FRACTURE NUMERIQUE : DE MOINS EN MOINS DE BRAS CASSES

L’étude de l’INSEE réalisée par Vincent Gombault de la division « Conditions de vie des ménages » publiée aujourd’hui est assez réconfortante. Elle met en effet en lumière la formidable montée en puissance de l’utilisation d’Internet toutes générations et appartenances socioprofessionnelles confondues depuis 2007.
Démonstration est ainsi apportée que les NTIC ont su, en une poignée d’années, réduire la fracture numérique constatée en France au début du XXI e siècle en donnant à un grand nombre de personnes mais aussi aux entreprises de toutes tailles des possibilités d’échanges d’informations et de contacts infinis grâce à la spider web.
Au niveau européens, les Français se positionnent aujourd’hui au 8e rang des pays les plus branchés toile, soit 8 points au dessus de la moyenne européenne, les Suédois âgés de 16 à 74 ans étant 94% à utiliser Internet et les Roumains seulement 50%.
En 2012, en France métropolitaine , trois personnes sur quatre ont utilisé Internet au cours des trois derniers mois, contre seulement 56% en 2007.
Un joli résultat qui tend à démontrer que les qualités de ce médium sont largement reconnues même si certains, notamment parmi les plus de 75 ans restent encore marginalisés dans un processus de communication et d’information planétaire que plus rien se semble pouvoir arrêter.Le développement de l’ADSL haut débit pour les liaisons fixes, mais aussi celui de l’Internet mobile via ordinateur portable, téléphone portable, tablette et autres appareils de poche ont révolutionné l’univers les échanges qui soutiennent de multiples activités humaines et commerciales dans tous les domaines. Les hommes ont fini par comprendre que le réseau virtuel Internet était en mesure de donner une nouvelle dynamique à la relation humaine. La révolution numérique est donc bien derrière nous, même si un long chemin ponctué de nouvelles innovations conduira inévitablement a aller toujours plus loin, toujours plus vite tout en gagnant en qualité comme en sécurité. Sans parler de la miniaturisation qui fera disparaître les outils portables et ordi qui deviendront des greffes implantées dans nos tissus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *