RENCONTRE HISTORIQUE A SENTOSA

Ce titre n’est pas celui d’un des derniers films dont le 7e art a le secret ! Néanmoins, bien conscient du caractère historique de cette rencontre que personne n’imaginait possible, il y a encore quelques semaines, Kim Jong-un a d’ailleurs dit à Donald Trump : « Je pense que le monde entier regarde ce moment. Beaucoup de gens dans le monde penseront à cela comme une scène d’un film de science-fiction fantastique ». En ce 12 juin 2018, un grand pas en faveur de la paix a été franchi. A l’issue d’un échange cordial qui aura duré environ 40 minutes, à l’hôtel Capella sur l’île de Sentosa à Singapour, le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se sont serrés la main après avoir signé un document qualifié de « très complet portant sur la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ».
Interrogé par un journaliste sur le déroulement de la réunion, Trump a déclaré: « Très bien. Très très bien. Bonne relation. »
Kim a pour sa part affirmé : « Nous avons surmonté toutes sortes de scepticisme et de spéculations au sujet de ce sommet et je crois que c’est bon pour la paix ».
Interrogé pour savoir s’il inviterait Kim à la Maison Blanche, Trump a déclaré: « Absolument, je le ferai. »
Le dollar a grimpé à un sommet de 3 semaines mardi et les actions asiatiques ont enregistré une forte hausse dans la foulée. Lire la suite

ESPAGNE : UN GOUVERNEMENT PRO-EUROPEEN ET MAJORITAIREMENT FEMININ

Alors que le Vieux Continent semble en proie aux doutes sur fond d’élections en Italie et en Slovénie notamment, l’arrivée au pouvoir vendredi du nouveau chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, précédemment chef du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), redonne espoir à double titre.

En nommant un gouvernement intergénérationnel, ouvert à l’Europe et majoritairement féminin avec onze femmes à des postes clés et six hommes, Pedro Sanchez âgé de 46 ans choisit, selon ses propres termes, la mise en place de ce qu’il a de meilleur au sein de la société espagnole. Lire la suite

L’ITALIE EN TÊTE DE GONDOLE D’UNE ACTUALITE POLITIQUE EUROPEENNE AGITEE (Actualisé au 1er juin 2018)

L’Italie s’offre une première place au coeur de l’actualité européenne. Ce pays connaît en effet depuis dimanche soir une nouvelle crise politique. Le Mouvement Cinq Etoiles (M5S, anti-système) et la Ligue (extrême droite) ont abandonné leur projet de former un gouvernement après le refus du président Sergio Mattarella d’avaliser leur choix de l’économiste eurosceptique Paolo Savona, 81 ans, comme ministre de l’Economie.
L’idée que l’Italie ne sera pas dirigée par un gouvernement hostile à l’euro a fait monter les marchés lundi matin. Toutefois, ils ont ensuite reperdu du terrain, réalisant qu’il s’agissait-là d’une solution à court terme. Le président italien Sergio Mattarella a nommé lundi l’économiste Carlo Cottarelli, un ancien du Fonds monétaire international (FMI), à la tête d’un gouvernement de transition chargé de préparer le budget 2019 et d’organiser des élections législatives anticipées. Face à l’incertitude qui prévaut, le Premier ministre italien Carlo Cottarelli a annoncé lundi qu’il allait réunir “très rapidement” un gouvernement pour accompagner le pays vers de nouvelles élections, qui ne se tiendront pas avant l’automne ou au début de l’an prochain. Lire la suite de cette chronique actualisée quotidiennement

L’AWI MAGE DE LA SEMAINE – D’UN NOUVEAU PONT IL EST QUESTION

Sauf à refuser de prendre la Pentecôte, il apparaît difficile de faire plus pertinent en matière de pont ! D’où ce regard porté sur l’un des évènements de la semaine.
Visiblement, Vladimir Poutine, président de la Russie, affichait une mine réjouie et une allure décontractée en inaugurant, le 15 mai, au volant d’un camion, le pont de 19 kilomètres qui relie désormais la Crimée à la Russie et devient le plus long d’Europe.
Un ouvrage d’art dont le coût estimé à 228,3 milliards de roubles (2,9 milliards d’euros à l’époque) a sans aucun doute été largement dépassé. Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – LES BUBBLES BIENTÔT EN SERVICE A PARIS

Vous qui pensiez avoir tout vu n’êtes pas au bout des surprises ! Alors que Paris chasse les polluantes automobiles de ses artères bouchées en donnant la priorité aux voitures, vélos, Segway, skates, scooters et motos électriques, voici la Bubble, une voiture-bateau qui vole sur l’eau.  Long de quatre mètres  et large de deux mètres, l’engin au profil futuriste qui peut transporter jusqu’à cinq personnes – quatre passagers et un conducteur – va permettre aux villes de se réapproprier leurs fleuves, lacs, baies ou canaux. Propulsés par deux moteurs électriques, situés dans la coque, ces Bubbles dont le principe de fonctionnement s’inspire de celui de l’hydroptère, volent à 40 centimètres au-dessus de l’eau. Ils utilisent le phénomène de portance hydrodynamique qui veut que le flux d’air au-dessus de l’aile aspire l’engin vers le haut ce qui lui permet de se soulever et de rester en l’air. Capables d’atteindre les 30 noeuds soit 55km/h, à Paris leur vitesse sera limitée à 10 noeuds maximum soit 18 km/h. Anders Bringdal et Alain Thibault à l’origine de ce nouveau concept de mobilité électrique fluvial au sein de la société SeaBubbles ont pensé à tout. Des Docks autonomes pouvant être alimentés grâce aux énergies renouvelables ( solaire, éolien, hydrolien) apporteront en effet aux Bubbles des aires de stationnement et d’embarquement parfaitement adaptés aux berges et quais de la Seine. Le premier Dock devrait se situer à la hauteur du pont de l’Alma. Possibilité de réservation en ligne est d’ores et déjà à l’étude. L’extrait vidéo qui permet de voir une maquette du Bubble sur le Grand Canal du château de Versailles puis des essais grandeur nature donnent un avant goût des sensations à bord de ce nouveau moyen de transport électrique fluvial qui devrait rencontrer une authentique vague de succès en milieu urbain, sans mal de mer. Message personnel : Concernant notre prochain retour de haute mer, ce sera difficile mais pas impossible. En attendant cliquez ici pour consulter l’extrait vidéo