LA LOI DE SANTE PUBLIQUE RESTE INSCRITE DANS L’AGENDA

La brutale tourmente qui a agité la politique « made in France » lundi et mardi derniers s’est traduite par un remaniement du gouvernement avec des départs, des arrivées et un certain nombre de maintiens à des postes clés.
Et c’est ainsi que dans le Valls II, Marisol Touraine conserve son portefeuille Santé et Affaires sociales en l’étendant aux Droits des femmes. Fidèle et extrêmement discrète, elle aura donc entre autres pour mission de mener à bon port le projet de loi santé, un texte d’une cinquantaine d’articles décrit comme ambitieux, qui selon le quotidien du médecin soulève déjà de vives critiques aussi bien en ville qu’à l’hôpital.
En présentant au mois de juin les grands axes du projet de la loi de santé publique, Marisol Touraine, précisait que face aux bouleversements liés au vieillissement de la population, à l’augmentation des maladies chroniques qui touchent une personne sur quatre, à l’indispensable mobilisation de l’innovation au service de la qualité et de l’efficacité des prises en charge, une seule question se pose :
« Comment répondre à ces défis pour que dans les années qui viennent, les Français, tous les Français, aient encore accès à un système de santé d’excellence ? »
En raison de la priorité donnée au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) et au projet de loi de finances (PLF), le texte du projet de loi de santé publique, qui ne pouvait être débattu à la rentrée parlementaire, ne sera vraisemblablement pas examiné à l’Assemblée nationale avant le début 2015,
L’idée consistait, dit-on, à ce que le texte gouvernemental soit connu avant le PLFSS
Et comme vous allez le constater à l’écoute de la chronique, la prévention santé notamment figure en bonne place. Elle en est même le socle.
Autant dire que les émissions proposées jusqu’ici dans ce registre, dans la rubrique « Santé et Assurance maladie » s’avèrent pertinentes au regard des objectifs visés et des actions menées par la CPAM du Val-de-Marne. Lire la suite