L’AWI-GLUCOWATCH CONSERVE UNE LONGUEUR D’AVANCE SUR L’APPLE-WATCH

Lundi 9 mars 2015, à 18H, heure française, Il fallait être devant son ordi, sa tablette, son smartphone… pour suivre en direct la conférence de presse donnée depuis San Francisco par Tim Cook, PDG d’Apple.
Le côté fort sympathique et débonnaire du digne successeur de Steve Jobs allait en effet nous entraîner dans cet univers merveilleux qui mobilise les neurones de chercheurs et ingénieurs pour créer des équipements toujours plus performants en matière de communication et d’information. Après une rapide présentation du nouvel iPhone et nouveau mac, le clou de la keynote attendue avec impatience, allait nous permettre de découvrir enfin la fameuse montre connectée baptisée Apple watch. De nombreux sites avaient d’ailleurs choisi de relayer l’événement, tant ce nouveau produit était perçu comme annonciateur d’une véritable révolution technologique. Nous étions donc dans l’attente de l’exploit et du jamais vu !
A travers l’intervention de Tim Cook en personne, de spécialistes de la firme à la Pomme, d’une sportive plongée dans l’humanitaire sur le continent africain ayant testé le produit miracle, clips vidéos à la clé, la dernière innovation née Apple dont la commercialisation débutera en avril dans de nombreux pays dont la France, allait enfin nous être dévoilée. Attentifs à cette première présentation de l’Apple watch, nous étions à l’affût de fonctionnalités plus percutantes les unes que les autres. Mais en regardant ce show, nous avions en tête l’expérience des montres téléphones développées depuis déjà plusieurs années par des constructeurs chinois et coréens notamment. Et c’est là qu’il nous fallu nous rendre à l’évidence. Tout d’abord, en observant que la plupart des fonctionnalités décrites n’étaient en rien innovantes puisque déjà proposées sur des montres téléphones à 100- 150 euros. Mais surtout, en constatant avec surprise que cette montre connectée n’est en réalité utilisable qu’avec un iPhone. Car contrairement aux montres téléphones connectées déjà existantes, l’Apple watch ne permet pas l’insertion d’une carte SIM dans le boitier. Par ailleurs, le luxe de fonctionnalités offertes par cette extension au poignet d’un iPhone se contente, à quelques exceptions près, de reprendre celles déjà développés sur la plan santé s’agissant de la mesure du rythme cardiaque, de la consommation de calories selon l’effort physique etc. Mais rien de plus !
Dans le style Silicon Valley, la présentation de l’Apple watch dans une véritable salle de spectacle avec projection sur un écran de grande dimension avec des images de très haute qualité pouvait faire illusion sur le plan lisibilité et accessibilité de cette montre connectée.
Conclusion, l’Apple Watch n’est qu’une extension de l’iPhone. Toutefois, ce nouveau produit Apple séduisant à plus d’un titre, saura certainement retenir l’attention d’un large public, en dépit d’un prix non négligeable, selon la version choisie.
Mais nous nous attendions à mieux ! Car sur le plan santé, l’Apple Watch n’offre aucune des fonctionnalités décrites avec l’AWI Glucowatch qui s’adresse il est vrai à un public ciblé s’agissant de diabétiques de type 1 comme de type 2.
Voilà pourquoi nous avons estimé utile de reprendre l’une des chronique audio diffusée sur AWI qui présentait le concept de montre connectée appelé AWI-Glucowatch. Car bien que ce projet n’ait pas retenu l’attention du jury du concours mondial de l’innovation lancé en France, en 2013 par François Hollande, nous restons persuadés que nous disposions une solide avance. Une avance qui ne demanderait qu’à se confirmer en réunissant entre autres des spécialistes de la micro-informatique français. Si la mise au point du concept promis à un authentique succès vous tente, il vous suffit de nous contacter par mail. Réunir des compétences pour mettre au point le prototype : tel est le défi à relever ! Lire la suite