PRIERE DE RESPIRER PLEINS POUMONS AVANT DE VOUS RENDRE A LA COP 24 EN POLOGNE


Qui a eu cette idée folle… de choisir ce pays d’Europe de l’Est pour accueillir la 24e étape de la COP ?
On pouvait difficilement imaginer pire pour promouvoir la transition écologique et solidaire !
Confier l‘organisation de la COP24 à un pays européen de 38 442 346 habitants, membre de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004, qui figure parmi les bonnets d’ânes en termes de lutte contre la réchauffement climatique et la pollution tous azimuts est une véritable gageure.
La Pologne est en effet l’un des rares pays européens qui black carbonise l’atmosphère sans compter. Un pays où s’arrachent les diesels vieille génération dont cherchent à se débarasser les habitants de pays voisins à l’instar de l’Allemagne.
Une opportunité pour ceux qui cherchent à trouver preneurs de leur automobile polluante émettant particules fines et autre CO2 propres à asphyxier l’humanité et pour ceux qui considèrent qu’après nous le déluge.
Les deux tiers des villes les plus polluées de l’Union européenne se trouvent en Pologne.
Alors que le fossé entre les objectifs fixés par l’accord climat de Paris en 2015 et les réalités du moment dernièrement dénoncées par l’ONU, ne cesse de se creuser, on pouvait difficilement faire plus mauvis choix pour inciter à une prise de conscience des enjeux climatiques et encourager l’adoption de mesures visant à endiguer une catastrophe qui ne connaît pas de frontières. Chronique audio à venir

« L’AUGMENTATION DE LA TAXE CARBONE EST LA GOUTTE D’EAU QUI A FAIT DEBORDER LE VASE »

Capture d’écran 2018-L’émission politique – France 2

Cette petite phrase prononcée par Nicolas Hulot, ancien ministre de la transition écologique et solidaire qui était l’invité de «L’Emission politique» sur France 2, témoigne du profond malaise porté par le mouvement des « Gilets jaunes ».
En déclarant d’emblée : « Pour bien vivre, il ne faut pas regarder les réalités en face », Nicolas Hulot qui s’exprimait pour la première fois depuis son départ du gouvernement a quelque peu contrarié la devise de la webradio webtv indépendante AWI qui a pour objectif de « Regarder les réalités en face et donner de la voix ».
En réaffirmant qu’il fallait mettre le paquet sur la transition énergétique, Nicolas Hulot a tenu à souligner que la mise en place de la taxe carbone sur les carburants devait avant tout faire l’objet d’un accompagnement social digne de ce nom.
« Réconcilier l’écologie et l’accompagnement social était ma priorité » a t’il affirmé.
 » Je n’ai pas été entendu, et c’est ce qui explique que j’ai quitté le gouvernement ».
Selon l’ancien ministre :  » L’écologie ne doit pas être le bouc émissaire. Les conséquences du réchauffement climatique sont avant tout supportées par les plus défavorisés ».
Face à l’urgence climatique et à quinze jours de la COP 24, avant de revenir sur ce sujet qui correspond à l’une des préoccupations majeures des Français, AWI vous invite a retrouver la chronique mise en ligne le 18 novembre dernier sous le titre : « APRES L’OPERATION « GILETS JAUNES » AWI VOUS APPORTE UN PEU D’H.E.R* ». Cette dernière illustre concrètement en quoi l’information et la formation en faveur de la transition écologique et solidaire, contribuerait efficacement à la promotion de solutions à même de faire face à l’urgence climatique, économique et sociale. Lire la suite