actualités intervews, reportages, chroniques, débats...

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – MOYEN-ÂGE ET NOUVEAU MONDE

En ce premier samedi de mars de l’an 2019, n’allez pas voir malice dans le choix de cette AWi-Mage de la semaine qui fait apparaître des gilets jaunes.

Pour avoir été un grand lecteur de Georges Duby, Professeur au Collège de France et membre de l’Académie française qui fut l’un des plus grands médiévistes français (1919-1996), l’évocation ces derniers temps du béhourd, un sport de combat impliquant l’utilisation d’armes et d’armures, permet de revenir sur cette fabuleuse longue période de l’histoire de l’Europe.

Divisé en trois grandes époques, le Moyen-Âge qui s’étend du Ve siècle au XVe siècle, a débuté avec le déclin de l’Empire romain d’Occident pour se terminer par la Renaissance et les Grandes découvertes.

Or en ce début de XXIe siècle, plusieurs évènements liés aux innovations technologiques, aux prémices de changements au sein de la société, notamment sur le plan économique, social et environnemental ne sont pas rapport, surtout à la veille des élections européennes.

L’occasion de revenir sur l’un de ses nombreux ouvrages intitulé « Art et société au Moyen Âge » dans lequel Georges Duby parcourt les dix siècles au cours desquels l’Europe a pris forme. Cette dernière s’est en effet fortifiée et enrichie, permettant l’épanouissement d’un art européen que des monuments, objets, et expressions artistiques nous donnent encore aujourd’hui la possibilité d’apprécier.

Au-dela de leurs trois fonctions principales : offrandes à Dieu, communication avec l’autre monde et affirmation de puissance, Georges Duby avait su mettre en parallèle l’évolution des formes artistiques et les structures matérielles et culturelles de la société.

S’intéresser aux révolutions qui, dans  différents domaines, ont marqué le Moyen-Âge, permet de mieux comprendre ce qu’on est en droit d’attendre du nouveau monde dont nous sommes les acteurs et semble devoir prendre forme. Lire la suite

TRUMP ET KIM DECUS MAIS PAS RESIGNES

La déception des deux hommes se lisait sur leurs visages lors de la courte conférence de presse donnée à l’issue du sommet de Hanoï.

Annoncée par le 45e président des Etats-Unis, avant son départ pour le Vietnam comme devant être « extraordinaire », la deuxième rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un n’a pas permis de parvenir à la signature d’un accord.

En dépit de la promesse faite par Kim Jong Un de ne plus tester d’armes nucléaires ou balistiques et de l’estime affichée par le président américain à l’égard du dirigeant nord-coréen et réciproquement, il n’a pas été possible de résoudre l’épineuse question de la dénucléarisation qui comme nous le précisions dans notre précédente chronique demeure trop imprécise voire nébuleuse.

Les deux hommes ont certes discuté du possible démantèlement du principal complexe de recherche scientifique nucléaire de Yongbyon, site du principal réacteur nucléaire de la Corée du Nord et sa seule source de plutonium pour la fabrication de bombes.
Mais Trump a déclaré que Kim n’avait pas proposé de fermer d’autres installations secrètes d’enrichissement d’uranium.
Or Pyongyang disposerait encore d’un vaste arsenal de missiles et d’ogives nucléaires.

De plus, si Kim se montre disposé à fermer ce site emblématique, il demande en contrepartie un allégement complet des sanctions économiques qui frappent la Corée du Nord, ce que Washington n’est  pas disposé à accorder pour le moment. Les discussions se sont d’ailleurs soudainement interrompues en raison d’un désaccord sur cette levée des sanctions.

Il n’y a donc pas eu comme prévu par la Maison blanche de “cérémonie conjointe de signature », à l’issue de ce sommet de Hanoï. Lire la suite

COREE DU NORD – ETATS-UNIS VERS « UN SOMMET EXTRAORDINAIRE »

C’est du moins ce qu’a déclaré avant son départ pour le Vietnam Donald Trump qui rencontrera mercredi et jeudi le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un à Hanoï.

Huit mois après leur sommet historique à Singapour, l’objectif consistera pour les deux hommes d’Etat à s’accorder sur la mise en œuvre de l’engagement nord-coréen d’abandonner ses armes nucléaires.

La Corée du Nord a effectué son dernier essai nucléaire en septembre 2017 et celui d’un missile balistique intercontinental en novembre 2017.

En contrepartie, Kim s’attendrait à des concessions importantes de la part des États-Unis, comme un allégement des sanctions économiques et une déclaration selon laquelle la guerre de Corée de 1950-1953 est enfin officiellement terminée.

Mais, car il y a toujours un mais, alors que les États-Unis exigent que la Corée du Nord renonce à tous ses programmes nucléaires et antimissiles, ce pays compte pour sa part sur la suppression du parapluie nucléaire américain en Corée du Sud.

Arrivé à Hanoi mardi, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a été le principal envoyé de Trump. Ce dernier n’a pas ménagé ses efforts pour améliorer les relations avec la Corée du Nord en effectuant plusieurs voyages à Pyongyang afin de négocier la fin de son programme nucléaire.

En marge de l’abandon total de l’armement nucléaire, la question relative au respect des droits de l’homme demeure épineuse, Amnesty International estimant que Trump avait ignoré les droits humains pour gagner les faveurs de Kim.

A Séoul des manifestants ont déchiré des photos de Kim et les ont jetées au sol pour souligner leur consternation devant le sombre bilan de la Corée du Nord en matière de droits de l’homme dans les discussions.

La paix et le développement économique en Corée du nord demeurent au cœur des préoccupations de Kim Jong Un. D’ailleurs dans un tweet Donald Trump a déclaré «Avec la dénucléarisation complète, la Corée du Nord deviendra rapidement une puissance économique. Le président Kim prendra une sage décision! »
Le tout étant de savoir ce que le mot « dénucléarisation » recouvre réellement.

Il est également prévu que Kim Jong Un et Donald Trump s’entretiennent séparément avec les dirigeants vietnamiens.

Quoi qu’il en soit ce sommet annoncé comme devant être extraordinaire constituera une excellente vitrine à l’échelle mondiale pour le Vietnam. L’occasion de revenir sur ce pays d’Asie du Sud-Est situé à l’est de la péninsule indochinoise d’une superficie de 330 967 km2 qui compte environ 93 millions d’habitants et mise sur le renforcement de son attractivité dans de nombreux domaines. Petite suite à découvrir en cliquant ici. En attendant d’en savoir plus

L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – BONNE PÊCHE

Pêche miraculeuse à Honfleur -Photo: PG/AWI


Alors que le chef de l’État a prononcé aujourd’hui, lors de l’inauguration du salon de l’agriculture à Paris, un discours au cours duquel il a notamment appelé à « réinventer » la politique agricole commune (PAC), AWI s’est tourné de bon matin vers les étals nos pêcheurs qui s’inquiètent légitimement de leur sort sur fond de politique commune de la pêche (PCP). Lire la suite

« LE HONFLEUR » NAVIRE NOUVELLE GENERATION DE LA BRITTANY FERRIES SE FAIT ATTENDRE

Surtout n’allez pas incriminer le « Brexit » : il n’y est pour rien !

Bien que le nom Brittany Ferries laisse planer un doute sur les origines de cette compagnie maritime, cette dernière fondée en 1972 à Roscoff par Alexis Gourvennec est bien française. Cocorico !

Spécialisée dans le transport de passagers et de véhicules entre la Bretagne, la Normandie, le sud de l’Angleterre, l’Irlande et l’Espagne, Brittany Ferries qui bénéficie d’une solide réputation, comptait bien surprendre dés cet été en assurant la liaison Caen-Ouistreham-Portsmouth, avec un nouveau géant des mers à la pointe de l’innovation baptisé « Le Honfleur ».

Fort d’un poids à vide de 10.000 tonnes, long de 187 mètres, ce premier navire de la Brittany Ferries propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL) représente une nouvelle génération de ferry amenée à traverser la Manche. Lire la suite

PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES : LA TURQUIE A ENCORE BEAUCOUP A FAIRE


Oui, cette image teintée « tourisme » est superbe. On se croirait au royaume des Mille et Une Nuits. Mais la réalité est tout autre !

Sans mesures concrètes pour améliorer l’efficacité énergétique et accroître l’utilisation des sources d’énergie renouvelables, la Turquie continuera d’augmenter ses émissions de gaz à effet de serre au cours des prochaines années. Telle est la conclusion que tirent les auteurs du dernier rapport publié par l’OCDE qui ne manquent pas de faire quelques recommandations pour remédier à la situation.

Les causes des mauvaises performances environnementales de ce pays de près de 80 millions d’ habitants auxquels s’ajoute 1,9 million de réfugiés syriens, et dont la population urbaine représente 75 %, s’expliquent pour plusieurs raisons.

Tout d’abord une forte dépendance au charbon, pétrole et gaz, les énergies fossiles représentant 88% du mix énergétique, mais aussi une demande énergétique en forte croissance.

Pourtant, en une décennie, des incitations à l’investissement ont permis de doubler l’utilisation d’énergies renouvelables qui atteignent désormais 12%. Tout reste donc à faire. Lire la suite

FEVRIER 2019 : PORTEUR DE BONNES NOUVELLES ET INITIATIVES

Des centaines de manifestants devant le ministère de l’Ecologie à Paris © AFP / Jacques Demarthon


Février 2019, serait-il le mois du grand réveil ?

En France notamment, un certain nombre de bonnes nouvelles et initiatives se sont posées dans le paysage tourmenté de l’actualité*.
On pourrait appeler cela un ressaisissement !

Que aqueo ?
Le marché de l’emploi affiche une reprise notable, le chômage de masse enregistre une sensible décrue, les créations d’entreprises vont bon train. Quant au CAC40, très sensible aux incertitudes de tous ordres, sa tendance nettement haussière qui fait écho à celle enregistrée sur les autres places financières, n’est pas faite pour déplaire, même s’il faut toujours se montrer prudent compte tenu du caractère imprévisible d’évènements susceptibles d’intervenir.

Il ne manquerait plus que la consommation des ménages reprenne de l’élan sur fond d’amélioration du pouvoir d’achat et que les samedis jaunes s’éclipsent pour qu’un optimisme raisonné et partagé vienne couronner le tout. Et surtout conduise les adultes à regarder en face des réalités écologiques qui inquiètent légitimement la jeunesse partout dans le monde.

Quoi qu’il en soit, le retournement de situation perceptible mérite d’être évoqué, tant nous semblions depuis trop longtemps partis sur une pente glissante et dangereuse sur le plan politique, économique, social et environnemental. Lire la suite

AWIK-END MUSIC WITH GREGORY PORTER


En attendant la sortie de son prochain album, Grégory Porter, chanteur contemporain de jazz doté d’une voix aux performances incroyables, méritait de figurer en point d’orgue de l’Awik-End Music. Extraite de l’album « Liquid Spirit » sorti en septembre 2013 pour la première fois enregistré sous le label de jazz historique Blue Note, sa sublime interprétation de « When Love Was King » épouse à merveille une semaine marquée par la Saint-Valentin.
Gregory Porter qui dispose de tous les atouts pour devenir une future légende du jazz à côté des Greats, sait entre autres faire vibrer les cordes sensibles en proie à des instants de mélancolie. Un peu de tendresse ne peut nuire. Cliquez ici pour entrer en musique dans un univers de charme

LA FRANCE EST-ELLE UN PARENT PAUVRE DE LA MEDECINE AU SEIN DE L’UE ?

Hôpital abandonné

Les statistiques 2017 de l’OCDE portant sur les profils de santé des pays de l’Union européenne (UE15) offrent une photographie fiable qui permet de mieux comprendre où se situe la France par rapport à ses voisins concernant plus particulièrement la démographie médicale.

Ces données mettent en évidence un certain nombre de points clés qui offrent la possibilité de se faire une idée précise de la situation, surtout au moment où les principaux axes de réformes du Plan santé 2022 sont dévoilés.

En France, la feuille de route santé fixée par le gouvernement qui aura vraisemblablement recours aux ordonnances pour s’assurer de sa bonne mise en oeuvre, s’appuie notamment sur deux mesures phares.

La première porte sur la suppression du « numerus clausus », mais aussi la révision du fameux concours de fin de première année, véritable épreuve éliminatoire pour de trop nombreux étudiants en médecine.
L’objectif consiste à augmenter d’environ 20% le nombre de médecins, sachant que les quotas fixés en 2018 étaient de l’ordre de 8 200 places.

La deuxième mesure d’importance concerne la carte hospitalière et plus précisément la création d’hôpitaux de proximité.
Il s’agit en l’occurrence de répondre à l’un des défis majeurs qui vise à parvenir à un égal accès aux soins pour tous partout en France selon les propres termes du Premier ministre, Edouard Philippe.

Une stratégie santé qui passera par le recentrage des missions de ces structures de soins sur la médecine générale, la gériatrie et la rééducation, sans oublier la radiologie et la biologie. En revanche, rien n’est à attendre côté chirurgie et maternité.

Toutefois, ces deux importantes premières mesures ne sauraient éclipser celles qui figurent également au programme. Lire la suite puis accéder au player pour écouter la chronique audio

« POUR UN EGAL ACCES AUX SOINS POUR TOUS PARTOUT EN FRANCE »

C’est dans ces termes que le Premier ministre Edouard Philippe a défini lundi lors d’un déplacement en Indre-et-Loire en présence d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le projet de loi actuellement débattu à l’Assemblée nationale qui arrivera au Parlement en mars, en vue d’une entrée en application dés l’été.

Bien que l’espérance de vie des Français ne cesse d’augmenter, les hommes bénéficiant d’un crédit de 85,3 ans et les femmes de 79,5 ans, la volonté de parvenir à un égal accès aux soins pour tous partout en France qui fait aujourd’hui défaut, dépend de nombreux et importants paramètres qui ne trouveront pas remèdes du jour au lendemain.

Tout repose en effet sur un système de santé d’une rare complexité dont le poids financier comme l’organisation proprement dite, s’avèrent particulièrement lourds et délicats à gérer.

Au delà des mesures annoncées dans le « Plan Santé 2022 » qui fourmille de louables intentions, et bien que sept personnes sur dix âgées de plus de 16 ans se disent en bonne voire très bonne santé, notre société se trouve notamment confrontée à quatre problèmes majeurs : le vieillissement de la population, l’augmentation des maladies chroniques, la désertification médicale et implicitement le déficit en structures de soins.

Autant de préoccupations que les immenses progrès médicaux et la télémédecine qui s’appuient sur le pilier de l’innovation, ne peuvent seuls s’engager à résoudre. Lire la suite