REFERENDUM D’AUTODETERMINATION EN NOUVELLE CALEDONIE SANS REEL SUSPENS

Mine de nickel à Koniambo en Nouvelle-Calédonie –


A l’heure où le Brexit conduit à s’interroger sur les conditions dans lesquelles le Royaume-Uni se désolidarisera ou non de l’UE, du sort des 12 PTOM* sous pavillon britannique qui ont pour la plupart des profils de paradis fiscaux (Îles Vierges britanniques, Turks et Caïcos, Caïmans…) il n’est que peu question.
Etonnant dans la mesure où pour aussi curieux que cela puisse paraître, les habitants de ces territoires ultramarins du Royaume Uni n’ont pas été consultés lors du référendum.
Or le Brexit pourrait avoir d’importantes répercussions sur la situation des ces territoires isolés et par voie de conséquence sur les relations entretenues par les collectivités ultramarines françaises et néerlandaises avec les PTOM britanniques caribéens notamment.
Ce premier point souligne l’intérêt du numéro de la documentation photographique paru à a Documentation française consacré aux Outre-Mers Européens que l’ont doit à Jean Christophe Gay**.
Un numéro qui permet également de s’envoler vers la Nouvelle Calédonie qui est passée sous souveraineté française en 1853 et surtout organise le 4 novembre prochain un référendum d’autodétermination. Lire la suite

CERTAINS METAUX REPRESENTENT-ILS DE BONS PLACEMENTS D’AVENIR ?

A l’heure où le Livret A, l’Assurance vie en fonds euros, ne rapportent plus que peanuts, l’heure est sans doute venue pour ceux qui cherchent à diversifier leurs placements, de se tourner vers certaines matières premières et notamment quelques métaux dont la demande devrait aller croissante. La transition énergétique qui semble désormais incontournable, un peu partout dans le monde, veut en effet que les moteurs thermiques, essence comme diesel, soient de plus en plus mis sur la touche pour laisser petit à petit place aux véhicules électriques dont les batteries sont le coeur. Autrement dit,  en dépit des accords signés par les pays producteurs de pétrole visant à limiter leur production, les  cours de l’or noir  se trouvent entraînés dans une spirale baissière à moyen et long termes pour cause de prise de conscience des risques liés au réchauffement climatique. En revanche, certaines matières premières comme le cuivre et le lithium, abondamment utilisées dans la fabrication des batteries des véhicules électriques notamment, pourraient devenir, au fur et à mesure, de bons gisements et donc d’excellents placements. Certes, comme chacun peut le constater aujourd’hui, les cours de ces matières premières apparaissent encore peu attractifs. Mais, dans ce domaine comme dans d’autres, ne dit-on pas qu’il faut savoir acheter au son du canon et vendre au son du clairon. Cuivre et lithium sont-ils des métaux d’avenir appelés à connaître une belle envolée de leurs cours compte tenu d’une demande qui ne pourra aller que crescendo ? C’est sur cette hypothèse qui n’a rien de surréaliste qu’il convient aujourd’hui de se pencher lorsqu’on cherche à placer en partie son bel argent sur une autre valeur refuge que l’or. Démonstration serait ainsi apportée que la fée électricité a bien des pouvoirs masqués. La chronique audio s’intéresse au parc de véhicules électriques aujourd’hui en circulation en France et dans le monde ainsi qu’aux perspectives de développement de ce segment du marché automobile. Des données qui ne seront pas sans conséquences sur l’utilisation de matières premières comme le cuivre et le lithium dont le tout électrique se montre particulièrement gourmand. Cliquez ici pour écouter la chronique audio de Patrick Gorgeon