« RETENEZ VOTRE SOUFFLE, VOUS ÊTES POLLUES »

Cette formule pourrait s’écrire à l’encre de Chine dans le style « Souriez, vous êtes filmés » et servir de préambule à ce qui suit sous forme écrite et est développé dans la chronique audio.
Les informations communiquées récemment par l’Agence européenne de l’environnement (AEE) comme par l’Organisation mondiale de la santé (OMS ) montrent en effet que la pollution atmosphérique demeure à des niveaux jugés dangereux dans de nombreux pays de l’Union européenne. Et en dépit d’une nette diminution des rejets polluants atmosphérique enregistrée au cours de ces dernières décennies, les résultats restent insuffisants au regard des risques santé que ces derniers font peser sur la santé humaine,  mais aussi  l’écosystème et la biodiversité*.
Parmi les vingt deux pays de l’Union européenne, la France, l’Italie et la Pologne affichent des niveaux d’émission de particules fines, notamment en zones urbaines, supérieures au plafond prévu par l’UE, en 2011. De plus, malgré les progrès accomplis sur les nouveaux modèles de véhicules roulant au diesel, on constate une augmentation des émissions de dioxyde d’azote, un polluant à l’origine de la formation d’ozone. Bien entendu, on peut toujours se rassurer en observant que les émissions de microparticules et autres polluants atmosphériques sont bien supérieures dans les zones urbaines en Asie, au Proche-Orient ou en Afrique.
Mais lorsqu’on apprend cette semaine que Harbin, une importante agglomération de la province du Heilongjiang dans le nord est de la Chine qui compte 11 millions d’habitants a suspendu une grande partie de ses activités économiques, fermé les écoles et collèges, bloqué le trafic routier et aéroportuaire pour cause de pic de pollution dû à l’utilisation du chauffage domestique, on a envie de commander un grand bol d’air pur avant l’arrivée de l’hiver. Lire la suite