« POUR UN EGAL ACCES AUX SOINS POUR TOUS PARTOUT EN FRANCE »

C’est dans ces termes que le Premier ministre Edouard Philippe a défini lundi lors d’un déplacement en Indre-et-Loire en présence d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le projet de loi actuellement débattu à l’Assemblée nationale qui arrivera au Parlement en mars, en vue d’une entrée en application dés l’été.

Bien que l’espérance de vie des Français ne cesse d’augmenter, les hommes bénéficiant d’un crédit de 85,3 ans et les femmes de 79,5 ans, la volonté de parvenir à un égal accès aux soins pour tous partout en France qui fait aujourd’hui défaut, dépend de nombreux et importants paramètres qui ne trouveront pas remèdes du jour au lendemain.

Tout repose en effet sur un système de santé d’une rare complexité dont le poids financier comme l’organisation proprement dite, s’avèrent particulièrement lourds et délicats à gérer.

Au delà des mesures annoncées dans le « Plan Santé 2022 » qui fourmille de louables intentions, et bien que sept personnes sur dix âgées de plus de 16 ans se disent en bonne voire très bonne santé, notre société se trouve notamment confrontée à quatre problèmes majeurs : le vieillissement de la population, l’augmentation des maladies chroniques, la désertification médicale et implicitement le déficit en structures de soins.

Autant de préoccupations que les immenses progrès médicaux et la télémédecine qui s’appuient sur le pilier de l’innovation, ne peuvent seuls s’engager à résoudre. Lire la suite

COMMENT EDOUARD PHILIPPE REPONDRA T’IL AU CLIMAT DE TENSION INEDIT QUI FRAPPE LA FRANCE ?

En ces premiers jours de 2019 qui, fort logiquement, conduisent à présenter ses vœux de bonne et heureuse année, AWI ne pouvait éluder l’un des sujets chauds de l’actualité française. Surtout lorsqu’on constate que ce dernier fait toujours la une depuis la première manifestation des « Gilets jaunes » le 17 novembre 2018.

Car aujourd’hui, personne ne sait, personne ne peut dire comment tout cela finira.

Dans cette période profondément troublée, mieux vaudrait avant tout éviter toute surenchère et autres provocations, d’un côté comme de l’autre.
Surtout lorsque de premières décisions visant à apaiser une colère légitimement exprimée par de nombreux Français en matière de justice fiscale, économique, sociale, annoncées le soir de la Saint Sylvestre, par le président de la République, sont venues témoigner d’une écoute et d’une volonté de répondre à des attentes.

Il est vrai qu’une erreur d’appréciation des réalités vécues par de nombreux Français a été commise de la part de l’exécutif. L’étincelle taxe carbone sur les carburants trop tardivement éteinte, a très vite mis le feu aux poudres . C’est elle qui a enflammé un mouvement sans représentant officiel qui, dans la foulée, a émis de multiples revendications liées aussi bien au pouvoir d’achat, à l’immigration, à la PMA GPA , au RIC…

En dépit de la décision qui a été prise en haut lieu d’organiser un débat national décliné à l’échelle des territoires afin de permettre aux Français dans leur ensemble d’exprimer leurs préoccupations sur des sujets jugés essentiels, il sera, quoi qu’il en soit, impossible de satisfaire d’un coup de baguette magique tout le monde en même temps.

Mais ce qui apparaît pour le moins devoir être évité, dans cette période profondément troublée, c’est une surenchère verbale permanente, d’un côté comme de l’autre, qui finit par créer des manifestations ponctuées d’actes de violence sur les biens et les personnes totalement inacceptables.

Si comme l’affirmait Carl Von Clausewitz , un officier prussien qui a opéré contre Napoléon au début du XIXème siècle : « La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens » tout ce qui est susceptible d’ouvrir la voie à une forme de guerre civile en opposant les Français à l’exécutif, voire les Français entre eux, se doit d’être circonscrit au plus vite. Lire la suite

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – « SALLE 43 » OU L’ART DE PRENDRE DES GANTS…DE BOXE

En déclarant au lendemain de l’acte VI des Gilets jaunes : « La politique, c’est comme la boxe (…) Vous savez que vous allez prendre des coups » Edouard Philippe, Premier ministre, ne pouvait qu’inspirer l’Awi-Mage de la semaine. Cette dernière témoigne en effet des ressources souvent insoupçonnées  dont  chacun(e) dispose et mettent à l’abri de bien des déconvenues voire agressions de toute nature. L’occasion de faire de la pub à la Salle 43 basée à Versailles dans les Yvelines, où des adultes mais aussi des enfants, suivent les conseils d’un coach qui leur démontre lors de  séances d’entrainement que cette discipline sportive permet avant tout de prendre confiance en soi sur le plan physique et psychologique et ainsi de se prémunir de coups qu’on est parfois amenés à prendre. Un sport qui au delà de sa pratique sur  ring tient avant tout à une maîtrise du corps et de l’esprit en offrant  la possibilité de faire face aux nombreux évènements de la vie. Les images visibles en cliquant sur le lien qui suit vous font entrer dans l’univers de la Salle 43. A la veille de Noël, elles apportent la claire démonstration d’un état d’esprit propre à rassembler hommes,femmes et enfants qui souhaitent se prémunir contre toute forme de violence. Cliquez ici pour découvrir la suite en images

APRES L’OPERATION « GILETS JAUNES » AWI VOUS APPORTE UN PEU D’H.E.R*

Lorsqu’on fait fausse route, mieux vaut changer de trajectoire.

Cette aimable mise en garde s’applique à tous et en toutes circonstances.

Mais elle trouve aujourd’hui un retentissement particulier face au refus clairement notifié par Edouard Philippe, Premier ministre, de revenir sur la décision qui a été prise d’augmenter la taxe sur les carburants, au risque d’amplifier la vague de mécontentement exprimée par de nombreux Français à l’occasion de l’opération dite « Gilets jaunes ».
Changer de trajectoire ne signifie pas pour autant se détourner du louable objectif qu’on cherche à atteindre, mais réside simplement dans le fait d’accepter l’idée de la nécessité de changer d’itinéraire pour y parvenir. Une façon d’éviter tout risque de blocage préjudiciable.
AWI vous invite à écouter une chronique qui une manquera pas d’en surprendre plus d’un.
Vous prendrez bien un peu d’HER ! Un HER qui pourrait vous faire suffoquer. Cliquez ici pour écouter la chronique audio de Patrick Gorgeon, directeur de la rédaction d’AWI

INTEGRATION DES MIGRANTS EN FRANCE – LA FEUILLE DE ROUTE DEVOILEE

La diffusion ce lundi d’une chronique épistolaire intitulée : « L’IMMIGRATION : UN SUJET POLITIQUE QUI RONGE LA SOCIETE » puis d’une chronique audio venue la compléter sur la base de la question posée dans le dernier numéro des Cahiers français :« Quelle politique migratoire pour la France ? » se justifiaient à plus d’un titre.
Ces dernières permettent de revenir sur les arbitrages de l’exécutif concernant l’intégration des migrants qui ont été dévoilés mardi par le Premier ministre. D’autant que les décisions prises font écho aux observations voire recommandations émises par plusieurs observateurs avertis auxquels ces chroniques font référence.
Toutefois, si les 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France contenues dans le rapport parlementaire du député LRM du Val-d’Oise Aurélien Taché ont permis d’enrichir la réflexion et de définir des actions prioritaires, force est constater que l’une d’elles ayant trait à l’accès au logement n’a pas été retenue.

Il n’y aura donc ni prime de 1 000 euros aux communes qui proposent un logement ni « crédit d’impôt solidarité » pour les particuliers hébergeant gratuitement un étranger, comme le suggérait le rapport. On se limitera à l’application du droit commun, la circulaire du 12 décembre 2017 prévoyant la « mobilisation de 20 000 logements » sous l’impulsion des préfets. Il est néanmoins intéressant d’observer que Le gouvernement compte développer certains dispositifs d’intégration expérimentaux à l’instar du programme HOPE (hébergement orientation parcours vers l’emploi) afin de faciliter l’accès à l’emploi dans des secteurs en tension comme le BTP, les services et l’industrie. 1 000 réfugiés devraient en bénéficier dés 2018. En 2018, 3 000 jeunes migrants se verront également proposer un « sas linguistique et socioprofessionnel » (garantie jeune, apprentissage…) d’une durée de 3 à 6 mois. Leur nombre devrait atteindre 5 000 en 2019. Si le rapport Taché avait évalué le coût total de ses propositions à un peu plus de 600 millions d’euros, les moyens financiers alloués à l’accueil des migrants en France devraient plutôt avoisiner les 200 millions. L’accent est mis sur des mesures à juste titre considérées comme indispensables. Lire la suite

LE GOUVERNEMENT AU CHEVET D’UN SYSTEME DE SANTE SOUFFRANT

Conscient de l’impérieuse nécessité de procéder en France à une transformation globale cohérente et méthodique du système de santé qu’il juge menacé pour l’avoir lui-même côtoyé de près lorsqu’il était maire du Havre, Edouard Philippe, Premier ministre, a ouvert mardi avec la ministre de la Santé Agnès Buzyn cinq grands chantiers.
Les travaux qui feront l’objet d’une concertation avec tous les acteurs du secteur santé se dérouleront de mars à mai afin d’établir une feuille de route détaillée avant l’été.
Il s’agit selon ses propres termes de mettre fin au rafistolage qui a prévalu jusqu’ici.
La stratégie consiste donc à tout remettre sur le métier : qualité et pertinence des soins; modes de financement et de régulation; rôle du numérique et de l’e-santé; formation et qualité de vie au travail des professionnels de santé en milieu hospitalier comme en médecine de ville, sans oublier l’organisation territoriale des soins qui touche aux déserts médicaux maintes fois dénoncés.
AWI ayant eu à traiter des questions santé dans différentes émissions qui demeurent consultables, chacun pourra retrouver les thèmes récurrents, qu’il s’agisse des requêtes formulées par les professionnels de santé – notamment les médecins libéraux et hospitaliers – comme des différentes actions menées par l’Assurance maladie pour assurer la prévention santé et faciliter l’accès aux soins de tous.
Le budget alloué chaque année à la santé des 67 millions de Français se monte tout de même à 200 milliards d’euros.
Vouloir bâtir un système de santé simple et durable qui fasse preuve d’efficience à tous les niveaux ne sera pas la tâche la plus aisée à laquelle doive s’atteler le gouvernement. Surtout lorsqu’on sait combien de ministres de la santé et de réformes santé sont intervenus dans ce secteur clé depuis de nombreuses décennies, sans parvenir à résoudre les problèmes de fond rencontrés par l’ensemble des professionnels de santé, ni répondre véritablement aux légitimes préoccupations d’un certain nombre de Français.
Une représentative collection d’émissions santé assurance-maladie réalisées ces dernières années et diffusées sur la webradio webtv indépendante AWI, permet de constater que l’organisation su système de santé français a toujours figuré au rang de priorité. Cette chronique vous invite à consulter les émissions santé disponibles sur ce site

RENTREE POLITIQUE SOUS LE SIGNE DE LA DETERMINATION ET DE LA COMMUNICATION

Jeudi 31 août 2017, il fût difficile de ne pas être attiré par une lecture de l’interview fleuve accordée par Emmanuel Macron à l’hebdomadaire « Le Point ». Surtout lorsqu’on sait que le chef de l’Etat précise entre autres dans cette dernière : « Quand on oublie de lire, on se trompe. On perd le rapport au sens, à l’intemporel ».
Et comme nous ne demandons qu’à comprendre et à aller de l’avant, nous avons jugé indispensable de nous livrer à une lecture assidue.
Fort de 22 pages étayées de photos dont quelques unes grand format, ce premier grand entretien, démarre avec une formule choc qui interpelle : « Nous devons renouer avec l’héroïsme politique ».
Autant dire qu’un esprit de conquête anime cette intervention épistolaire qui tombe à pic et marque une claire volonté de clarification sur la stratégie politique choisie.La chronique audio de Patrick Gorgeon que vous êtes invités à écouter vous en dit plus. Cliquez ici pour écouter la chronique audio

DE L’ IMPATIENCE DES FRANCAIS

Dieu de la terre et du ciel, ainsi que tous les êtres vivants qui s’y trouvent, Jupiter doit admettre que l’éveil d’une croyance ou du moins d’une espérance en un monde meilleur se heurte souvent à des réalités très terre à terre.
La déception clairement affichée par de nombreux Français au regard de la stratégie politique menée jusqu’ici par Emmanuel Macron et son Premier ministre ne peut toutefois surprendre. Les Français sont en effet à la fois impatients et exigeants par nature. De plus, ils croient au Père Noël ! En réalité, ils attendaient tout autre chose en ce début de mandat. Il faut donc calmer tant que faire se peut leur légitime impatience. A ce titre, deux citations méritent d’être retenues. Celle de Louis XIV qui déclarait “C’est toujours l’impatience de gagner qui fait perdre.” Ou encore celle de Confucius qui précisait “Une petite impatience ruine un grand projet. ”
Comme l’indiquait lors de ses premières interventions publiques Edouard Philippe dont la cote de popularité s’érode également : « Je ne cherche pas la popularité mais l’efficacité ». C’est donc gagné sur le premier point, mais perdu sur le second, les mesures annoncées dans différents domaines ne bénéficiant pas d’un quota d’appréciations favorables significatif, sensé révéler les bienfaits des nouvelles orientations politiques.
Pourtant, la période estivale propre à une remise en forme et à l’expression de grands desseins d’avenir se doit de donner au chef de l’Etat et au gouvernement les moyens d’assurer une rentrée toujours guettée comme un véritable traquenard. Or, au rythme où vont les résultats des sondages de popularité, les cents premiers jours de l’ère Macron témoignent d’une perte d’enthousiasme et de confiance non négligeable qui va jusqu’à toucher les sympathisants du président qui regroupent les membres de La République en marche (LREM), de l’UDI, et du MoDem. Y a t’il péril en la demeure ? Faut-il laisser passer l’orage sondagier qui n’attend finalement qu’un signe pour que le soleil brille et que les regards s’illuminent ? Cliquez ici pour écouter la chronique audio enregistrée lorsque la mer était calme

DANSE AU-DESSUS D’UN VOLCAN

« Sous le regard inquiet des Français, nous dansons au-dessus d’un volcan qui gronde de plus en plus fort ! «
Cet avertissement lancé mardi aux députés, réunis au grand complet à l’Assemblée nationale, par Edouard Philippe, Premier ministre lors de sa déclaration de politique -generale n’est pas sans rappeler le cri d’alerte d’un de ses récents prédécesseurs qui avait alors parlé de faillite. Une situation qui ne s’explique pas uniquement en raison du mal qui frappe le pays, à savoir son endettement abyssal. La chronique audio revient sur quelques-unes des mesures que compte prendre le gouvernement durant le quinquennat pour remédier aux maux qui nous rongent et empêchent la France de franchir le cap de bonne espérance. Cliquez ici pour écouter la chronique audio

EFFICACITE REPRESENTATIVITE RESPONSABILITE – L’ASSEMBLEE NATIONALE ATTEND DE SAVOIR

Sous l’ère Macron, les engagements de réformes pris durant la campagne présidentielle seront tenus au cours des cinq années à venir, sans pour autant céder à tout empressement démesuré.
Cette précision qui a été apportée par Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, au lendemain du discours du chef de l’Etat devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles et juste avant le discours de politique générale du Premier ministre à l’Assemblée nationale a sans nul doute eu pour objectifs de calmer le jeu et de rassurer.
Confirmation a ainsi été apportée que Jupiter était bien le maître des horloges. Et que la volonté d’un profond changement se devait d’obéir à une stratégie soucieuse de définir les actions à mener en fonction de leur caractère prioritaire mais aussi de leur faisabilité.
En dressant les grandes lignes de son programme d’actions, le président de la République a apporté la démonstration qu’il laissait à son Premier ministre le soin d’exposer dans le détail les moyens que compte se donner le gouvernement pour parvenir à ses fins.
Il faut en effet comme l’a plusieurs fois souligné Emmanuel Macron lors de son discours: « Regarder les réalités en face »
En déclarant lundi sur France 2 : « Il n’est pas question que l’Union européenne accorde un nouveau délai à la France pour ramener ses déficits publics à 3% du PIB ou moins comme elle s’y est engagée », Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires économiques a témoigné de l’étroitesse du champ de tir dont dispose la France pour atteindre ses objectifs.
Le Premier ministre, Edouard Philippe, avait d’ailleurs annoncé la semaine dernière que des mesures d’économie seraient prises pour contenir les déficits publics à 3% en fin d’année. Il sait tout comme Pierre Moscovici qu’une politique budgétaire sérieuse sans être austère doit être au rendez-vous.
Efficacité, représentativité et responsabilité guideront très vraisemblablement le discours de politique générale prononcé par Edouard Philippe en ce mardi 4 juillet 2017 devant l’Assemblée nationale, ce dernier ayant récemment affirmé préférer l’efficacité à la popularité. Lire la suite