LA FRANCE EST-ELLE UN PARENT PAUVRE DE LA MEDECINE AU SEIN DE L’UE ?

Hôpital abandonné

Les statistiques 2017 de l’OCDE portant sur les profils de santé des pays de l’Union européenne (UE15) offrent une photographie fiable qui permet de mieux comprendre où se situe la France par rapport à ses voisins concernant plus particulièrement la démographie médicale.

Ces données mettent en évidence un certain nombre de points clés qui offrent la possibilité de se faire une idée précise de la situation, surtout au moment où les principaux axes de réformes du Plan santé 2022 sont dévoilés.

En France, la feuille de route santé fixée par le gouvernement qui aura vraisemblablement recours aux ordonnances pour s’assurer de sa bonne mise en oeuvre, s’appuie notamment sur deux mesures phares.

La première porte sur la suppression du « numerus clausus », mais aussi la révision du fameux concours de fin de première année, véritable épreuve éliminatoire pour de trop nombreux étudiants en médecine.
L’objectif consiste à augmenter d’environ 20% le nombre de médecins, sachant que les quotas fixés en 2018 étaient de l’ordre de 8 200 places.

La deuxième mesure d’importance concerne la carte hospitalière et plus précisément la création d’hôpitaux de proximité.
Il s’agit en l’occurrence de répondre à l’un des défis majeurs qui vise à parvenir à un égal accès aux soins pour tous partout en France selon les propres termes du Premier ministre, Edouard Philippe.

Une stratégie santé qui passera par le recentrage des missions de ces structures de soins sur la médecine générale, la gériatrie et la rééducation, sans oublier la radiologie et la biologie. En revanche, rien n’est à attendre côté chirurgie et maternité.

Toutefois, ces deux importantes premières mesures ne sauraient éclipser celles qui figurent également au programme. Lire la suite puis accéder au player pour écouter la chronique audio

« POUR UN EGAL ACCES AUX SOINS POUR TOUS PARTOUT EN FRANCE »

C’est dans ces termes que le Premier ministre Edouard Philippe a défini lundi lors d’un déplacement en Indre-et-Loire en présence d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le projet de loi actuellement débattu à l’Assemblée nationale qui arrivera au Parlement en mars, en vue d’une entrée en application dés l’été.

Bien que l’espérance de vie des Français ne cesse d’augmenter, les hommes bénéficiant d’un crédit de 85,3 ans et les femmes de 79,5 ans, la volonté de parvenir à un égal accès aux soins pour tous partout en France qui fait aujourd’hui défaut, dépend de nombreux et importants paramètres qui ne trouveront pas remèdes du jour au lendemain.

Tout repose en effet sur un système de santé d’une rare complexité dont le poids financier comme l’organisation proprement dite, s’avèrent particulièrement lourds et délicats à gérer.

Au delà des mesures annoncées dans le « Plan Santé 2022 » qui fourmille de louables intentions, et bien que sept personnes sur dix âgées de plus de 16 ans se disent en bonne voire très bonne santé, notre société se trouve notamment confrontée à quatre problèmes majeurs : le vieillissement de la population, l’augmentation des maladies chroniques, la désertification médicale et implicitement le déficit en structures de soins.

Autant de préoccupations que les immenses progrès médicaux et la télémédecine qui s’appuient sur le pilier de l’innovation, ne peuvent seuls s’engager à résoudre. Lire la suite

PROGRAMMES SANTE & PRESIDENTIELLE 2017 : APPUYEZ SUR « S »

Fin 2016, la Documentation française publiait, dans la collection Doc en poche, un ouvrage intitulé : « France 2017 : les données clés du débat présidentiel »
Réalisé par les rédacteurs de l’institution, ce livre de quelque 140 pages, à la portée de tous, présente aujourd’hui pour intérêt majeur d’aborder chacun des sujets incontournables dans le cadre de la définition des différents programmes politiques.
Les 24 thèmes retenus, sans cesse remis sur le métier, sont indéniablement les piliers sur lesquels reposent le fonctionnement et l’avenir de la société. Ils renvoient d’ailleurs clairement aux maux identifiés comme étant à l’origine d’un certain nombre de dysfonctionnements.
Croissance, chômage, fiscalité, lutte contre le terrorisme, immigration, avenir de l’Union européenne, réchauffement climatique… au coeur de l’actualité et de la campagne présidentielle, ne sont que quelques-uns des sujets dominants qui seront débattus à force d’arguments par chacun des candidats.
Mais bien d’autres préoccupations dont la liste est longue occupent également les esprits.
Protection sociale, enseignement, endettement, compétitivité du made in France, aménagement territorial, logement, pouvoir d’achat, retraites, formation professionnelle, jeunesse, numérisation, santé…
Et c’est sur ce dernier point « S », à la croisée des chemins en raison de son interdépendance avec de multiples facteurs dont les influences ne peuvent être négligées, qu’AWI s’arrête cette semaine. Lire la suite et consulter la chronique vidéo

TROIS PISTES POUR OPTIMISER LE SYSTEME DE FINANCEMENT DE l’ASSURANCE MALADIE

Pas plus tard qu’hier, nous vous invitions à suivre sur AWI l’interview de Bernard Le Douarin, Président du Conseil départemental de l’Ordre des médecins du Val-de-Marne, un entretien qui avait entre autres pour objectif de mettre, dans un premier temps, l’accent sur les prochaines élections qui auront lieu, le 18 janvier 2015.
L’occasion de souligner ce qui conduit les médecins à aspirer à plus de reconnaissance de la part de la société et de ses dirigeants et légitime leur souhait d’une meilleure prise en considération des conditions dans lesquelles ils sont amenés à exercer leur métier santé.
Aujourd’hui avec Frédéric Bizard, économiste de la santé et enseignant à Science-Po, nous sommes à la croisée des chemins entre politique, économie, santé, médecine, aménagement du territoire, sujets de prédilection de la webradio webtv indépendante AWI.
Nous revenons sur les propos que ce dernier tenait récemment lors d’une interview accordée au quotidien Les Echos, en formulant trois idées visant à optimiser le fonctionnement de notre système d’assurance maladie.
Nous estimons en effet que son analyse et ses suggestions méritent d’être reprises en raison de leur acuité mais aussi de leur impact possible en termes de simplification, d’harmonisation et d’efficience de notre système de santé.
Selon Frédéric Bizard, l’Assurance maladie souffre d’un décalage profond entre ce qui en a légitimé la création et l’organisation en 1945, d’une part, et les évolutions considérables qui sont intervenues dans de très nombreux domaines au sein de la société depuis cette période, d’autre part. Autant de réalités qui expliquent que l’organisation actuelle des soins, les innovations touchant le secteur médical, le projet de réforme territoriale, méritent d’être appréciés à l’aune d’un vrai changement de politique.
Compte tenu des enjeux techniques, stratégiques et financiers, se soigner au XXIe siècle ne pourra plus se faire comme au XXe siècle.
Les idées émises en vue d’optimiser le fonctionnement du système de protection sociale et plus particulièrement celui de l’assurance maladie nécessiteront sans aucuns doutes l’ouverture d’un débat public, d’un vrai débat citoyen. A suivre sur la seule webradio wetv indépendante qui a pour devise : « Regarder les réalités en face et donner de la voix. »
Lire la suite

LE RETOUR A DOMICILE DES FEMMES ET DE LEUR BEBE PASSE PAR LE P.R.A.D.O

Certes, à l’occasion de toute naissance d’un nouveau né,  l’essentiel est que la maman et son bébé se portent parfaitement bien. Mais le retour au domicile n’est cependant pas toujours aussi simple et évident qu’il y paraît. Nombreuses sont en effet les femmes qui lors de leur retour au foyer à l’issue d’une maternité ont besoin d’une aide matérielle, psychologique voire administrative  .

En dehors de l’hospitalisation à domicile ( HAD ) réservée aux situations nécessitant une surveillance médicale régulière du bébé  et/ou de la maman, la sage-femme, dont le rôle est trop souvent négligé, est amenée,  dans les cas les plus fréquents, à apporter de précieux conseils pratiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, afin de remédier aux difficultés rencontrées par certaines femmes en bonne santé et dont le bébé se porte bien,.l’Assurance maladie a lancé, en 2010,  un Programme  national d’Accompagnement  du retour à Domicile (PRADO). Lire la suite

UN JEUNE MEDECIN LIVRE SON DIAGNOSTIC SUR L’ETAT DE SANTE DU SYSTEME SANTE MADE IN FRANCE

Nous vous invitons cette semaine à écouter quelques extraits de l’interview que nous a accordée  Julien Lenglet, représentant des internes des hôpitaux de Paris. En effet, si son intervention avait essentiellement pour but de faire le point sur  la distribution des soins et la régulation du premier exercice, sujets récemment abordés lors d’une réunion du Conseil départemental de l’Ordre des médecins du Val-de-Marne, cette dernière nous a également permis de nous situer dans le fil  de l’actualité assurance maladie suite à la présentation lundi  du projet de budget de la sécurité sociale  (PLFSS) 2013. Le diagnostic que fait ce jeune médecin de notre système de santé et de ses composantes est intéressant  à plus d’un titre, l’objectif  national des dépenses  d’assurance maladie (ONDAM) ayant  été fixé à 2,7%, soit 4,6 milliards  d’euros de plus qu’en 2012, ce qui impliquera  des économies de 2,5 milliards d’euros. Lire la suite

UN PAYS EN PARFAITE SANTE QUI REND « MALADE » SES VOISINS

Avant de vous inviter à participer à un parcours santé chez l’un de nos voisins européens, nous nous sommes interrogés sur la meilleure façon de susciter  votre curiosité. Voilà pourquoi tout commence par une longue question verte à la Prévert :  » Pouvez-vous citer le pays qui compte 82 millions d’habitants dont l’ espérance de vie est de  77,1 ans  pour les hommes  et 82,4 ans pour les femmes,  se distingue par une croissance de son PIB de  + 2,6%, une balance commerciale excédentaire de plus de 100 milliards d’euros,  un taux de chômage de 7%,   une décroissance  démographique de -2,3%,  un système de santé en pleine forme ? »  Précisons d’emblée que ce pays européen, souvent montré en exemple, finit  par agacer ses voisins  au bord de la crise de nerfs.  Aussi soyez patients et attentifs Lire la suite

UN MEDECIN GENERALISTE OPPOSANT AUX SAMI FAIT VALOIR SES ARGUMENTS

Jean-Yves Langlois, 52 ans, est médecin généraliste et également médecin du sport. Il exerce avec un confrère dans un cabinet au Perreux sur Marne. Si nous avons voulu donner la parole à ce praticien, farouche opposant aux SAMI dans le Val-de-Marne, c’est tout d’abord parce qu’en démocratie, il est indispensable de permettre la libre expression de ceux qui sont d’un avis contraire et font valoir leurs arguments.

Lire la suite