L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE SALUE LA NAISSANCE D’UNE REINE DES ABEILLES

Photo: Anne Marchand

Assister à la naissance d’une reine des abeilles est un privilège ! Les reines sont élevées généralement au printemps et jusqu’à l’automne en fonction des régions. Cet élevage a lieu lors d’un essaimage. Il n’est possible que si la colonie est prospère et le climat favorable. Seule la reine adulte accouplée par ruche est la mère de la plupart, sinon de la totalité, des abeilles de la ruche. Or les abeilles sont menacées d’extinction en Europe. Ce sont les premières victimes des pesticides, particulièrement des insecticides néonicotinoïdes utilisés dans les cultures dont l’utilisation est depuis 2013 dénoncée y compris au niveau européen. De plus, d’autres facteurs provoquent la disparition des abeilles qu’il s’agisse de la canicule et de la présence du frelon asiatique, véritable prédateur qui détruit les colonies d’abeilles. Lire la suite

MONDIAL 2018 : LES RUSSES SE DISTINGUENT EN MATCH D’OUVERTURE

C’est en présence de Vladimir Poutine, Président de la Russie, que s’est déroulé hier le match d’ouverture du Mondial 2018 opposant les joueurs russes à l’équipe d’Arabie saoudite. Un match largement dominé par les joueurs russes (5-0).
Cette éclatante victoire place la Russie dans une position bien plus confortable que beaucoup ne le redoutaient.
L’équipe russe réunissant de jeunes pousses prometteuses et de vieux lions est parvenue à un score sans appel . Le Russe Youri Gazinsky est devenu, le premier buteur du Mondial 2018. Il n’aura pas fallu attendre la fin du premier quart d’heure pour que la Russie ouvre le score à la 12e minute du match d’ouverture contre l’Arabie saoudite. Lire la suite

SENIORS A DOMICILE EN PERTE D’AUTONOMIE : L’INSEE DRESSE LE TABLEAU

Les récentes manifestations des personnels des Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) publics sur l’ensemble du territoire visaient à dénoncer les conditions de travail notamment dues à un manque d’effectif, mais aussi les conditions d’accueil trop souvent indignes des personnes âgées. Face au légitime mécontentement exprimé, la ministre de la Santé et des Solidarités Agnès Buzyn a annoncé que 50 millions d’euros seraient débloqués pour aider les Ehpad qui souffrent d’un manque de moyens.
Ces précisions méritent d’être rappelées alors que l’Insee vient de publier des études régionales sur la perte d’autonomie des seniors vivant à domicile. Ces dernières qui ont été réalisées à partir des données de l’enquête Vie Quotidienne et Santé de 2014, sont riches d’enseignements. Lire la suite

L’ ATTRACTIVITE DE LA FRANCE MISE AU DEFI CÔTE CREATION D’EMPLOIS

Le dernier baromètre du cabinet d’audit EY concernant l’attractivité de la France en 2017 qui a été publié lundi est encourageant mais aussi très instructif. Surtout lorsqu’il révèle que le nombre de décisions d’investissement en France est passé de 779 à 1.019 entre 2016 et 2017 et que Paris devance désormais Londres au classement des top capitales. De plus, d’après une enquête menée auprès de 208 dirigeants et cadres dirigeants d’entreprises étrangères installées dans l’Hexagone, la tendance se confirme en 2018, le niveau de satisfaction de ces derniers atteignant 90 % selon le sondage de janvier 2018 contre 73 % en 2017.
Néanmoins, une ombre portée sur les investissements étrangers appelée « emploi » vient ternir le tableau. La réalité veut en effet que malgré une bonne dynamique des investissements étrangers en France en 2017, le nombre d’emplois potentiellement crées chez nous reste modeste au regard des résultats affichés dans ce domaine chez nos voisins européens. Avec 25.126 emplois crées en France, soit une moyenne de 25 par projet, ce résultat qui s’avère nettement en-dessous de la moyenne apparaît pour le moins contradictoire.
Mais c’était sans compter sur la publication des derniers chiffres de l’Insee concernant la dynamique du marché du travail qui viennent corroborer cette information. La croissance de l’emploi salarié en France a en effet ralenti à 0,2% sur les trois premiers mois de l’année après une hausse révisée à 0,4% sur le dernier trimestre de l’année 2017. Autrement dit, l’économie française a crée 48.800 empois dans le secteur privé et le secteur public au cours de trois premiers mois de l’année contre 107.300 sur les trois derniers mois de l’année 2017. En admettant qu’il s’agit là d’un accident de parcours, une question se pose : Comment expliquer le déficit de créations d’emplois qu’il s’agisse du tissu productif français industries et services, comme des investisseurs étrangers implantés en France ? La chronique audio vous en dit plus! Cliquez ici pour écouter la chronique audio de Patrick Gorgeon

REMISE EN QUESTION DE LA TVA A TAUX REDUITS : UNE TRES VILAINE ANNONCE (Actualisée le 13 juin 2018)

Ce n’est pas la première fois que la TVA à taux réduits est remise sur le tapis, en France. Alors que Bruxelles avait déjà attiré l’attention sur le fait que cette dérogation fiscale ne pouvait être que temporaire, nos gouvernants ont toujours su jouer les prolongations.
Aussi lorsque Bruno Le Maire déclare la semaine dernière envisager un réexamen des quelque 145 régimes dérogatoires, afin de réaliser de nouvelles économies, on est en droit de s’inquiéter.
Il est vrai qu’il s’agit là d’un gisement de 48 milliards d’euros, selon les estimations du Conseil des prélèvements obligatoires.
Nonobstant les nombreux rapports publiés par les services de Bercy, la Cour des comptes et les parlementaires venus, au fil du temps, dénoncer les travers de ces allègements fiscaux, tout relèvement des taux de TVA ne peut avoir qu’un double impact négatif.
Tout d’abord, parce qu’il touche directement au portefeuille et donc la consommation des ménages. Ensuite, parce qu’il rend certains produits et services nettement moins attractifs, menaçant du même coup l’état de santé de secteurs clés de l’économie porteurs d’emplois.
Parmi ces derniers, le secteur du bâtiment et celui de l’hôtellerie restauration sont sans nul doute les plus vulnérables à tout alourdissement de la fiscalité.
Une analyse assez fine de la situation particulière que connaît la France en matière d’application de la TVA s’impose. Lire la suite

G7 : LES SOURIRES DE FACADE LAISSENT PLACE A UNE SOUPE A LA GRIMACE

C’est à bord d’Air Force One que Donald Trump qui s’était envolé pour Singapour à envoyé son tweet annonçant qu’il retirait son soutien au communiqué commun du G7 obtenu non sans difficultés, rejetant la faute sur des propos du Premier ministre canadien Justin Trudeau.

« En raison des fausses déclarations de Justin à sa conférence de presse, et du fait que le Canada impose des taxes massives sur nos agriculteurs, travailleurs et entreprises américains, j’ai demandé à nos représentants américains de retirer le soutien au communiqué, tandis que nous envisageons des tarifs sur les automobiles qui inondent le marché américain! ».

Il s’agit une nouvelle fois d’une volte-face spectaculaire du président des Etats-Unis, sachant qu’il avait déclaré peu avant son départ qu’il y souscrivait.

Ce torpillage de dernière minute rend de facto caduque la déclaration commune sur le commerce grâce à laquelle le « Groupe des sept » (Etats-Unis, Canada, Italie, Royaume-Uni, France, Allemagne, Japon) pensait être parvenu pour sauver la face.
Les sourires de façade affichés par les dirigeants à la fin du sommet du G7 laissent place à une soupe à la grimace qui ne manquera pas de faire des vagues et de susciter de nombreuses réactions.

Il ne resta plus qu’à souhaiter que la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un qui se veut historique, ne donne pas lieu à un nouveau revirement de dernière minute.

Quoi qu’il en soit, l’échec du sommet du G7, combiné à d’autres événements majeurs comme une rencontre entre Trump et Kim Jong-un, la réunion de la Fed qui devrait relever mercredi prochain ses taux directeurs pour la deuxième fois cette année, suivie de près de celle de la BCE jeudi, ainsi que de la Banque du Japon jeudi et vendredi vont mettre les investisseurs sous pression. Information à suivre

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – HOMMAGE A DAVID DOUGLAS DUNCAN

David-Ducan Douglas


Ce photographe américain de talent qui avait pris sa retraite dans le domaine de Castellaras sur la commune de Mouans-Sartoux, dans le midi de la France, est décédé jeudi à l’âge de 102 ans.

Sa carrière avait débuté par un scoop, s’agissant de la photo de l’homme qui n’était autre que John Dillinger, un braqueur de banque réputé aux Etats-Unis.

En tant que photographe de guerre, il avait couvert la Seconde Guerre mondiale, la guerre de Corée et la guerre du Viêt Nam. Mais Duncan était également devenu un grand photojournaliste de paix, célèbre notamment pour ses reportages sur Pablo Picasso et Martin Gray. Lire la suite

EN PLEIN ELAN – Chronique actualisée le 9 juin 2018 à 21H

Députés et sénateurs ont intérêt à tenir le rythme s’ils veulent que l’Elan entendez la loi dite : « Evolution du logement, aménagement et numérique » soit votée au Parlement d’ici l’été.
Le nombre impressionnant d’amendements, près de 2.000 restant encore à examiner, témoigne en effet de la taille gigantesque du chantier qui devrait contraindre les législateurs à des prolongations durant le week-end.
Il faut reconnaître que dés qu’on touche au logement privé et social, on s’aperçoit très vite de la complexité du jeu de construction, compte tenu du nombre de pièces qui doivent être simultanément repensées, qu’il s’agisse entre autres de l’encadrement des loyers, des règles d’urbanisme, des permis de construire, des baux numériques, des copropriétés, de locations touristiques, de logements pour handicapés, de transformation de bureaux en logements…
Sans nier le caractère positif des actions menées précédemment, force est de reconnaître que ces dernières n’ont pas permis de répondre à tous les problèmes posés.
La phrase qui introduit le projet de loi ELAN résume clairement la situation : « Notre politique du logement est encore trop pensée pour les besoins d’hier, et pas assez pour ceux d’aujourd’hui, encore moins ceux de demain ». Lire la suite

INTEGRATION DES MIGRANTS EN FRANCE – LA FEUILLE DE ROUTE DEVOILEE

La diffusion ce lundi d’une chronique épistolaire intitulée : « L’IMMIGRATION : UN SUJET POLITIQUE QUI RONGE LA SOCIETE » puis d’une chronique audio venue la compléter sur la base de la question posée dans le dernier numéro des Cahiers français :« Quelle politique migratoire pour la France ? » se justifiaient à plus d’un titre.
Ces dernières permettent de revenir sur les arbitrages de l’exécutif concernant l’intégration des migrants qui ont été dévoilés mardi par le Premier ministre. D’autant que les décisions prises font écho aux observations voire recommandations émises par plusieurs observateurs avertis auxquels ces chroniques font référence.
Toutefois, si les 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France contenues dans le rapport parlementaire du député LRM du Val-d’Oise Aurélien Taché ont permis d’enrichir la réflexion et de définir des actions prioritaires, force est constater que l’une d’elles ayant trait à l’accès au logement n’a pas été retenue.

Il n’y aura donc ni prime de 1 000 euros aux communes qui proposent un logement ni « crédit d’impôt solidarité » pour les particuliers hébergeant gratuitement un étranger, comme le suggérait le rapport. On se limitera à l’application du droit commun, la circulaire du 12 décembre 2017 prévoyant la « mobilisation de 20 000 logements » sous l’impulsion des préfets. Il est néanmoins intéressant d’observer que Le gouvernement compte développer certains dispositifs d’intégration expérimentaux à l’instar du programme HOPE (hébergement orientation parcours vers l’emploi) afin de faciliter l’accès à l’emploi dans des secteurs en tension comme le BTP, les services et l’industrie. 1 000 réfugiés devraient en bénéficier dés 2018. En 2018, 3 000 jeunes migrants se verront également proposer un « sas linguistique et socioprofessionnel » (garantie jeune, apprentissage…) d’une durée de 3 à 6 mois. Leur nombre devrait atteindre 5 000 en 2019. Si le rapport Taché avait évalué le coût total de ses propositions à un peu plus de 600 millions d’euros, les moyens financiers alloués à l’accueil des migrants en France devraient plutôt avoisiner les 200 millions. L’accent est mis sur des mesures à juste titre considérées comme indispensables. Lire la suite

L’IMMIGRATION UN SUJET POLITIQUE QUI RONGE LA SOCIETE

L’immigration qui est devenue une question politique majeure en Europe comme aux Etats-Unis, influence considérablement la montée en puissance des nationalismes et autres populismes dont témoignent les résultats des dernières élections.

En Italie, Matteo Salvani, leader de la Ligue qui a été nommé ministre de l’intérieur, un des postes clé du gouvernement, a d’ailleurs conformément à ce qu’il avait annoncé lors de sa campagne électorale confirmé ses intentions. Objectifs : « renvoyer chez eux » près d’un demi-million de « clandestins » ; refuser aux bateaux des ONG, opérationnelles au large de la Libye, la possibilité de jeter l’ancre dans les ports italiens ; bloquer toutes les frontières du pays.

L’écho de ce durcissement de la politique migratoire a immédiatement résonné en Slovénie, le Parti démocratique slovène (SDS) ayant remporté ce dimanche les élections législatives, avec 25 % des voix. Tout au long de sa campagne, son président Janez Jansa avait brandi le spectre d’une invasion migratoire dans son pays. Et force est de constater que dans ce petit pays d’un peu plus de 2 millions d’habitants, son message a été capté par de nombreux électeurs.

Même l’Allemagne qui faisait encore, il y a peu, figure d’exemple en matière d’accueil et d’intégration des migrants, ces derniers ayant permis de palier le déficit en termes de main d’œuvre et donc de renforcer la compétitivité du pays, se trouve au pied du mur. Lire la suite