TRUMP ET KIM DECUS MAIS PAS RESIGNES

La déception des deux hommes se lisait sur leurs visages lors de la courte conférence de presse donnée à l’issue du sommet de Hanoï.

Annoncée par le 45e président des Etats-Unis, avant son départ pour le Vietnam comme devant être « extraordinaire », la deuxième rencontre entre Donald Trump et Kim Jong Un n’a pas permis de parvenir à la signature d’un accord.

En dépit de la promesse faite par Kim Jong Un de ne plus tester d’armes nucléaires ou balistiques et de l’estime affichée par le président américain à l’égard du dirigeant nord-coréen et réciproquement, il n’a pas été possible de résoudre l’épineuse question de la dénucléarisation qui comme nous le précisions dans notre précédente chronique demeure trop imprécise voire nébuleuse.

Les deux hommes ont certes discuté du possible démantèlement du principal complexe de recherche scientifique nucléaire de Yongbyon, site du principal réacteur nucléaire de la Corée du Nord et sa seule source de plutonium pour la fabrication de bombes.
Mais Trump a déclaré que Kim n’avait pas proposé de fermer d’autres installations secrètes d’enrichissement d’uranium.
Or Pyongyang disposerait encore d’un vaste arsenal de missiles et d’ogives nucléaires.

De plus, si Kim se montre disposé à fermer ce site emblématique, il demande en contrepartie un allégement complet des sanctions économiques qui frappent la Corée du Nord, ce que Washington n’est  pas disposé à accorder pour le moment. Les discussions se sont d’ailleurs soudainement interrompues en raison d’un désaccord sur cette levée des sanctions.

Il n’y a donc pas eu comme prévu par la Maison blanche de “cérémonie conjointe de signature », à l’issue de ce sommet de Hanoï.
La déception a également touché les marchés financiers, l’indice de la Bourse de Séoul ayant clôturé sur un repli de 1,7%. Le won, la devise sud-coréenne, a pour sa part reculé face au dollar, et l’action Hyundai Elevator, société très impliquée dans les projets intercoréens, a chuté de 15,9%.

Néanmoins, rien n’est définitivement perdu.

Trump a souligné qu’il n’était “pas pressé” de conclure un accord avec Pyongyang, seul un bon accord pouvant être signé.

A Séoul, la Maison bleue (présidence sud-coréenne) a dit regretter qu’aucun accord n’ait été annoncé à Hanoï mais a estimé que Trump et Kim avaient fait “plus de progrès importants que jamais” et dit aussi que la volonté du président américain de poursuivre le dialogue allait renforcer la perspective d’un autre sommet.

La Chine, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, a exprimé le souhait que la dialogue se poursuive entre Washington et Pyongyang.

Toutefois, force est de constater que les attentes pressantes respectives sont difficiles à satisfaire.
En l’état, ni Trump ni Kim ne se sont avancés quant à l’hypothétique organisation d’un prochain sommet.

En l’absence d’accord Donald Trump est donc rentré aux Etats-Unis bredouille.
Quant à Kim Jong Un il mettra à profit sa présence au Vietnam pour effectuer une visite officielle dans ce pays vendredi et samedi, a annoncé le ministère vietnamien des Affaires étrangères.

Concernant la dénucléarisation en Corée du Nord comme la levée des sanctions imposées à ce pays par les Etats-Unis, le  » Wait and see » est plus que jamais l’expression idoine.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo qui n’a pas ménagé ses efforts pour améliorer les relations avec la Corée du Nord en effectuant plusieurs voyages à Pyongyang afin de négocier la fin du programme nucléaire devra remettre à nouveau un certain nombre de fois l’ouvrage sur le métier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.