VOUS PRENDREZ BIEN UN BITCOIN POUR LA ROUTE 2018

2018 réservant sans nul doute de grosses surprises au niveau international, la période des fêtes de fin d’année veut qu’on s’attache principalement aux fraiches bonnes nouvelles venues illuminer la situation de notre pays.
A ce titre, celles émanant de la dernière note de conjoncture publiée mardi par l’Insee qui fait état d’un rebond de la croissance en 2017, se doit de figurer en tête de liste.
Après s’être trainée autour de 1% au cours de ces trois dernières années, l’économie hexagonale devrait enfin enregistrer un joli score avec un PIB en hausse de + 1,9%. A l’origine de ce phénomène encourageant un environnement international favorable et une demande intérieure portée par l’investissement de nos forces vives, entreprises de tous secteurs d’activités.
Quand aux ménages français, leurs investissements démontrent qu’ils auront consacré l‘essentiel au logement, secteur qui devrait bondir de 5,2% en 2017, après une hausse de 2,4% en 2016. De quoi compenser les effets d‘un ralentissement de leur consommation sur bien d’autres postes de dépenses. Selon l’Insee, ce net coup de frein au pouvoir d‘achat s’explique pour plusieurs raisons : un calendrier fiscal très défavorable en début d‘année, marqué par des hausses des taxes sur le tabac et les carburants ainsi que de la CSG.
Aussi attend on de voir ce que réserve le second semestre 2018, les prévisions de l’Insee ne portant que sur les six premiers mois de l’année. Il faudra donc attendre de voir comment se traduisent certaines mesures comme les baisses de cotisations sociales et de la taxe d‘habitation, sans oublier l‘aménagement de l‘impôt sur la fortune et l‘entrée en vigueur du prélèvement forfaitaire unique.
Quoi qu’il en soit, ces données conjoncturelles s’inscrivent dans un climat politique qui apparaît aujourd’hui en France nettement plus apaisé et favorable.
En dépit des doutes qui persistent sur le pouvoir d’achat, le chômage, on sent néanmoins souffler un courant porteur, un souhait unanime d’en sortir par le haut. Un signe qui se trouve porté, il est vrai, par un retour de la confiance sur le plan politique, les deux têtes de l’exécutif, Emmanuel Macron et Edouard Philippe enregistrant ces derniers temps une très notable hausse de leurs cotes de popularité.
Il faut toutefois se montrer prudent au regard des prévisions concernant 2018, l’hypothèse de se basant sur une croissance de l’ordre de 1,7% et ne prenant pas en compte les éventuels évènements susceptibles de contrarier cette marche en avant.
Aussi, en dépit d’un fâcheux incident technique de dernière minute ayant frappé la cryptomonnaie, vous prendrez bien un bitcoin pour la route. Chronique audio de Noël d’ores et déjà consultable sur AWI

TOUT FAIRE POUR EVITER LE CHAOS ECONOMIQUE

L’énergie que nous déployons tous chaque jour, sur le plan personnel et professionnel, pour donner un sens à nos vies se heurte, aujourd’hui plus que jamais, à une crise économique sans fin et surtout sans perspectives de sortie à court terme.
Les nuages qui s’accumulent au-dessus de nos têtes assombrissent l’horizon, présentent pour inconvénient majeur de contrarier la plupart des projets, qu’il s’agisse de créer des entreprises, d’augmenter des activités, d’embaucher… ou encore de se lancer dans l’acquisition d’un bien immobilier voire d’une automobile, notamment. Or, qu’il s’agisse d’un Etat, d’une entreprise comme d’un individu, chacun sait qu’ il est rigoureusement impossible de créer des richesses sans investir.
Il est vrai qu’actuellement, la situation impose d’y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans toute opération par définition à risques. A moins d’avoir en tête, mais aussi  entre les mains les moyens d’assurer un avenir à des actions mais aussi des projets qui tiennent la route.
Et lorsqu’on nous vante le cas des auto-entrepreneurs toujours plus nombreux, on évite de préciser qu’il s’agit, la plupart du temps, d’individus qui jouent le « do it yourself »,  voire  le  « sauve qui peut » afin d’éviter le naufrage, sachant que nombreux sont ceux qui n’ont au final aucune activité et donc aucun revenu.
Non, l’ambiance n’est pas à l’euphorie !
Les politiques sont en grande partie responsables du climat délétère actuel ! Lorsqu’on dit climat , on ne dit pas situation. Car c’est un fait, ce sont  les entreprises avant tout privées, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité, qui donnent une dynamique à l’économie à travers les produits et prestations qu’elles proposent.
Une réalité qui ne doit pas masquer l’importance que revêt la force de conviction et d’entrainement du discours politique et le charisme dont doivent faire preuve ceux qui le prononcent. Car les citoyens de tous pays ont besoin de messages encourageants et  d’initiatives  de poids dont  l’intérêt patent doit, si possible,  être perceptible par le plus grand nombre.
Le « Ca ira mieux demain ! » ne suffit pas pour rassurer. Quant au  » C’est perdu d’avance », il a valeur  d’aveu d’impuissance. Les politiques en place  doivent donc  définir de véritables  stratégies de combat visant à  donner au plus  grand nombre d’individus  l’ envie de livrer bataille, l’objectif étant toujours de gagner ensemble. On en aurait presque la Marseillaise en bouche.
On aimerait tant pouvoir faire preuve d’optimisme !
Vous n’êtes pas obligés de soutenir la thèse défendue dans la chronique audio. Mais vous avez  le droit de réagir si vous vous sentez concernés ! Lire la suite