LA POLITIQUE A LA RECHERCHE DE TALENTS ET D’ŒUVRES MARQUEURS DES TEMPS ACTUELS ET A VENIR

Cette fois, ça y est !  Les fêtes de fin d’année sont bel et bien terminées, la rentrée des classes marquant le retour des enfants gâtés. Après avoir présenté et reçu des vœux dans lesquels il est de coutume d’enfiler toujours les mêmes perles : santé, travail, projets, réussites…, il ne reste plus qu’à affronter les affres du climat. Pour ceux qui croient encore aux bonnes « actions », les corbeilles ont laissé tomber un message encourageant à l’issue de la première journée de cotation, les places financières mondiales ayant brillé de mille feux à la suite de l’accord budgétaire trouvé, in extremis mardi soir, aux Etats-Unis. Du coup, le CAC 40 a formé des vœux sonnants et trébuchants : « + 2,55% c’est l’Amérique ! » Mais c’était sans compter sur les effets d’annonce et leur caractère somme toute éphémère.

Il est vrai que la séance de « vœux désargentés » présentés par François Hollande, le 31 décembre, aux Français, n’était pas faite pour regonfler le moral des troupes. Surtout lorsque le chef de l’Etat dût admettre un certain nombre d’incohérences et d’erreurs de communication au cours des sept premiers mois de mandat et en remettre une couche en déclarant : « « Je n’ignore rien de vos inquiétudes. Elles sont légitimes. Et je n’entends pas vous dissimuler les difficultés qui nous attendent. »Quant au premier Conseil des ministres de l’année, il a permis à Jean-Marc Ayrault de présenter son concept de « nouveau modèle français » qui consiste selon lui : « A trouver de nouveaux équilibres, à ‘inventer de nouvelles modalités d’action pour rester fidèle à la promesse républicaine afin de promouvoir un développement solidaire et durable, dans un monde qui change rapidement ».

Les dossiers chauds auxquels doit s’atteler le gouvernement ne sont pas faits pour surprendre qu’il s’agisse de l’emploi, du pacte de stabilité, de la réforme des politiques publiques, du système de retraite ou encore d’une loi sur la santé publique.
Mais ce qui chagrine lorsqu’on y regarde de près, c’est le caractère peu enthousiasmant des louables intentions de ceux qui sont pour ainsi dire nos mentors politiques  .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *