QUAND LE e-COMMERCE CASSE LA BARAQUE

Mardi, l’annonce par Carrefour d’un vaste plan de transformation à l’horizon 2022 passant par des réductions de coûts, des investissements massifs dans le digital et un partenariat stratégique en Chine a jeté un pavé dans la mare.

Cette réorientation du groupe correspond bien à un changement de cap qui obéit à la loi du e-commerce amené à se substituer petit à petit à l’ère des grandes surfaces qui ont fleuri sans interruption depuis les années 60 70, y compris en France.

Carrefour, objet des gros titres de la presse est, au sens propre comme figuré, l’illustration d’une nouvelle organisation de grande ampleur du commerce de biens qui n’en est qu’à ses débuts…prometteurs.

Tout y passera, de l’alimentaire à l’habillement, des produits domestiques et pharmaceutiques aux équipements à base de nouvelles technologies, logements et automobiles ayant déjà pris la mesure du vent dominant.

La rupture risque même d’être assez brutale en provoquant d’importantes vagues de licenciements, mais aussi en stimulant l’apparition et développement de nouveaux métiers faisant appel à des formations spécifiques.

La décision prise par Carrefour ne fait que confirmer ce sur quoi la chronique intitulée TOYS’R’US EMBLEMATIQUE EXEMPLE DE L’INFLUENCE DU E-COMMERCE diffusée sur la webradio webtv AWI le 20 septembre 2017 mettait l’accent. Cliquez ici pour lire la suite et écouter la chronique audio

Toys’R’Us EMBLEMATIQUE EXEMPLE DE L’INFLUENCE DU E-COMMERCE

Sauf à s’adapter aux nouvelles conditions du marché et aux nouveaux comportements des consommateurs, les grandes surfaces commerciales et autres villages des marques ont des soucis à se faire dans les années à venir. Car, ce qui est en train de se produire au sein de la société, n’est pas sans impact sur le nouveau chapitre de la riche histoire du commerce à l’aube d’un profond bouleversement. En cliquant ici vous pourrez lire la suite, puis écouter la chronique audio qui vous projette dans le futur

LE COMMERCE ELECTRONIQUE EN PLEIN BOOM TISSE SA GIGANTESQUE TOILE

Que BpiFrance ait choisi dernièrement d’embarquer 7 start-up françaises pour la Silicon Valley , histoire de les mettre dans le bain des innovations qui poussent sur cet ilot high-tech aux Etats-Unis avant de s’épanouir à l’échelle planétaire,, est révélateur d’un courant porteur au royaume des NTIC. Bien entendu, chacun a bien conscience qu’il ne faudrait pas que cette initiative les conduise à se laisser séduire par l’ambiance et les opportunités de développement pour finalement rester sur place. Car, il ne fait aucun doute que la tentation peut être grande !
Alors que l’arrivée sur le marché de Apple Watch déchaine les foules y compris en France , le commerce électronique encore appelé e-commerce témoigne d’une solide santé en dépit d’un contexte économique morose. De bon augure pour le m-commerce et autre w-commerce. La concurrence entre pure players, entreprises oeuvrant uniquement sur internet, et click & mortar, acteurs traditionnels ayant une activité de vente en ligne en complément, se livrent à un féroce combat sur fond de concurrence et d’arrivée de nouveaux concurrents. Il est vrai que les perspectives s’annoncent particulièrement prometteuses pour ces acteurs clés . En effet, si le commerce électronique a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 56,8 milliards d’euros en France, soit une hausse de 11% par rapport à 2013, ; d’ici 2020, les ventes en ligne pourraient bondir de presque 60% pour atteindre 90 milliards d’euros.
Selon les observateurs, le nombre de cyberacheteurs français pourrait atteindre son pic vers 2021-2022 avec environ 44 millions de personnes.
Car les réalités sont là ! Face à une croissance du nombre de personnes connectées et à une offre en ligne qui poursuit sa course folle, 59% des particuliers ont acheté des biens ou services en ligne au cours des douze derniers mois. Cet essor fantastique du commerce électronique s’explique essentiellement pour deux raisons. Tout d’abord, la multiplication des points d’accès à internet – en attendant que le wifi soit disponible dans les trains. Ensuite, l’existence d’appareils toujours plus performants donnant notamment accès aux sites marchands : smartphones, tablettes, micro-ordinateurs, etc.
Et contrairement à ce qu’on imagine souvent, les achats via internet place la France au-dessus de la moyenne européenne, même si nous restons devancés par la République tchèque et l’Irlande, sans parler des Etats-Unis ou de l’Asie.
Alors que le commerce électronique se développe à la vitesse grand V et que la concurrence entre ses acteurs bat son plein, qui sont les leaders du secteur qui font ainsi monter la pression et quels sont les produits et services qui bénéficient le plus de l’engouement des cyberacheteurs ?
AWI a voulu pénétrer dans le cybermarché pour décoder ses modes de fonctionnement et ses perspectives d’évolution dans les temps futurs finalement très proches. Lire la suite

MEDICAMENTS,GENERIQUES ET E-COMMERCE

Alors que l’Autorité de la concurrence a émis mercredi un avis défavorable sur le projet d’arrêté du gouvernement concernant la vente en ligne de médicaments, en raison de « l’ensemble important d’interdictions et de restrictions » qu’il contient, il est intéressant de revenir sur le rôle joué par les différents professionnels de santé reconnus et notamment celui qui revient entre autres aux pharmaciens qui ont pignon sur rue.
Il est vrai qu’une directive européenne de 2011 rend possible la vente de médicaments sur Internet, tout en laissant la possibilité aux Etats membres de l’encadrer. Toutefois, selon Patrick Zeïtoun, président de l’Union des pharmaciens de la région parisienne qui a présenté un recours en référé devant le Conseil d’Etat concernant la mise en vente libre des médicaments sur Internet, cet avis va à contre courant des objectifs visés en termes de compétences, d’économies et de santé publique.
Voilà pourquoi les précisions qu’il apporte sur le dossier pharmaceutique (DP) sont intéressantes Car ce que le système informatique mis en place au niveau des officines françaises permet de faire, la vente en ligne de médicaments ne le permet pas.
Quant à la prescription et délivrance de médicaments génériques, Patrice Rolin, conseiller à la CPAM du Val-de- Marne rappelle ce qui a servi de déclencheur en termes de consommation. D’autant que ces médicaments moins chers ont comme le rappelle Patrick Zeïtoun les même propriétés que les médicaments de marque. Lire la suite

LE e-VOTE GRAND ABSENT DES PROCHAINES ELECTIONS

A la veille de l’élection présidentielle en France,  un phénomène lié à la liberté d’expression et au droit de vote a de quoi surprendre.  Alors que le premier tour aura lieu le 22 avril , en pleines vacances scolaires, l’abstention est en effet ce qui menace le plus. Pour éviter cet écueil, le gouvernement a d’ailleurs dépensé un million d’euros dans une campagne de sensibilisation au vote par procuration avec tous les problèmes récurrents. Mais n’y avait il pas mieux à faire ? Pourquoi avoir négligé un fantastique outil  d’expression démocratique largement répandu qui assure désormais le fonctionnement de notre société ? Lire la suite