PYEONGCHANG A J-1

A l’issue des négociations concernant la participation des athlètes nord-coréens aux JO d’hiver de Pyeongchang en Corée du Sud, Kim Jong Un avait annoncé qu’une délégation de haut niveau assisterait à la cérémonie d’ouverture.

Pas moins de 229 pom-pom girls tout sourires vêtues de manteaux couleur lie de vin et coiffées de chapkas en fourrure noire ont ainsi emboité le pas des sportifs pour se rendre au village olympique. Mais en dépit des questions qui leurs ont été posées par les journalistes présents à l’aéroport rien n’a filtré sur le spectacle proprement dit, car c’est une des surprises du chef. On ne sait d’ailleurs où sera Kim Jong Un lors des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver, peut-être à son bureau. Lire la suite

LES PREPARATIFS DES JO D’HIVER EN COREE DU SUD VONT BON TRAIN

Ryom Tae-Ok et Kim Ju-Sik. Qualifié ce duo Nord-coréen participera aux JO en patinage artistique


Après l’échec de sa candidature face à Vancouver pour les Jeux olympiques d’hiver de 2010, puis de 2014 face à Sotchi au Japon, Pyeongchang a fini par remporter l’organisation des JO d’hiver 2018.
Les monts Taebaek et plus particulièrement les sites d’Alpensia et de Yongpyong, accueilleront donc toute une série d’épreuves qui ont déjà, dans le contexte actuel, un parfum de victoire diplomatico-sportive, la Corée du Nord étant parvenue avec la Corée du Sud, à un accord de participation pour cet événement de portée internationale.
Drapeau olympique et flamme olympique pourront donc trôner sur la péninsule coréenne du 9 au 25 février. Les athlètes des nombreuses nations qui participeront aux épreuves pourront se dire que slalom, ski de vitesse, patinage, courses de bobsleigh, sauts, biathlon, luge, bobsleigh et skeleton… permettent au-delà des remises de médailles remises aux vainqueurs, de rapprocher les peuples et surtout dans le cas présent, de surseoir aux vives tensions géopolitiques que rien ne semblait pouvoir apaiser.
Autrement dit, tout laisse à penser que cette période sera propice à aux rapprochements, aux échanges… sans pour autant occulter l’esprit de compétition et les exploits sportifs qui veulent que les meilleurs gagnent dans chaque discipline.
La chronique audio s’arrête sur l’ambiance des préparatifs de ces JO d’hiver de Pyeongchang qui donneront également lieu à des Jeux paralympiques, dont le caractère festif mais aussi culturel, ne pourra échapper aux regards du monde entier, en ce mois de février 2018. Cliquez ici pour écouter la chronique audio

L ‘ IMAGE DE LA SEMAINE

Porte-drapeau des Etats-Unis lors de la cérémonie d’ouverture des JO de Rio 2016, Michael Fred Phelps, nageur américain né le 30 juin 1985 à Towson, au Maryland, démontre une nouvelle fois, être un véritable champion, capable de victoires successives. Alors que les Etats-Unis totalisent, à ce jour et à cette heure, 70 médailles olympiques dont 26 en or, ce dernier peut se vanter de nager de record en record.
Le 7 août, il remportait le relais 4 x 100 m nage libre et s’inscrivait comme le premier nageur de plus de 30 ans à remporter un titre individuel.
Le 9 août, en moins d’une demi-heure, en remportant le relais 4 x 200 m nage libre ainsi que le 200 m papillon, il devenait le premier nageur à décrocher quatre médailles olympiques dans la même épreuve individuelle ainsi que le premier à s’aligner sur 5 finales dans la même épreuve, lors de 5 olympiades. Il récupérait la médaille d’or qui lui avait échappée lors des Jeux Olympiques de Londres en 2012.
Le 11 août, il gagnait le 200 m 4 nages individuel hommes et devenait le premier nageur à remporter quatre médailles d’or dans la même épreuve individuelle avec une 22e médaille d’or.
Le 13 août, battu sur 100 m papillon par Joseph Schilling, il terminait à la deuxième place ex-aequo avec deux autres nageurs, et décrochait néanmoins sa 27ème médaille. Mais où s’arrêtera Michael Fred Phelps ? Peut-on le croire lorsqu’il déclare qu’après de tels exploits il compte se retirer ? Lire la suite

LES JO DE LONDRES PLACENT L’INFLUENCE DU SPORT SUR LA SANTE AU DEVANT DE LA SCENE

Alors que des milliers de cloches ont sonné, vendredi dernier, dans de très nombreux pays du monde, de la Chine au Bangladesh, du Pays de Galles à l’Ecosse et à la Cornouaille , sans oublier Big Ben pour annoncer  l’ouverture des  Jeux Olympiques  de Londres, votre webradio était dans les starting-blocks. Et c’est Elizabeth II qui a donné le coup d’envoi de cette 30e Olympiade de l’ère moderne relayant ainsi celles de 1908 avec Edouard VII, et de 1948 sous le règne de George VI.

Nous avons donc voulu profiter de cet événement sportif auquel participeront pendant 12 jours  quelque 10.500 athlètes de 204 pays pour « discourir » dans un sprint audio chronométré de l’influence bénéfique des activités sportives sur la santé. Lire la suite

LES JO DE LONDRES PLACENT L’INFLUENCE DU SPORT SUR LA SANTE AU DEVANT DE LA SCENE

Alors que des milliers de cloches ont sonné, vendredi dernier, dans de très nombreux pays du monde, de la Chine au Bangladesh, du Pays de Galles à l’Ecosse et à la Cornouaille , sans oublier Big Ben pour annoncer  l’ouverture des  Jeux Olympiques  de Londres, votre webradio était dans les starting-blocks. Et c’est Elizabeth II qui a donné le coup d’envoi de cette 30e Olympiade de l’ère moderne relayant ainsi celles de 1908 avec Edouard VII, et de 1948 sous le règne de George VI.

Nous avons donc voulu profiter de cet événement sportif auquel participeront pendant 12 jours  quelque 10.500 athlètes de 204 pays pour « discourir » dans un sprint audio chronométré de l’influence bénéfique des activités sportives sur la santé. Lire la suite