RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE : LA JEUNESSE INFLIGE UN BLÂME AUX ETATS ET GOUVERNEMENTS QUI TARDENT A REMPLIR LEUR DEVOIR

La chronique audio consultable sur la webradio AWI qui en dit plus, se doit de faire l’objet d’une courte présentation.

Les manifestations organisées vendredi en France comme dans une quarantaine de pays par la jeune génération, mais aussi par de nombreuses associations et ONG, visent à dénoncer la responsabilité des Etats et gouvernements concernant la lutte contre le réchauffement climatique aux conséquences délétères.

En France, la transition écologique est d’ailleurs  inscrite en bonne place dans le grand débat national.

Que des collégiens, lycéens et étudiants choisissent de sécher les cours pour manifester leurs inquiétudes et exprimer leurs revendications sur ce thème ne peut pas véritablement surprendre. C’est bien leur avenir et celui des générations qui suivront qui est en jeu.

Face aux défis à relever individuellement comme collectivement pour limiter voire éviter les multiples risques que ferait peser tout refus ou retard de décision d’agir concrètement, passer la légitime aspiration de la jeunesse à la trappe constituerait sans nul doute l’une des erreurs majeures de ce début de XXIe siècle.

D’autant que les réalités sautent aux yeux et les travaux des experts du climat confirment l’état d’urgence.

En s’emparant de ce sujet brûlant, la jeune génération adresse aux adultes et responsables au plus haut niveau des Etats et gouvernements un message que ces derniers se doivent d’entendre.

Le problème touche en effet  l’état de santé de la planète et par voie de conséquence celui de l’humanité.
Il révèle l’impérieuse nécessité de concevoir dés à présent un nouveau modèle de développement et mode de fonctionnement de la société en se basant sur la recherche, l’innovation et un progrès partagé.

Pour aussi ambitieux qu’il paraisse, le dessein de la jeune génération en quête de perspectives d’avenir est encourageant. Il se doit d’être intégré dans le logiciel de réflexion et d’action des hommes politiques de tous bords mais aussi de l’ensemble des acteurs de l’économie sur les cinq Continents. La lutte contre le réchauffement climatique doit se solder par une victoire mondiale d’hommes et femmes désireux de rétablir  l’équilibre indispensable à la vie sur Terre, sans  tourner le dos au progrès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.