SPECIFICITES ET IMPACTS DE LA REVOLUTION NUMERIQUE SUR LE CONTINENT AFRICAIN

Cette chronique qui s’inscrit dans la suite logique de celle diffusée le 20 avril dernier sous le titre « L’Afrique : continent de l’espoir ?», n’a pas pour but d’évoquer les démêlés judiciaires auxquels se trouve confronté le groupe Bolloré.
Elle permet néanmoins de rappeler que le groupe français joue un rôle de premier plan sur le continent africain où il est présent dans 46 pays, exploite 16 terminaux à conteneurs ainsi que trois concessions ferroviaires et emploie 25.000 personnes.
Moins médiatisée que d’autres activités de l’empire Bolloré comme les médias et ses 20% dans Vivendi ou les batteries électriques, la division transport et logistique a dégagé un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros sur le continent africain l’an dernier.
Une activité qui fait parmi bien d’autres largement appel aux TIC. Ces dernières fournissent d’ailleurs à Olivier Ninot et Elisabeth Peyroux, tous deux géographes et ingénieurs de recherche au CNRS l’occasion de livrer leur analyse concernant les spécificités des trajectoire des pays africains en la matière sachant que selon eux : « L’adoption massive des TIC représente plus un moteur de développement qu’une de ses manifestations »
A ce titre, il est intéressant d’observer que les smartphones constituent les premiers outils significatifs de la révolution numérique qui a lieu sur le continent africain.
Alors que le marché de ces équipements a pour la première fois reculé l’an dernier dans le monde, le nombre d’utilisateurs de smartphones devrait en effet continuer à progresser en Afrique. A tel point que d’ici à 2020, 660 millions d’africains devraient être équipés, contre 336 millions en 2016.
Avec un continent qui compte plus d’un milliard d’habitants et bientôt deux milliards, les besoins croissants touchant entre autres l’éducation, le secteur financier, la gestion et l’aménagement urbain, la santé, la logistique, l’utilisation de plus en plus répandue des TIC constitue une avancée majeure qui contribue  à transformer et améliorer notablement l’organisation et le fonctionnement même de la société africaine qui est loin d’être uniforme.
C’est donc sur cette trajectoire singulière de l’Afrique en termes de révolution numérique et de développement que la chronique audio choisit de s’arrêter. Cliquez ici pour écouter la chronique audio de Patrick Gorgeon

RAPPEL DES RISQUES INHERENTS A LA CONSOMMATION DE MEDICAMENTS VENDUS SUR INTERNET

s

Alors qu’en France, tous les acteurs du système de santé cherchent à promouvoir la qualité des parcours soins des patients, les premières arnaques constatées au sujet des pharmacies en ligne sur Internet invitent à faire preuve d’une vigilance accrue.
Car à l’instar de ce qu’évoquait Patrick Zeïtoun, président de l’Union des pharmaciens de la région parisienne lors de l’une de nos précédentes émissions « Santé et Assurance maladie », la vente libre de médicaments sur Internet soulève de nombreuses questions concernant la qualité des produits ainsi commercialisés.
Le Conseil national de l’Ordre des pharmaciens a d’ailleurs déposé plainte fin juillet contre 11 sites de vente en ligne de médicaments soupçonnés de n’avoir aucune autorisation.
Pour les clients qui cherchent à acheter des médicaments par ce biais, le premier problème vient du fait que les sites bien que présentés sous des noms français sont en réalité basés à l’étranger (Belgique, Espagne, Russie…). Or près des deux tiers des médicaments vendus en dehors des sites légaux sont des contrefaçons, l’Ordre des pharmaciens recensant actuellement 42 sites d’e-pharmacies françaises.
On estime aujourd’hui à environ 4.000 le nombre de médicaments d’automédication pouvant être vendus via Internet depuis le 12 juillet dernier sur des sites d’e-pharmacie, sachant que chaque site doit être adossé à une seule pharmacie ayant pignon sur rue.
Voilà pourquoi l’Assurance maladie du Val-de-Marne se devait de vous inciter à la plus grande prudence, les conseils de votre pharmacien réel et non virtuel restant la seule garantie d’une délivrance de médicaments de qualité, qu’ il s’agisse de princeps autrement dit de médicaments de marque comme de génériques. L’occasion de rappeler également que votre médecin traitant et votre pharmacien demeurent vos véritables partenaires santé. Lire la suite

FRACTURE NUMERIQUE : DE MOINS EN MOINS DE BRAS CASSES

L’étude de l’INSEE réalisée par Vincent Gombault de la division « Conditions de vie des ménages » publiée aujourd’hui est assez réconfortante. Elle met en effet en lumière la formidable montée en puissance de l’utilisation d’Internet toutes générations et appartenances socioprofessionnelles confondues depuis 2007.
Démonstration est ainsi apportée que les NTIC ont su, en une poignée d’années, réduire la fracture numérique constatée en France au début du XXI e siècle en donnant à un grand nombre de personnes mais aussi aux entreprises de toutes tailles des possibilités d’échanges d’informations et de contacts infinis grâce à la spider web.
Au niveau européens, les Français se positionnent aujourd’hui au 8e rang des pays les plus branchés toile, soit 8 points au dessus de la moyenne européenne, les Suédois âgés de 16 à 74 ans étant 94% à utiliser Internet et les Roumains seulement 50%.
En 2012, en France métropolitaine , trois personnes sur quatre ont utilisé Internet au cours des trois derniers mois, contre seulement 56% en 2007.
Un joli résultat qui tend à démontrer que les qualités de ce médium sont largement reconnues même si certains, notamment parmi les plus de 75 ans restent encore marginalisés dans un processus de communication et d’information planétaire que plus rien se semble pouvoir arrêter. Lire la suite

L’OUVERTURE ET L’UTILISATION DES COMPTES AMELI EN NETTE AUGMENTATION DANS LE VAL-DE-MARNE

La convention du Pacte 2013 qui a eu lieu à Charenton le 7 décembre a été l’occasion de faire un heureux constat pour la CPAM du Val-de-Marne. Le nombre d’assurés possédant un compte Ameli a connu une nette progression. Alors que fin 2011, sur les 800 000 assurés à la CPAM du Val-de-marne seul un quart d’entre eux détenaient un compte Ameli,  fin 2012, un tiers des assurés disposent d’un compte en ligne. Et ce n’est pas tout, puisque le nombre de connexions a également augmenté, ce qui signifie que les assurés utilisent régulièrement leur compte en ligne. Lire la suite

LES MEDICAMENTS VENDUS SUR INTERNET FIGURENT AU PREMIER RANG DES PRODUITS CONTREFAITS

Les dernières informations communiquées par Interpol et le service des douanes en France montrent une forte augmentation des saisies de médicaments contrefaits vendus sur Internet. Lors d’une opération de grande ampleur baptisée « PANGEA V » menée  par les services de police et des douanes de cent pays,  fin septembre début octobre, 3,75 millions  de doses de médicaments  contrefaits  vendus sur internet ont été saisies. Les produits  de contrefaçon présentent tous un risque pour la santé en raison de sous ou  surdosages, d’absence de principes actifs, voire de présence  de substances nocives. Le trafic de médicaments est en effet devenu aujourd’hui plus rentable  que le trafic de drogues, sachant que des liens existent souvent entre ces deux activités. Cette chronique audio a pour  objectifs d’alerter les consommateurs et de faire le point sur un phénomène qui concerne quasiment toutes les catégories de médicaments ( antibiotiques,somnifères, anti-douleurs, stéroïdes,…) mais aussi des compléments alimentaires et autres traitements de confort. Lire la suite

LES MEDICAMENTS VENDUS SUR INTERNET FIGURENT AU PREMIER RANG DES PRODUITS CONTREFAITS

Les dernières informations communiquées par Interpol et le service des douanes en France montrent une forte augmentation des saisies de médicaments contrefaits vendus sur Internet. Lors d’une opération de grande ampleur baptisée « PANGEA V » menée par les services de police et des douanes de cent pays, fin septembre début octobre,   3,75 millions  de doses de médicaments  contrefaits  vendus sur internet ont été saisies. Les produits  de contrefaçon présentent tous un risque pour la santé en raison de sous ou  surdosages, d’absence de principes actifs, voire de présence  de substances nocives. Le trafic de médicaments est en effet devenu aujourd’hui plus rentable  que le trafic de drogues, sachant que des liens existent souvent entre ces deux activités. Cette chronique audio a pour  objectifs d’alerter les consommateurs et de faire le point sur un phénomène qui concerne quasiment toutes les catégories de médicaments ( antibiotiques,somnifères, anti-douleurs, stéroïdes,…) mais aussi des compléments alimentaires et autres traitements  de confort.  Lire la suite

LE e-VOTE GRAND ABSENT DES PROCHAINES ELECTIONS

A la veille de l’élection présidentielle en France,  un phénomène lié à la liberté d’expression et au droit de vote a de quoi surprendre.  Alors que le premier tour aura lieu le 22 avril , en pleines vacances scolaires, l’abstention est en effet ce qui menace le plus. Pour éviter cet écueil, le gouvernement a d’ailleurs dépensé un million d’euros dans une campagne de sensibilisation au vote par procuration avec tous les problèmes récurrents. Mais n’y avait il pas mieux à faire ? Pourquoi avoir négligé un fantastique outil  d’expression démocratique largement répandu qui assure désormais le fonctionnement de notre société ? Lire la suite

INFOSOINS ET AMELI.FR DEUX LIENS SANTE A PRIVILEGIER

INFOSOINS et le compte AMELI  sont deux précieux outils de gestion du parcours santé de tout assuré social. Le premier  est accessible à l’aide d’un téléphone et le second via Internet.  Conçus pour faciliter vos démarches administratives; vous aider dans le repérage de vos dépenses  et  de vos remboursements santé, vous procurer un certain nombre  d’indications  lors de recherches de médecins généralistes et spécialistes, ils vous donnent l’assurance de disposer d’informations  pratiques et également d’indications rigoureusement personnelles et confidentielles.  Ces services proposés par l’Assurance Maladie évitent de perdre du temps et permettent  d’aller à l’essentiel en matière de santé.  Lire la suite