L’e-SANTE N’EN EST QU’A SES DEBUTS

Lorsqu’on s’intéresse au secteur santé et qu’on examine les progrès enregistrés ces dernières années notamment grâce à l’apport des technologies high-tech, on mesure à quel point l’e-santé a le vent en poupe. On ne peut que s’en réjouir. On a même envie de croire au miracle.
Si on ne peut nier les indéniables bénéfices déjà apportés tant aux professionnels de santé qu’aux patients par ce biais, force est néanmoins de constater que tout n’est pas soigné à la même enseigne. Alors que certains domaines d’application revêtent un réel intérêt et remportent un compréhensible succès, il est en revanche des spécialités qui enregistrent des avancées beaucoup plus modestes voire peinent à se frayer un chemin vers le futur.
Qu’il s’agisse de l’amélioration du parcours de soin des patients, comme d’échanges entre professionnels de santé, la Tribune de l’économie livrait d’ailleurs, dans son édition du 31 juillet 2017, la liste de dix startups françaises qui pourraient favoriser le développement de l’e-santé et in fine l’efficience du système de santé.
A l’examen des innovations dont il est question, on constate que finalement smartphones et algorithmes s’érigent en acteurs majeurs au royaume de l’e-santé.
Qu’il s’agisse d’échanges de données médicales, d’évaluations  ciblés et personnalisés, de mesures de facteurs de risques santé, d’assistance médicale de premier recours, voire de solutions visant à remédier aux troubles du sommeil… toutes ces découvertes sont pour partie déjà distribuées ou en instance de l’être.
Bien entendu, nombre d’entre elles sont souvent le résultat de recherches menées par des médecins mais pas uniquement. Des pousses de génies sortis de grandes écoles sont également de la partie. Et c’est d’ailleurs ce qu’il est entre autres intéressant d’observer. D’autant que certaines applications sont d’ores et déjà récompensées de Trophées, pendant que d’autres bénéficient d’accords de partenariat destinés à permettre leur commercialisation et diffusion à grande échelle. Lire la suite

AWI-MAGE DE LA SEMAINE – LA HALLE FREYSSINET DEVIENT STATION F


Fantastique contraste entre deux époques et deux vocations distinctes, la Halle Freyssinet s’est, comme par magie, transformée en Station F. L’immense bâtiment ferroviaire construit dans les années 1920 qui a abrité jusqu’en 2006 les messageries de la gare d’Austerlitz dans le 13e arrondissement de Paris est devenu, à l’issue de quatre années de travaux, une spectaculaire et lumineuse plateforme du high-tech destinée à l’accueil et au développement de start-ups. Inaugurée le 29 juin en présence d’Emmanuel Macron, président de la République française et de Anne Hidalgo, maire de Paris, cette remarquable plateforme vivante de l’innovation témoigne que le passé glorieux a su laisser place à un univers futuriste et prometteur.  Bien que déjà classée depuis 2012 à l’Inventaire des Monuments Historiques en raison de ses caractéristiques architecturales et techniques, les concepteurs de la Halle Freyssinet, n’imaginaient certainement pas que ce bâtiment puisse devenir, quasiment cent ans plus tard, une fois rénové, un emblème de l’ère numérique de ce début de XXIe siècle. Imaginé et surtout financé exclusivement par Xavier Niel, l’immense bâtiment de 34.000 mètres carrés baptisé station F confié aux bons soins du cabinet d’architectes Wilmotte & Associés devient ainsi le plus gros incubateur de start-ups de France. « A French free message » résolument tourné vers le big-data et les perspectives d’avenir est ainsi clairement envoyé par un Français libre et audacieux au monde entier. Lire la suite

REGARD SUR LA MOBILITE DU FUTUR GRACE A L’ARRIVEE PROCHAINE DU « TRANSPORTER XXI »

Le CES 2017 qui s’est tenu la semaine dernière, à Las Vegas, a notamment permis de constater, que le secteur de l’automobile, pourrait bien être, une nouvelle fois, en ce début de XXIe siècle, le parangon de l’innovation au sein d’une société en pleine mutation. Le besoin de mobilité des Terriens qui ne saurait se démentir au fil du temps, met en effet les constructeurs face à deux défis majeurs. Le premier repose sur le développement de motorisations basées sur l’exploitation d’énergies renouvelables, respectueuses de l’environnement et de la santé humaine. Le second s’appuie sur la récurrente et savante exploitation des technologies high-tech destinées à apporter au pilote comme à ses passagers un confort optimal, une sécurité absolue et, toute l’assistance voulue jusqu’à la totale autonomie de fonctionnement. Pour répondre à ces incontournables nouveaux challenges, intelligence humaine et intelligence artificielle seront étroitement associées. Lire la suite et regarder la chronique vidéo