LE PROJET « GRAND PARIS » EST IL EN PHASE AVEC LES REALITES DE DEMAIN ?

Le projet de création d’une nouvelle entité territoriale englobant la capitale de la France et quelques communes de la région Ile de France ne souffre t’il pas avant tout, de son nom de baptème : « Métropole Grand Paris »
Adoptée en fin de XXe siècle, par un noyau de groupies, cette dénomination témoigne de la volonté de mettre à profit l’image de marque de la cité mère « Paris » qui a toujours su faire rêver de par le monde. En raison de son pouvoir d’attractivité avéré depuis des lustres, Paris indémodable, symbolise richesse culturelle, historique, patrimoniale, mais aussi charme, diversité, cosmopolitisme, et aux yeux des étrangers qualité de vie urbaine. Toutefois, dans aucun pays proche comme éloigné, les capitales qui ont été amenées à s’étendre notablement à l’instar de Berlin, Londres, Madrid, Beijing, Dubaï, New York… n’ont eu à recourir à des adjectifs pour faire valoir leur seule étendue. L’ajout de l’adjectif « grand » devant le nom de la capitale est donc une idée bien française. L’expression « Grand Paris « rend elle pour autant plus sexy la future métropole qui semble vouloir embrasser des zones périphériques ? Donne t’elle réellement une image futuriste ?
Réduit en superficie pour des raisons essentiellement financières, seules 131 communes sur les 1.200 que compte la région francilienne, seront en effet parties prenantes dans ce nouveau concept spatial à naître. Cette dimension restreinte ne limite t’elle pas les ambitions qui avaient nourri la réflexion de départ, certains ayant été jusqu’à envisager que le « Grand Paris » s’étende jusqu’au Havre, autrement dit s’offre une façade maritime ?
A l’heure où l’Europe objet de critiques pèse – post Brexit – ce que pèse un continent qui rassemble 27 pays et ses 445 millions d’habitants, l’expression « Métropole Grand Paris » n’a t’elle pas un côté étriqué, même si le projet doit au fil du temps s’étendre toujours plus ? Lire la suite