LA MACHINE A HABITER COINCEE PAR DES GRAINS DE SABLE

Alors que le gouvernement de « combat » constitué il y a cinq mois a présente lundi sa démission, Manuel Valls s’est vu confirmé par François Hollande au poste de Premier ministre pour former un nouvel équipage. Août n’aura jamais aussi bien porté son nom ! D’où l’impatience fébrile des observateurs à la veille de la révélation de la composition du nouveau gouvernement et des noms des titulaires d’un portefeuille ministériel, en ce maussade lundi.
L’événement quelque peu imprévu tombe mal, sachant que devaient être présentées cette semaine des mesures phares visant à éclairer plusieurs dossiers chauds de rentrée, notamment celui ayant trait à la relance de la construction neuve.
La chute des mises en chantier de logements neufs qui n’est pas à proprement parler, une surprise, met le gouvernement au pied d’un mur bétonné. Il est vrai que sur les trois mois allant d’avril à juin, la baisse a atteint 19 % par rapport à la même période en 2013, et 9,6 % sur les douze derniers mois.
Mais en réalité, aujourd’hui, c’est le marché du logement dans son ensemble, autrement dit à la fois public et privé, individuel comme collectif qui est frappé de paralysie. La chute du pouvoir d’achat des ménages, le manque de confiance dans l’avenir, la montée du chômage, la dégringolade des transactions dans l’ancien qui s’accompagne d’une baisse, parfois importante, parfois relative des prix des biens, témoignent en effet de l’ampleur du marasme immobilier, en dépit de taux d’emprunt particulièrement bas.
Compte tenu de l’importance du parc existant, dont le taux d’occupation est loin d’être saturé, la machine à habiter, une expression de l’architecte Le Corbusier souffre de la présence de grains de sable qui ne tiennent pas uniquement à l’aspect quantitatif.
Sur fond de bruits de couloirs, les pistes qui devraient être annoncées au lendemain du remaniement pour relancer la machine à habiter sont elles de bon aloi ? Lire la suite

LE FOND DE LA PISCINE

fond-piscineSans renier sa vocation première de webradio, AWI a souhaité en ce début d’année  jouer la carte  de l’innovation en vous proposant sa première chronique économique de l’année sous forme vidéo. En s’inspirant de « Pull Marine », premier album d’Isabelle Adjani,  sorti en 1984, réalisé sous la direction de Serge Gainsbourg , nous avons en effet estimé que les paroles d’un des titres à succès résonnaient, trente ans plus tard, façon rengaine .
« Noyés au fond de la piscine, les Français se sentent en effet tout déchirés aux coudes et tellement abandonnés.
Ils craignent de payer l’effet retard. Ils en ont marre de boire la tasse. Ils ont peur d’atteindre le point de non-retour.
Doivent ils mettre des verres fumés pour montrer tout ce qu’ils veulent cacher ? » Attendre les élections municipales et les européennes pour témoigner de leurs inquiétudes et de leurs ressentiments à l’égard des politiques ?
Quoi qu’il en soit, ils demandent de l’aide au fond d’la piscine, avant qu’ça les ‘assassine. Même s’ils ne veulent pas refaire l’plan d’la star qui a toujours ses coups de cafard, ils cherchent à remonter tout en doutant d’avoir vraiment touché le fond de la piscine.
Autant de sentiments profonds qu’un sondage Ifop pour Dimanche Ouest-France, confirme en ce début d’année. Le moral des Français est en effet tombé à son niveau le plus bas en une vingtaine d’années. Seules 30% des personnes interrogées se disent « optimistes » pour l’avenir. Et seulement 13% des personnes interrogées déclarent faire confiance au gouvernement au sujet de l’augmentation du pouvoir d’achat et 20% concernant la lutte contre le chômage.
Alors avons-nous touché le fond de la piscine ? Allons nous remonter à la surface au cours de l’année 2014 ? Cette question est dans tous les esprits, mais sans grandes illusions. Lire la suite

LA POLITIQUE DU LOGEMENT DEMEURE UN SUJET SENSIBLE POUR DE NOMBREUX FRANCAIS

Face aux tempêtes économiques, vagues de chômage, séismes financiers et secousses fiscales qui provoquent entre autres depuis quelques temps le tangage du gigantesque navire baptisé « Valeur pierre », dans l’Hexagone, nombreux sont les Français qui s’inquiètent à juste titre de l’évolution de l’état de santé du marché immobilier. La forte fièvre qui s’est traduite ces dernières années par une spectaculaire envolée des prix semble en effet désormais devoir laisser place à une période de convalescence dont personne ne peut véritablement apprécier ni l’ampleur ni la durée.
Le malaise ressenti plus particulièrement par les primo-accédants comme par les candidats à la location s’ajoute aux craintes des investisseurs publics et privés qui peinent à mener leurs programmes à bon port, sans parler des professionnels du bâtiment qui manquent de perspectives en termes d’activités.
Une première information tirée d’une récente étude de Orpi- Ipsos illustre les conséquences du climat actuel : « 91% des propriétaires et 72% des locataires déclarent n’avoir aucun projet d’achat d’une nouvelle résidence principale dans les trois années à venir »
Une tendance de fond que soulignent parfaitement le nombre de transactions prévues en 2013 de l’ordre de 630.000 dans l’ancien contre plus de 811.000 en 2011, et les ventes de logements neufs estimées pour leur part à 80.000. Bien que les logements de qualité proposés à des prix élevés ignorent la crise, une question qui taraude de très nombreux français mérite d’être posée aujourd’hui.
Construction et logement sont dans un bateau : le bateau coule ! Que reste t’il ? Lire la suite

CPAM DU VAL-DE-MARNE : LES ACTIONS D’ECO-DEVELOPPEMENT S’INSCRIVENT DANS LA DUREE

Lorsqu’on écoute Denis Bruneton, coordonnateur de la logistique et du développement durable au sein de l’Assurance maladie du Val-de-Marne, on comprend parfaitement, la nature des enjeux à la fois environnementaux et économiques des actions qui sont menées dans ce domaine et le rôle déterminant joué par la communication.
Car en raison du caractère assez vague de la notion, rendre chaque agent de la CPAM acteur du développement durable, c’est faire partager une feuille de route qui s’appuie sur une stratégie ambitieuse et somme toute bénéfique pour tous.
Sur la base des actions conduites en 2012 que nous avons examinées avec Eve-Marie Bezacier, la semaine dernière, Denis Bruneton revient cette semaine sur celles qui doivent en 2013 et sans doute les années suivantes contribuer à l’amélioration du bilan global. Lire la suite

LA PIERRE VERITABLE MARQUEUR D’UNE RECESSION ECONOMIQUE

Parce qu’il s’agit en France comme dans la plupart des pays développés de l’enfant chéri, de celle qu’on privilégie avant tout autre chose, la pierre sous son habit de logement est le meilleur révélateur du degré de gravité des crises. Car elle éclaire les profondes réalités économiques.

Tant que la pierre ne voit pas sa valeur chuter significativement et le marché immobilier se tendre au point de semer le doute chez les investisseurs, les fondamentaux de l’économie ne sont pas menacés.  Seul un brutal renversement de tendance qui se traduirait  par la surabondance de biens disponibles pour cause de faillite généralisée induisant des faillites individuelles, aurait un effet dévastateur,  les séparations et les décès restant les deux courroies de transmission du fonctionnement du marché immobilier.

Voilà pourquoi la pierre est sans doute le véritable marqueur d’une  récession économique qui n’est que le prolongement d’une crise à rebondissements.

Une situation que personne ne peut raisonnablement souhaiter. Lire la suite

SI J’ETAIS PROMOTEUR-CONSTRUCTEUR EN 2012

Patrick Gorgeon Directeur de la rédaction d'AWI

Cette chronique audio qui porte sur l’immobilier et s’intéresse  au malaise  qui s’empare ces derniers temps des candidats à l’accession à la propriété, trouve en grande partie sa raison d’être dans la précédente émission intitulée : «  Le télétravail , c’est la santé ».

Prôné et maintenant pratiqué dans de plus en plus d’entreprises  privées et entreprises publiques, le télétravail impose de nouvelles règles de  fonctionnement du travail et dessine de nouvelles perspectives de développement dans un secteur dur comme la pierre.

L’immobilier d’habitation d’un côté et l’immobilier de bureau de l’autre qui ont longtemps vécu en concubinage avec des barrières et interdits se trouvent aujourd’hui  confrontés  à un nouveau défi : le mariage. Lire la suite