LA VICTOIRE EUROPEENNE EN GOLF PEUT-ELLE RENFORCER L’ENVIE D’EUROPE ?


Deux évènements de nature très différente, l’un sportif et l’autre politique, permettront-ils aux Européens et donc notamment aux Français de se placer sur le fairway avec détermination et confiance ?
Les Français ont beau ne pas classer le golf au tout premier rang de leurs sports favoris, ce dernier n’arrivant en 7e position, la victoire remportée dimanche à l’issue de la troisième journée de la 42e édition de la Ryder Cup qui opposait pour la première fois en France, les meilleurs golfeurs européens et américains du moment, dépasse le seul exploit sportif. Force est de constater que le point décisif a été acquis par l’un des tout meilleurs joueurs européens, l’italien Francesco Molinari, opposé à l’américain Phil Mickelson, Tiger Woods s’étant montré en petite forme. Cet évènement met en évidence l’existence de talents européens qui en tapant des balles sur un parcours difficile, ont su valoriser une discipline victime, du moins en France, d’une image de sport de nantis.
D’autant que ce résultat relativement inattendu pourrait avoir un green effet rebond sur les élections européennes qui auront lieu dans les 27 États membres de l’Union européenne (UE) entre le 23 et le 26 mai 2019, les Français étant appelés à voter le dimanche 26 mai.
Chez nous, le scrutin permettra d’élire les soixante-dix-neuf députés européens représentant la France au Parlement européen.
A l’instar de ce qu’ont su faire les joueurs de golf sur un parcours aux fairways étroits, aux roughs épais et aux obstacles d’eau spectaculaires, nos candidats aux élections européennes devront témoigner de leur envie d’une Europe victorieuse et convaincre de l’intérêt de poursuivre dans cette voie. Emmanuel Macron entend d’ailleurs s’engager dans la campagne pour les élections européennes l’an prochain sans modifier son rythme de réformes puisqu’il affirme:
“Je m’impliquerai car je crois à une campagne pour une Europe de l’ambition et de l’avenir, des démocrates et des progressistes. C’est un combat de civilisation, un combat historique, et je ne céderai rien aux extrêmes”.
C’est bien le fair-play, conduite honnête dans un sport comme en toute circonstance, qui devra être privilégié sur le parcours des élections européennes, les candidats ayant ainsi l’occasion de faire valoir de solides arguments pour que l’Europe swingue sur le terrain de la mondialisation et marque des points. Lire la suite

TOI TOI MON TOIT

Jardins en toiture à Londres – copie d’écran –

Sans chercher à s’envoyer des fleurs, AWI se devait de fignoler le jardinage d’une semaine marquée notamment par une actualité hexagonale où plan santé, recherche d’emploi et écologie appliquée, ont composé un bouquet représentatif des préoccupations majeures des Français.
Et comme vous allez le constater, la reprise du titre du tube d’Elli Medeiros  » Toi, toi mon toit  » qui date de 1986, ne doit rien au hasard. Lire la suite

EXTRACTION DU CHARBON : TRUMP ENFONCE LE PIC

Diffusée le 30 mars 2017, la chronique vidéo de Patrick Gorgeon, intitulée « Trump au Charbon » donnait déjà un clair aperçu de la politique énergétique et environnementale du 45e président des Etats-Unis. Dans ce domaine comme dans d’autres, Trump impose sa marque de fabrique politique en abrogeant tout ce qui a ses yeux va à l’encontre de son slogan de campagne  » Make America great again ». Lancé en 2015 par Barack Obama, le Clean Power Plan qui devait conduire le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine, à s’éloigner du charbon, est bel et bien enterré. Favoriser des sources d’énergie produisant peu de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre de ce secteur de 32% par rapport à 2005 et d’ici 2030 n’est plus d’actualité. Du moins outre Atlantique ! Néanmoins comme nous le faisons remarquer récemment, ce qui s’apparente à un retour en arrière ne signifie pas pour autant que les Etats-Unis se détournent des énergies renouvelables. De nombreuses actions sont en effet menées dans certains Etats et des entreprises spécialisées apportent chaque jour la démonstration de leur savoir-faire dans ce domaine.
Mais en visitant l’une des plus grosses régions productrices de charbon, en Virginie-Occidentale, Donald Trump a conscience de donner satisfaction  à un électorat fidèle qui saura le soutenir lors des prochaines élections de mi-mandat, en novembre prochain. Redonner le sourire aux gueules noires, relancer  un secteur étant désormais en mesure, contre toute attente, de créer des emplois est une opération qui laissera des traces. Force est de constater que l’engagement que le président  Trump avait pris en 2016 durant la campagne présidentielle de relancer l’extraction de charbon est tenu. Quant aux mesures destinées à assurer le soutien des entreprises productrices qui  comptent encore quelque 60.000 salariés, elles  font le  bonheurs des uns mais aussi certainement le malheur de ceux qui misaient sur l’intérêt d’une véritable révolution énergétique. Lire la suite

RENCONTRE HISTORIQUE A SENTOSA

Ce titre n’est pas celui d’un des derniers films dont le 7e art a le secret ! Néanmoins, bien conscient du caractère historique de cette rencontre que personne n’imaginait possible, il y a encore quelques semaines, Kim Jong-un a d’ailleurs dit à Donald Trump : « Je pense que le monde entier regarde ce moment. Beaucoup de gens dans le monde penseront à cela comme une scène d’un film de science-fiction fantastique ». En ce 12 juin 2018, un grand pas en faveur de la paix a été franchi. A l’issue d’un échange cordial qui aura duré environ 40 minutes, à l’hôtel Capella sur l’île de Sentosa à Singapour, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se sont serrés la main après avoir signé un document qualifié de « très complet portant sur la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».
Interrogé par un journaliste sur le déroulement de la réunion, Trump a déclaré: « Très bien. Très très bien. Bonne relation. »
Kim a pour sa part affirmé : « Nous avons surmonté toutes sortes de scepticisme et de spéculations au sujet de ce sommet et je crois que c’est bon pour la paix ».
Interrogé pour savoir s’il inviterait Kim à la Maison Blanche, Trump a déclaré: « Absolument, je le ferai. »
Le dollar a grimpé à un sommet de 3 semaines mardi et les actions asiatiques ont enregistré une forte hausse dans la foulée. Lire la suite

ESPAGNE : UN GOUVERNEMENT PRO-EUROPEEN ET MAJORITAIREMENT FEMININ

Alors que le Vieux Continent semble en proie aux doutes sur fond d’élections en Italie et en Slovénie notamment, l’arrivée au pouvoir vendredi du nouveau chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, précédemment chef du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), redonne espoir à double titre.

En nommant un gouvernement intergénérationnel, ouvert à l’Europe et majoritairement féminin avec onze femmes à des postes clés et six hommes, Pedro Sanchez âgé de 46 ans choisit, selon ses propres termes, la mise en place de ce qu’il a de meilleur au sein de la société espagnole. Lire la suite

L’ITALIE EN TÊTE DE GONDOLE D’UNE ACTUALITE POLITIQUE EUROPEENNE AGITEE (Actualisé au 1er juin 2018)

L’Italie s’offre une première place au coeur de l’actualité européenne. Ce pays connaît en effet depuis dimanche soir une nouvelle crise politique. Le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite) ont abandonné leur projet de former un gouvernement après le refus du président Sergio Mattarella d’avaliser leur choix de l’économiste eurosceptique Paolo Savona, 81 ans, comme ministre de l’Economie.
L’idée que l’Italie ne sera pas dirigée par un gouvernement hostile à l’euro a fait monter les marchés lundi matin. Toutefois, ils ont ensuite reperdu du terrain, réalisant qu’il s’agissait-là d’une solution à court terme. Le président italien Sergio Mattarella a nommé lundi l’économiste Carlo Cottarelli, un ancien du Fonds monétaire international (FMI), à la tête d’un gouvernement de transition chargé de préparer le budget 2019 et d’organiser des élections législatives anticipées. Face à l’incertitude qui prévaut, le Premier ministre italien Carlo Cottarelli a annoncé lundi qu’il allait réunir “très rapidement” un gouvernement pour accompagner le pays vers de nouvelles élections, qui ne se tiendront pas avant l’automne ou au début de l’an prochain. Lire la suite de cette chronique actualisée quotidiennement

L’AWI MAGE DE LA SEMAINE – D’UN NOUVEAU PONT IL EST QUESTION

Sauf à refuser de prendre la Pentecôte, il apparaît difficile de faire plus pertinent en matière de pont ! D’où ce regard porté sur l’un des évènements de la semaine.
Visiblement, Vladimir Poutine, président de la Russie, affichait une mine réjouie et une allure décontractée en inaugurant, le 15 mai, au volant d’un camion, le pont de 19 kilomètres qui relie désormais la Crimée à la Russie et devient le plus long d’Europe.
Un ouvrage d’art dont le coût estimé à 228,3 milliards de roubles (2,9 milliards d’euros à l’époque) a sans aucun doute été largement dépassé. Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – LES BUBBLES BIENTÔT EN SERVICE A PARIS

Vous qui pensiez avoir tout vu n’êtes pas au bout des surprises ! Alors que Paris chasse les polluantes automobiles de ses artères bouchées en donnant la priorité aux voitures, vélos, Segway, skates, scooters et motos électriques, voici la Bubble, une voiture-bateau qui vole sur l’eau.  Long de quatre mètres  et large de deux mètres, l’engin au profil futuriste qui peut transporter jusqu’à cinq personnes – quatre passagers et un conducteur – va permettre aux villes de se réapproprier leurs fleuves, lacs, baies ou canaux. Propulsés par deux moteurs électriques, situés dans la coque, ces Bubbles dont le principe de fonctionnement s’inspire de celui de l’hydroptère, volent à 40 centimètres au-dessus de l’eau. Ils utilisent le phénomène de portance hydrodynamique qui veut que le flux d’air au-dessus de l’aile aspire l’engin vers le haut ce qui lui permet de se soulever et de rester en l’air. Capables d’atteindre les 30 noeuds soit 55km/h, à Paris leur vitesse sera limitée à 10 noeuds maximum soit 18 km/h. Anders Bringdal et Alain Thibault à l’origine de ce nouveau concept de mobilité électrique fluvial au sein de la société SeaBubbles ont pensé à tout. Des Docks autonomes pouvant être alimentés grâce aux énergies renouvelables ( solaire, éolien, hydrolien) apporteront en effet aux Bubbles des aires de stationnement et d’embarquement parfaitement adaptés aux berges et quais de la Seine. Le premier Dock devrait se situer à la hauteur du pont de l’Alma. Possibilité de réservation en ligne est d’ores et déjà à l’étude. L’extrait vidéo qui permet de voir une maquette du Bubble sur le Grand Canal du château de Versailles puis des essais grandeur nature donnent un avant goût des sensations à bord de ce nouveau moyen de transport électrique fluvial qui devrait rencontrer une authentique vague de succès en milieu urbain, sans mal de mer. Message personnel : Concernant notre prochain retour de haute mer, ce sera difficile mais pas impossible. En attendant cliquez ici pour consulter l’extrait vidéo