L’AWI-GLUCOWATCH PORTEE PAR L’E-SANTE


Annoncée la semaine dernière sous le titre :  » L’AVENIR DE SANTE SERA CONNECTE OU NE SERA PAS », la chronique qui vous est proposée aujourd’hui s’est enrichi d’un exemple parlant. Il est vrai que lorsque la webradio webv indépendante AWI met son nez dans le moteur d’une actualité hybride, il lui arrive souvent de se saisir dans le puit abyssal d’informations, passées plus ou moins inaperçues, de quoi nourrir une chronique audio particulièrement branchée santé.
D’autant que deux événements récents, de nature très différente, sont venus renforcer l’intérêt du sujet du jour.
Tout d’abord de la partie de jeu de Go qui met face à face l’intelligence artificielle et l’intelligence humaine. Sans pouvoir prédire qui de AlphaGo, l’ordinateur, ou de Monsieur Lee Sedol, le meilleur joueur au monde, l’emportera au final, force est de constater que le premier round a conduit le joueur coréen à abandonner après trois heures et demi de jeu.
Déjà, en 1997, la victoire aux échecs du programme Deep Blue d’IBM contre le champion Garry Kasparov avait marqué un tournant, l’un des meilleurs joueurs humains ayant pour la première fois été battu par un ordinateur.
Dans un tout autre ordre d’idée, le sondage Odoxa pour Orange et la Mutuelle nationale des hospitaliers (MNH), publié le 7 mars, illustre pour sa part l’inquiétude exprimée par 75% des Français face au silence des responsables politiques candidats à la prochaine élection présidentielle sur les questions de santé.
En cause, une absence de programme ou du moins un fâcheux oubli de programmation des questions soins et couverture santé dans les logiciels de campagne. Or les opinions émises par une large majorité de Français, montrent que ces derniers ont bien conscience qu’il s’agit en l’occurence d’une priorité qui arrive d’ailleurs juste derrière l’emploi et le pouvoir d’achat.
Ces deux informations permettent d’introduire le sujet de la chronique audio qui a trait aux nouvelles technologies de l’information en passe de révolutionner la médecine et la recherche pharmaceutique dans un très proche avenir. A la clé, un marché mondial estimé à 10.000 milliards de dollars.
Si les géants de l’informatique et d’Internet se lancent à la conquête du secteur de la santé qui offre des perspectives de croissance considérable, cette chronique permet entre autres de revenir sur le concept particulièrement novateur de l’AWI-Glucowatch – montre bracelet lecteur de glycémies – imaginé par un français, il y a maintenant plus de 10 ans. De quoi réveiller quelques start-ups désireuses de relever le défi e-santé et intéressées par l’amélioration des conditions de vie et de traitement des diabétiques de type 1 voire également de type 2.
Eric Joel Horvitz, informaticien américain chez Microsoft et directeur du Redmond laboratoire Horvitz de Microsoft Research, entre autres spécialiste de l’interaction homme-ordinateur, de la bio-informatique et du e-commerce, a sans aucun doute raison d’affirmer concernant l’intelligence artificielle appliquée au secteur santé: « Le plus grand danger, c’est de ne pas s’en servir »
Si vous ne buguez pas en cours de route, vous allez vite comprendre pourquoi. Lire la suite

APPEL AUX FEMMES ET HOMMES DE BONNE VOLONTE DANS LA RECHERCHE DIABETE

La Journée mondiale du diabète résonne comme un appel à la mobilisation face à une maladie qui touche aujourd’hui environ trois millions de personnes en France, dont 1 million de type 1, traités à l’insuline. L’événement fournit également l’occasion de parler innovation pour faire un constat accablant.
Imaginée dés 2006, alors que les montres connectées n’apparaissaient pas encore pouvoir devenir des produits très tendance, l’AWI-Glucowatch élaborée par l’actuel directeur de la rédaction de la webradio webtv AWI, avait tout pour plaire ! Le concept visait en effet à améliorer le traitement et les conditions de vie en garantissant une auto-surveillance, à tout moment, en toutes circonstances et en toute discrétion.
Présentée en 2013 au Concours mondial de l’innovation lancé à l’initiative du chef de l’Etat, ce projet particulièrement innovant ne devait toutefois pas être retenu par les membres du jury, ces derniers ayant estimé, selon nos informations, qu’une sarl de presse, n’avait rien à faire dans le secteur médical, qui plus est dans le secteur recherche. Or pour être recevable, tout projet présenté au Concours mondial de l’innovation, se devait être porté par une entreprise. Pourquoi pas une entreprise de presse déjà à l’origine d’une des premières webradios sur Internet ?
Conséquence, le porteur du projet reprit son dossier et son bâton de pèlerin, avant de se voir conseiller par un responsable de bpiFrance, partenaire financier du Concours mondial de l’innovation, de se rapprocher d’un pôle de compétitivité orienté santé, en l’occurrence « Eurasanté » basé à Loos, près de Lille, dans le nord de la France.
Le concept fût donc présenté en avril 2014 et sembla séduire le chargé de projets innovants qui demanda, à plusieurs reprises, de plus amples précisions concernant des aspects à la fois purement techniques mais aussi de marché, sans que rien ne bouge vraiment pendant 6 mois. Et l’apothéose survint lorsque ce chargé de projets au sein d’Eurasanté avoua finalement ne plus être en mesure de suivre ce projet et devoir déléguer la mission de suivi à un incubateur. De nouvelles dudit incubateur, jamais il n’y eu !
Nous avons donc estimé aujourd’hui particulièrement opportun de procéder à un rappel concernant ce projet de montre-bracelet lecteur de glycémies baptisé « AWI-Glucowatch » avant qu’il ne finisse dans des mains étrangères. Car en dépit de progrès sensibles accomplis ces dernières années par certains laboratoires connus, force est de constater que l’innovation en matière de diabète s’avère être plongée dans un inquiétant état comateux. D’où l’appel lancé par AWI aux femmes et hommes de bonne volonté spécialisés dans la recherche diabète. Lire la suite

RETINOPATHIE DIABETIQUE : UNE COMPLICATION QUI PEUT ETRE EVITEE

r

Lors d’une émission diffusée le 2 mai 2014, Laurence Bergier, directrice de la gestion du risque et de la lutte contre la fraude à la CPAM du Val-de-Marne, indiquait que le dépistage de la rétinopathie diabétique était inscrit cette année, à titre expérimental, à travers un dispositif innovant, parmi les priorités en termes de prévention santé.
Selon les études réalisées sur la rétinopathie non proliférante et proliférante, cette complication concerne les diabétiques insulino-traités de type 1 et dans une moindre mesure les diabétiques de type 2. Les formes proliférantes de RD pourraient toucher jusqu’à 50 % des patients atteints de diabète de type 1 et environ 10 % des patients atteints de diabète de type 2 évoluant depuis 15 ans. Les études précisent par ailleurs que 50 % des patients atteints de diabète de type 1 et 30 % de ceux présentant un diabète de type 2 devraient développer une rétinopathie mettant en jeu le pronostic visuel pendant leur vie et nécessiter une intervention pour réduire le risque de perte visuelle. Selon les estimations, la cécité légale serait 25 fois plus fréquente dans la population diabétique que dans la population non atteinte.
Cette complication met en évidence l’importance primordiale que revêt l’équilibre des diabétiques, plus particulièrement ceux traités par insuline. Or cet équilibre qui vise à réguler au mieux le taux de sucre dans le sang sous la barre de 1,50gr en évitant les hypoglycémies et hyperglycémies est comme nous le rappelions encore récemment la clé du traitement et des conditions de vie des patients. Pour aider les diabétiques à parvenir à un contrôle plus régulier et plus efficient, AWI travaille depuis quelques années sur un nouveau concept destiné à faciliter l’auto-surveillance de la glycémie qui pourrait voir le jour prochainement. La chronique audio fait le point sur la rétinopathie diabétique qui fait appel à des traitements spécifiques et demeure néanmoins une complication évitable. Lire la suite