LE PROGRAMME « MT’Dents » VICTIME D’UNE DECISION DE CRISE

La prévention santé bucco dentaire des enfants âgés de 6 à 18 ans fait l’objet depuis 1987 d’un programme conduit par l’Assurance maladie et relayé par les CPAM appelé MT’Dents.
Ce dernier consistait jusqu’à il y a peu en un examen bucco-dentaire gratuit tous les trois ans réalisé par des chirurgiens dentistes libéraux volontaires doublé d’actions en milieu scolaire.
Un programme qui a fait ses preuves puisqu’on estime que le nombre de caries chez les enfants de 12 ans a été divisé par trois depuis 1987. En milieu scolaire, les messages des dentistes qui ont été relayés par les enseignants ont constitué un vecteur idéal pour sensibiliser tous les publics quelle que soit leur appartenance sociale.
Or, l ‘Assurance maladie a annoncé récemment la suppression de ce programme doté de 2,3 millions d’euros pour les actions en milieu scolaire.
Il a en effet été décidé par l’Assurance maladie que les actions de prévention santé bucco-dentaire seraient désormais destinées uniquement aux publics les plus défavorisés résidant dans les ZEP. De plus, seules quelques classes en bénéficieront.
Dans le Val-de-Marne , on dénombre 219 établissements scolaires classés en zone d’éducation prioritaire.
Quoi qu’il en soit, si 250.000 enfants bénéficiaient auparavant de ce plan de prévention santé qui a fait ses preuves, ils ne seront plus que 20.000.
En 1998 Ségolène Royal qui était à l’époque ministre déléguée chargée de l’enseignement scolaire, avait rappelé lors d’ Assises nationales à Rouen quelle était la mission des ZEP : » donner plus à ceux qui ont moins et relever le défi de la réussite des enfants des milieux défavorisés en faisant preuve à leur égard d’ambition et d’exigence ”
Mais imaginer que les plus démunis ne résident que dans des ZEP est un peu hasardeux.
Afin de savoir comment est perçu l’arrêt du programme de prévention MT’Dents, nous avons voulu recueillir le témoignage d’ un jeune chirurgien dentiste afin qu’il nous fasse part de ce qu’il a observé ces dernières années concernant la santé bucco-dentaire des enfants. L’occasion de lui poser également un certain nombre de questions relatives sa propre expérience et d’une façon plus générale à l’exercice du métier de chirurgien-dentiste. Lire la suite

LA PREVENTION SANTE N’ATTEND PAS LE NOMBRE DES ANNEES

La webradio AWI qui demeure la première du genre à avoir axé sa ligne éditoriale autour de l’actualité « Santé et Assurance maladie » notamment, s’attache depuis des années à promouvoir les actions de prévention santé menées par la CPAM du Val-de-Marne auprès des assurés sociaux dans la force de l’âge, des jeunes et des personnes âgées.
Avant de nous pencher sur la politique de santé intéressant cette dernière catégorie qui fera l’objet de plusieurs émissions dés la rentrée, c’est de la santé des plus jeunes dont il est question aujourd’hui.
Tout tend en effet à prouver que plus on informe et forme tôt les jeunes aux défis de la vie courante sur le plan santé et professionnel notamment, plus ces derniers sont en mesure de faire face aux divers obstacles qui peuvent contrarier leur parcours individuel. Autrement dit, plus la jeunesse dispose de moyens et d’outils pour découvrir les réalités de la vie, plus la société dans son ensemble peut éviter les obstacles susceptibles de contrarier son bon fonctionnement mais aussi assurer une meilleure maitrise des dépenses de santé. Le principe de solidarité entre les biens portants, largement majoritaires, et les personnes fragilisées pour raison de santé permet en effet à de nombreuses personnes de surmonter certains coups durs générés par la survenance d’une maladie dont aucun individu ne peut se croire totalement à l’abri.
Ces quelques vérités visent à introduire le très intéressant dossier paru dans la revue ADSL proposée par le Haut Conseil de la santé publique sous le titre: « La santé : un capital en construction dés l’enfance »
L’abondance des informations contenues dans ce document nécessite d’angler la teneur de la chronique audio.
Les politiques de prévention santé mises en place en France à l’initiative des différents ministères de la santé qui sont relayées par des institutions représentatives et notamment l’Assurance maladie et son réseau de Caisses primaires territorialement compétentes, sont pour beaucoup dans les progrès accomplis ces dernières années. Bien entendu, les avancées considérables de la médecine tant préventive que curative sont également pour beaucoup dans l’évolution des traitements et les possibilités désormais offertes pour parvenir même dans des cas graves à des guérisons totales. Les efforts engagés en matière de vaccination ont également largement contribué à lutter contre les maladies infectieuses. Outre le calendrier vaccinal proposé par le HCSP, les agences régionales de santé (ARS) sont tenues d’entreprendre des actions spécifiques de promotion et d’accès à la vaccination en fonction des besoins dans les régions.
Les précisions apportées dans la chronique audio visent à donner une image somme toute positive des actions de prévention santé menées jusqu’à présent auprès des très jeunes enfants. Elles témoignent de l’intérêt de poursuivre dans cette voie qui n’est pas à sens unique. Lire la suite

VOYAGE EN TRAIN EN VOITURE EN BATEAU : ATTENTION ENFANTS A BORD !

Bison-futé voit rouge en cette période estivale ! Aussi, à la veille du grand chassé-croisé qui vaut aux uns d’être sur le chemin du retour et à d’autres de partir en vacances, il n’est pas inutile de revenir aujourd’hui à travers quelques conseils pratiques sur ce qu’on pourrait appeler le « guide du routard accompagné d’enfants en bas âge ». Car quel que soit le mode de transport utilisé, voyager avec un enfant en bas-âge nécessite quelques précautions.
En train, les parents avec enfants pourront se déplacer à l’intérieur des wagons où des espaces de change et autre chauffe-biberon sont souvent mis à disposition des familles. Néanmoins, même si le mercure fait des pointes, il est opportun de prévoir des vêtements chauds pour éviter le choc thermique de la climatisation, sans oublier le goûter, des jeux, et le petit nécessaire indispensable qui se jette après usage. Il faut aussi rester très vigilant et de ne pas laisser un enfant s’éloigner afin d’ éviter tout risque d’accident. Il est important de retenir que contrairement à la poussette souvent encombrante, le porte-bébé très pratique, présente l’avantage de laisser aux parents les mains libres, notamment lors de la montée et de la descente du train.
Si le voyage se fait en voiture, il est toujours préférable de partir tôt le matin ou la nuit pour éviter des températures élevées, surtout si on ne dispose pas de climatisation à bord. Et même dans ce cas, rien ne sert de trop refroidir l’habitacle. Il est également nécessaire de respecter le code de la route en s’arrêtant toutes les deux heures sur routes comme sur autoroutes. Et surtout, ne jamais laisser un enfant seul dans la voiture, même un court instant, de nombreux accidents liés à la déshydratation étant malheureusement constatés chaque année. Enfin ne pas oublier d’utiliser les dispositifs spéciaux « siège enfant » dits Isofix adaptés à chaque âge. Eviter l’empilement d’objets encombrants sur la plage arrière qui risqueraient de basculer à tout moment sur le bébé. Prévoir un pare-soleil notamment sur les vitres latérales.
En bateau , surtout lorsqu’il s’agit d’un ferry, penser à des vêtements chauds, les navires étant le plus souvent eux aussi climatisés, penser au mal de mer et surtout ne jamais quitter l’enfant des yeux lorsqu’on est à bord. On retiendra que pour de longues traversées, le voyage se déroulera toujours dans de meilleures conditions pour les enfants s’il a lieu de nuit.
Autant de conseils pratiques rappelés par Isabelle Desportes responsable de la structure PMI de Coeuilly-Champigny-sur-Marne et Cécilia Gaspard, puéricultrice à la PMI de Champigny-sur-Marne. Lire la suite

VOYAGE EN AVION AVEC DES ENFANTS EN BAS ÂGE: CE QU’IL FAUT SAVOIR AVANT DE PARTIR

Une enquête réalisée par TNS-Sofres indique que si 50% des français déclarent avoir déjà pris l’avion, 18% d’entre eux ont effectué au moins un voyage aérien au cours des douze derniers mois contre 12% en 1984. Au regard du thème abordé cette semaine dans la rubrique « Santé et Assurance maladie » il est intéressant d’observer que 64 % de ces déplacements se font dans le cadre de vacances ou pour des motifs personnels, et 36% pour des raisons professionnelles.
Les déplacements en avion à l’occasion des vacances sont donc de plus en plus privilégiés par les Français. De plus, on sait qu’environ 1.600.000 de Français vivent à l’étranger, ce qui leur impose de prendre l’avion souvent avec des enfants pour rejoindre des parents ou des amis à l’autre bout du monde.
Or ce mode transport nécessite quelques précautions, surtout lorsqu’il s’agit d’un voyage avec des enfants en bas âge. Le choix de la destination est un élément à prendre en compte avec un nourrisson et un jeune enfant. « Nous suggérons un seul voyage avec une seule destination », explique Isabelle Desportes, responsable de la structure PMI de Coeuilly- Champigny-sur-Marne. « Il est conseillé de choisir des destinations, pas trop chaudes, pas trop froides, pas de trajets trop longs, pas de destinations avec un décalage horaire trop important ». D’après Cécilia Gaspard, puéricultrice à la PMI de Champigny-sur-Marne il n’est pas conseillé de faire voyager un bébé de moins de quinze jours. Au delà de cet âge ce sera plus simple et plus rassurant car « les parents auront pris connaissance des attitudes de l’enfant, les signes de fatigues, les réactions comme la faim etc… ».
Au moment de choisir le billet d’avion, il est recommandé de privilégier les vols directs, le matin de préférence pour que l’enfant soit plus disposé ou le soir pour le sommeil,. Utile également de réserver une nacelle pour bébé ou une place à côté du hublot qui pourra divertir les enfants plus âgés.
L’embarquement prioritaire n’est pas forcément un avantage, l’enfant risquant de montrer des signes d’impatience avant le décollage. Il est donc conseillé aux familles d’embarquer plutôt sur la fin du temps prévu, et de profiter de l’attente pour changer les bébés, l’espace disponible dans l’avion étant restreint. Enfin , mieux vaut prévoir des vêtements amples et faciles à retirer pour l’enfant, et surtout de quoi l’hydrater et l’alimenter car les repas préparés et servis dans les avions ne sont pas appropriés.
Les voyages en avion provoquent parfois des douleurs aux oreilles causées par les différences de pressions. Pour y remédier chez l’enfant, il faut penser à le faire boire ou téter au moment du décollage et de l’atterrissage. Il est évidemment recommandé aux parents de rester calmes, leur stress étant inévitablement ressenti par les enfants. La CPAM du Val-de-Marne qui se met à l’heure d’été vous souhaite de bonnes vacances. Lire la suite

SURPOIDS ET OBESITE CHEZ CERTAINS ENFANTS : DES REALITES QUI APPELLENT DES SOLUTIONS ET L’IMPLICATION DE TOUS

Ce dessin humoristique illustre malheureusement une réalité qu’il convient de combattre! En France, on estime à 18% le pourcentage d’enfants en surpoids ou obèses, soit presque un enfant sur cinq. Et bien que les chiffres restant relativement stables, certains professionnels tirent la sonnette d’alarme.
Dans le Val-de-Marne, près d’un enfant sur dix est concerné par le surpoids ou l’obésité, ce qui traduit de fortes inégalités sociales et surtout le lien entre surpoids et milieu défavorisé. C’est la raison pour laquelle la CPAM a développé, en accord avec l’Inspection Académique, le programme « Manger futé, bouger malin ! » à destination des enfants des classes de CE2. Il est développé par les éducateurs santé dans les zones d’éducation prioritaires.
Nous sommes allés à la rencontre d’Élisabeth Neau, chargée de prévention au service d’éducation santé de la CPAM du Val-de-Marne. Pour cette éducatrice santé, les industries alimentaires ont une part de responsabilité dans les problèmes d’alimentation des enfants. Mais plusieurs facteurs expliquent les problèmes de surpoids et d’obésité chez un certain nombre d’enfants. Lire la suite

CONSEILS PREVENTION POUR QUE L’ETE RIME AVEC SECURITE DES ENFANTS

La sécurité des jeunes enfants pendant l’été doit être l’une des préoccupations majeures des parents et des proches.
Sans tomber dans la paranoïa, Isabelle Desportes, directrice du centre de PMI de Champigny-sur-Marne géré par la CPAM du Val-de-Marne et Christelle Rouzic, puéricultrice à la PMI de Champigny nous apportent au cours de cette émission leurs conseils de prévention afin d’ éviter les accidents mettant en jeu la vie d’ enfants pendant les vacances. Car certains évènements dramatiques qui ont lieu chaque année en période estivale incitent à une prudence et une vigilance accrues. Il y a quelques jours, un enfant de cinq ans s’est noyé à Bordeaux, ce nouvel accident porte à quatre le nombre de décès d’enfants noyés en une semaine en Gironde. Dans le Val-d’Oise, trois enfants sont morts dans un étang après avoir chuté dans l’eau à la fin du mois de juin. En France, les enfants de moins de 6 ans représentent 15 % des décès par noyade accidentelle chaque année. Un chiffre inquiétant. Selon l’enquête « noyades » menée en 2012 par l’Institut de veille sanitaire (InVS) entre le 1er juin et le 30 septembre 2012, 1 238 noyades accidentelles ont été enregistrées, provoquant 497 décès dont 28 parmi les moins de 6 ans. Or, la plupart des accidents impliquant des enfants sont dus soit à un manque de surveillance, à un défaut du dispositif de sécurité ou encore à une chute. Lire la suite

CONSEILS PREVENTION POUR QUE L’ETE RIME AVEC SECURITE DES ENFANTS

La sécurité des jeunes enfants pendant l’été doit être l’une des préoccupations majeures des parents et des proches.
Sans tomber dans la paranoïa, Isabelle Desportes, directrice du centre de PMI de Champigny-sur-Marne géré par la CPAM du Val-de-Marne et Christelle Rouzic, puéricultrice à la PMI de Champigny nous apportent au cours de cette émission leurs conseils de prévention afin d’ éviter les accidents mettant en jeu la vie d’ enfants pendant les vacances. Car certains évènements dramatiques qui ont lieu chaque année en période estivale incitent à une prudence et une vigilance accrues. Il y a quelques jours, un enfant de cinq ans s’est noyé à Bordeaux, ce nouvel accident porte à quatre le nombre de décès d’enfants noyés en une semaine en Gironde. Dans le Val-d’Oise, trois enfants sont morts dans un étang après avoir chuté dans l’eau à la fin du mois de juin. En France, les enfants de moins de 6 ans représentent 15 % des décès par noyade accidentelle chaque année. Un chiffre inquiétant. Selon l’enquête « noyades » menée en 2012 par l’Institut de veille sanitaire (InVS) entre le 1er juin et le 30 septembre 2012, 1 238 noyades accidentelles ont été enregistrées, provoquant 497 décès dont 28 parmi les moins de 6 ans. Or, la plupart des accidents impliquant des enfants sont dus soit à un manque de surveillance, à un défaut du dispositif de sécurité ou encore à une chute. Lire la suite

RENTREE SCOLAIRE 2012 : DEMANDEZ LE PROGRAMME SANTE

Pour capter l’attention de parents  qui  ont parfaitement mémorisé l’odeur de la colle et de la gomme, sur les questions santé de rentrée scolaire, mieux vaut avoir sous la main quelques info-papillotes  à proposer. Car une rentrée scolaire est toujours pour les enfants comme pour les  parents un temps fort qui donne l’occasion de découvrir ou de réviser de grands classiques portant sur l’hygiène de vie et la santé . 
L’école a, il est vrai, dans le cadre de relations partenariales avec des institutions : CPAM notamment mais aussi associations agréées, un rôle essentiel à jouer dans l’éducation, le repérage, la prévention, l’information santé. Lire la suite

RENTREE SCOLAIRE 2012 : DEMANDEZ LE PROGRAMME SANTE

Pour capter l’attention de parents  qui  ont parfaitement mémorisé l’odeur de la colle et de la gomme,sur les questions santé de rentrée scolaire, mieux vaut avoir sous la main quelques info-papillotes  à proposer. Car une rentrée scolaire est toujours pour les enfants comme pour les  parents un temps fort qui donne l’occasion de découvrir ou de réviser de grands classiques portant sur l’hygiène de vie et la santé .  L’école a, il est vrai, dans le cadre de relations partenariales avec des institutions : CPAM notamment mais aussi associations agréées, un rôle essentiel à jouer dans l’éducation, le repérage, la prévention, l’information santé. Lire la suite

FACE AUX RISQUES D’ACCIDENTS DOMESTIQUES ET DE LOISIRS LA VIGILANCE RESTE DE MISE

Les vacances en famille permettent souvent  aux parents  d’observer  chez les enfants mais aussi chez les personnes âgées des comportements à risques en de multiples circonstances. Elles fournissent à ce titre l’occasion de rappeler quelques  règles simples à respecter dans un certain nombre de domaines.
Car les accidents de la vie courante font encore 20.000 victimes chaque année en France. Si dans l’ensemble, l’évolution est plutôt positive, le taux de mortalité ayant diminué de 2,8% en moyenne entre 2000 et 2008, on constate néanmoins une plus forte exposition aux risques des personnes âgées en raison du vieillissement de la population. Lire la suite