PREMIER TOUR DES LEGISLATIVES : VERS UNE CONFIRMATION DES PLEINS POUVOIRS

Comme le montre la photo d’archives utilisée pour illustrer cette amorce de chronique, lorsque les députés de tous bords sont présents sur les bancs de l’Assemblée nationale, çà fait forte impression et ça réconforte d’une certaine façon en termes de représentativité et de diversité. Mais comme chacun à pu le constater par le passé, cette situation ne s’est que très peu souvent présentée.
Quoi qu’il en soit, si les Français se montrent prêts à faire confiance au chef de l’Etat récemment élu et à son gouvernement , l’expression de Cervantes : « Il ne faut jamais mettre tous ses œufs dans le même panier » apparaît aujourd’hui pleinement justifiée. Car, avec plus de 400 députés LRM en lice, on peut parler de risque d’hégémonie.
La sortie de route des partis traditionnels PS et LR a de quoi soulever quelques inquiétudes sur ce qu’il adviendra dans les temps à venir de cette profonde recomposition du paysage politique. L’absence d’opposition peut en effet s’avérer néfaste pour que s’exerce au mieux la démocratie qui veut que tout le monde ne partage pas les mêmes idées mais accepte néanmoins d’échanger pour parvenir au meilleur compromis. De plus, tout tend à démontrer que la France va se retrouver avec des parlementaires pour la plupart novices qui vont avoir fort à faire pour ne pas se trouver dépassés compte tenu de la complexité de la fonction qui va leur incomber.
Ce sont les principaux enseignements de ce premier tour des élections législatives qui a enregistré un taux d’abstention record et préoccupant (51,2 %). Il est 22H10 en ce dimanche 11 mai, AWI reviendra très vite sur les résultats de ce premier tour des élections législatives qui voit de nombreux ténors se faire doubler voire éliminer. Même s’il faut encore attendre les résultats du second tour, on peut d’ores et déjà parler de victoire royale. Cliquez ici pour écouter la chronique audio de Patrick Gorgeon

LES MEDECINS REVENDIQUENT LEUR ROLE D’ACTEURS RECONNUS DU SYSTEME DE SANTE… ET SE DONNNENT LES MOYENS D’AGIR

Les médecins aspirent à plus de reconnaissance de la part de la société et de ses dirigeants. Ils souhaitent une meilleure prise en considération des conditions dans lesquelles ils sont amenés à exercer leur métier santé.
Voilà pourquoi les élections des 42 représentants au sein du Conseil départemental de l’Ordre des médecins du Val-de-Marne qui auront lieu le 18 janvier prochain, revêtent beaucoup d’importance.
Médecins libéraux, salariés et retraités, toutes tendances confondues, sont en effet appelés à poser leur candidature à compter du 19 novembre, la clôture des inscriptions étant fixée au 19 décembre à 16H.
Comme l’explique Bernard Le Douarin, Président du CDO 94, ces élections ordinales sont essentielles car elles visent à assurer la représentativité des médecins auprès des différents partenaires institutionnels ( ARS – Assurance maladie…) au niveau départemental.
Le Val-de-Marne compte aujourd’hui 1.200.000 habitants et quelques 6.000 médecins inscrits.
Département francilien par excellence, ce territoire de taille modeste bénéficie néanmoins entre autres de nombreuses structures hospitalières et universitaires réputées. C’est également un territoire qui a vu naître à l’initiative du Conseil départemental de l’Ordre, les SAMI, permanences de soins destinées à palier les problèmes rencontrés par les urgences hospitalières, d’une part, et les besoins exprimés par la population lorsque les cabinets médicaux sont fermés, d’autre part.
Les missions confiées aux représentants élus pour la défense de la profession, font appel à un véritable investissement personnel de la part des candidats.
Comme le souligne le Président du CDO 94: « Nous n’entendons pas être que des participants, des spectateurs. Nous voulons être des partenaires et des acteurs à part entière ».
D’où l’appel à la formation d’un corps d’élite, via l’élection des 42 représentants du conseil.
Il est vrai qu’au vu de la situation actuelle et du sort qui leur est réservé sur fond de loi de santé, de loi croissance et pouvoir d’achat, de loi sur les professions réglementées mais aussi de réforme territoriale…, les médecins sont légitimement inquiets voire exaspérés de ne pas être considérés comme ils le devraient.
Au cours de cette première partie de l’interview qu’il nous a accordée, Bernard Le Douarin revient sur quelques points essentiels liés aux élections ordinales et à l’indispensable représentativité des médecins. La seconde partie qui vous sera proposée la semaine prochaine, mettra pour sa part, l’accent sur un certain nombre de préoccupations exprimées par la profession, qu’il s’agisse de l’extension du tiers payant à tous les Français annoncée par Marisol Touraine, de la négociation sur les soins de proximité, des questions qui subsistent concernant les honoraires et la formation continue des médecins, notamment. Demain, nous reviendrons sur l’interview accordée au quotidien Les Echos par Frédéric Bizard, économiste de la santé et enseignant à Science-Po, qui propose trois pistes pour optimiser le système de financement de l’Assurance maladie. Lire la suite

L’ALGERIE CONFRONTEE AU RISQUE DE DEPENDANCE ENERGETIQUE ?

Alors que l’opposition divisée qui a décliné les thèmes du chômage, du logement et du mauvais fonctionnement des services publics, ne semble pas en mesure de s’attirer un soutien populaire, les Algériens devraient réélire pour un quatrième mandat le chef de l’Etat sortant, Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, physiquement diminué depuis un accident vasculaire cérébral subi en 2013.
Or le déclin des ressources en pétrole et en gaz potentiellement exploitables offrant des rendements élevés met en lumière les failles d’une économie de rente qui menace l’avenir de ce pays.
Si les observateurs font observer qu’une partie de la jeunesse s’est détournée de la politique pour finalement se résigner à laisser les coudées franches à la génération des « libérateurs » de la guerre d’indépendance peu enclins au changement, les risques liés aux menaces qui pèsent sur les gisements de ressources énergétiques conventionnelles ne peuvent être pris à la légère. Ils mettent en effet en évidence la nécessite de soutenir le développement des énergies renouvelables ainsi que les recherches concernant le gaz et pétrole de schistes , ces dernières ayant, en moins de dix ans, profondément modifié la scène énergétique américaine et la donne énergétique mondiale. Outre le coup de projecteur sur la situation que connaît l’Algérie qui est aujourd’hui le 3e producteur de pétrole en Afrique et le 1er producteur africain de gaz, cette chronique permet de revenir sur la piste des « roches mères » décrites dans l’ouvrage signé Pierre René Bauquis, géologue et économiste, qui livre son « Parlons gaz de schiste en 30 questions », publié à la Documentation française.
Ce livre a le mérite de faire le point sur les différentes techniques d’exploitation de pétrole et de gaz de schistes, notamment via la fracturation hydraulique interdite sur le sol français et en Bulgarie, ainsi que sur les impacts géostratégiques et environnementaux. Il fait également le point sur les réserves exploitables en France et dans le monde, en soulignant au passage que les Etats-Unis sont le seul pays où les propriétaires des sols le sont également du sous-sol. Autrement dit, les Américains ont la possibilité de vendre leurs droits à la recherche des ressources en pétrole et en gaz conventionnelles et non conventionnelles sous leurs propriétés. Autant d’éléments qui conduisent à s’interroger sur la dépendance énergétique de l’Algérie dont le développement a jusqu’ici été sauvé par la manne de l’or noir. Lire la suite

LE e-VOTE GRAND ABSENT DES PROCHAINES ELECTIONS

A la veille de l’élection présidentielle en France,  un phénomène lié à la liberté d’expression et au droit de vote a de quoi surprendre.  Alors que le premier tour aura lieu le 22 avril , en pleines vacances scolaires, l’abstention est en effet ce qui menace le plus. Pour éviter cet écueil, le gouvernement a d’ailleurs dépensé un million d’euros dans une campagne de sensibilisation au vote par procuration avec tous les problèmes récurrents. Mais n’y avait il pas mieux à faire ? Pourquoi avoir négligé un fantastique outil  d’expression démocratique largement répandu qui assure désormais le fonctionnement de notre société ? Lire la suite

LES DOM JUAN DE LA POLITIQUE ENTRENT EN SCENE

Les trois coups ont été frappés mercredi 15 février. Le public a en effet eu droit, ce jour là, quasiment à la même heure, à deux représentations  très différentes du DOM JUAN  de la politique française. Un rôle mythique  qui démontre  à l’évidence  qu’il n’y a que deux acteurs vedettes susceptibles de se retrouver façe à façe, au jour du deuxième tour.

Lire la suite

LA CREATION D’UNE PLATEFORME EN SANTE POUR FACILITER L’ACCES AUX SOINS DE TOUS LES ETUDIANTS ACTUELLEMENT A L’ETUDE DANS LE VAL-DE-MARNE

Le monde étudiant partage, aujourd’hui plus que jamais, bien des préoccupations. Si la première d’entre elles concerne la qualité des  études, quelle que soit la spécialité choisie, d’autres problèmes récurrents, tout aussi importants, taraudent également les esprits, tant ils sont déterminants en termes de réussite, mais aussi d’échec. Lire la suite