DIRECTIVES EUROPEENNES LA FRANCE NE VEUT PLUS SURTRANSPOSER

La France qui a élu à sa tête un jeune président enthousiaste et europhile dont la campagne a largement promu les vertus de l’Europe, serait elle tentée de faire machine arrière ou du moins de vouloir calmer le jeu des transpositions des directives européennes en droit français ?
C’est du moins ce qu’à clairement laissé entendre Christophe Castaner, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé des Relations avec le Parlement, porte-parole du Gouvernement lorsqu’il a délcaré : « Le gouvernement veut arrêter de « surtransposer » les directives européennes dans le droit français afin de renforcer l’attractivité de la place de Paris, notamment dans le cadre du Brexit. » Cliquez ici pour lire la suite et écouter la chronique audio de Patrick Gorgeon

DEVELOPPEMENT DURABLE : L’EUROPE AU PIED DE LA MURAILLE DE CHINE

Le sérieux différend qui oppose depuis peu l’UE et la Chine sur fond de capteurs solaires a une valeur plus que symbolique. Il témoigne en effet d’erreurs commises sur le Vieux Continent en matière de compétitivité industrielle mais aussi de compétitivité environnementale.
Pourtant, nombre de pays européens espéraient bien faire des outils et technologies du développement durable de nouvelles armes destinées, d’une part à contribuer à une moindre dépendance des énergies fossiles à l’origine de pollutions, et d’autre part à assurer la montée en régime d’une économie verte considérée  comme un puissant moteur de recherches et d’activités elles-mêmes créatrices d’emplois. Lire la suite

DU LUXE ET DES ARMES

Faut-il parodier ce qu’ont dit, en leur temps, certains grands hommes pour faire un arrêt sur image qui donne une  vision correcte de la situation qui prévaut aujourd’hui ? Winston Churchill déclarait en effet  devant la Chambre des Communes, à la veille de  la seconde guerre mondiale :  » Je n’ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur ». Car la guerre économique mondiale qui fait rage depuis le réveil des peuples, place chaque pays  et ses ressortissants  devant un double défi : prospérer et gagner en infuence.  Pour ce faire, chaque nation a le choix des armes. Et si la dernière  étude de l’INSEE sur  le coût du travail dans l’industrie manufacturière et les services marchands au niveau européen, démontre que la France n’a finalement rien à envier aux autres, pas même à l’Allemagne, mieux vaut regarder de près ce qui reste porteur pour notre économie, et a valeur de vitrine de notre savoir-faire sur les cinq continents. Lire la suite