux pour célébrer sa cinquième année d’exploitation l’Agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA) témoigne une démarche et des ambitions résolument tournées vers l’avenir. Le 26 mai marquera en effet également le lancement de la Semaine de l’innovation de l’IRENA, une première qui permettra de réunir des industriels et politiques pour présenter, discuter et explorer des solutions innovantes sur le thème retenu cette année «The Age of Renewable Power ». Les Emirats arabes unis (EAU) qui regroupent sept émirats : Abu Dhabi, Dubaï, Sharjah, Ajman, Umm al-Qaiwain, Ras al-Khaimah et Fujairah ont connu jusqu’ici deux grandes périodes de leur économie, celle de la pêche des perles et de l’activité maritime, puis celle du pétrole. Mais l’or noir depuis quelques temps confronté à la chute des cours, n’est plus aussi prometteur en termes d’enrichissement et de développement que par le passé. Conscients des défis qu’ils leur faut relever, les Emirats arabes unis ont bien compris qu’ils devaient s’intéresser de près à la transition énergétique en s’orientant vers d’autres sources de richesses potentielles venues cette fois du soleil du vent, notamment. Il s’agit pour ainsi dire de la troisième grande mutation de la péninsule Arabique. Encore habitée, dans les années 1920, par des Bédouins et des populations côtières de pêcheurs et plongeurs à la recherche de perles vivant sous le contrôle de chefs de diverses tribus, les Emirats arabes unis sont devenus, dés les années 60-70, grâce à la manne pétrolière, une façade ultramoderne ouverte au tourisme où se sont établis de nombreuses compagnies étrangères, construits des centres commerciaux et grattes-ciel impressionnants, pour se transformer en une vitrine vivante de la révolution technologique. Pour avoir su mener jusqu’ici un développement équilibré assorti d’une modernité contrôlée, contrairement à d’autres pays pour qui le pétrole et le gaz sont devenus des malédictions, les Emirats arabes unis s’apprêtent désormais à relever l’un des défis majeurs de ce XXIe siècle. Cette région du monde parviendra t’elle à s’ériger en modèle ? C’est à cette question que tente de répondre la chronique audio. Lire la suite

INNOVATIONS ET PROGRES AU COEUR D’UN MONDE EN PLEINE TRANSITION


Lorsqu’on entreprend de faire un tour du monde de l’innovation, on s’aperçoit très vite que la R&D bat son plein, largement au-delà de pays qui occupent le devant la scène.
Bien qu’elle soit loin d’être exhaustive, la carte du globe publiée dans le dernier numéro de Problèmes économiques intitulé « Les technologies au cœur de la croissance » qui fait mention d’un certain nombre d’innovations phares est révélatrice d’un courant porteur.
Qu’il s’agisse des emballages à croquer mis au point par l’entreprise Monosol au Royaume Uni qui ont pour but de réduire les déchets générés par les bouteilles en plastique et emballages alimentaires; des tourniquets mis en place dans une école primaire au Ghana qui permettent de recharger des piles et d’alimenter des lampes basses consommation lorsque les enfants les font tourner; du carnet de santé numérique présenté sous la forme d’un pendentif accroché à un collier au cou des enfants qui offre aux médecins la possibilité de lire en quelques secondes via Bluetooth les informations concernant l’état de santé et les vaccinations et de les mettre à jour mis au point en Inde; du robot professeur d’université capable de donner des cours et de converser avec ses étudiants élaboré en Chine et utilisé à l’université Jiujiang; de la première tablette tactile entièrement en braille conçue en Autriche par Blitab Technology; des tableaux en 3D créés aux Philippines pour faire entrer le visiteur dans des oeuvres, les innovations vont bon train.
Bien sûr, on ne saurait passer sous silence la voiture sans chauffeur, les lunettes interactives sur lesquelles travaillent Facebook et Google, ou encore les robots tueurs à usage militaire actuellement à l’étude aux Etats-Unis.
Mais tout cela finit par faire un peu peur.
Aussi, que vous soyez Techno-optimiste ou Techno-pessimiste, vous qui vous demandez si les innovations seront véritablement des facteurs de progrès pour l’humanité sur Terre, cette chronique a pour but de dresser le lien entre le l’univers virtuel et le monde du réel en apaisant vos craintes. Lire la suite

QUATRE PISTES POUR RELANCER L’ECONOMIE REELLE: AWI PERSISTE ET SIGNE !

Alors que la situation économique s’assombrit en raison d’un climat particulièrement délétère qui dépasse largement les limites  de l’Hexagone. Que des risques de tempêtes voire de séismes sociaux menacent nombre de pays, régions et départements. Que François Hollande, président de la République et son gouvernement se tournent  vers des experts ou commissions  pour réfléchir, à travers des rapports, aux solutions visant à juguler la crise, AWI propose quatre pistes pour relancer l’économie réelle. Les suggestions déjà évoquées  ces dernières années  sur la webradio indépendante, visent à relancer  l’économie dans quatre secteurs clés : automobile, construction, environnement, santé. Objectif : retirer « Lépine » qui empêche d’aller de l’avant et nuit à la compétitivité du  made in France. Lire la suite