FEVRIER 2019 : PORTEUR DE BONNES NOUVELLES ET INITIATIVES

Des centaines de manifestants devant le ministère de l’Ecologie à Paris © AFP / Jacques Demarthon


Février 2019, serait-il le mois du grand réveil ?

En France notamment, un certain nombre de bonnes nouvelles et initiatives se sont posées dans le paysage tourmenté de l’actualité*.
On pourrait appeler cela un ressaisissement !

Que aqueo ?
Le marché de l’emploi affiche une reprise notable, le chômage de masse enregistre une sensible décrue, les créations d’entreprises vont bon train. Quant au CAC40, très sensible aux incertitudes de tous ordres, sa tendance nettement haussière qui fait écho à celle enregistrée sur les autres places financières, n’est pas faite pour déplaire, même s’il faut toujours se montrer prudent compte tenu du caractère imprévisible d’évènements susceptibles d’intervenir.

Il ne manquerait plus que la consommation des ménages reprenne de l’élan sur fond d’amélioration du pouvoir d’achat et que les samedis jaunes s’éclipsent pour qu’un optimisme raisonné et partagé vienne couronner le tout. Et surtout conduise les adultes à regarder en face des réalités écologiques qui inquiètent légitimement la jeunesse partout dans le monde.

Quoi qu’il en soit, le retournement de situation perceptible mérite d’être évoqué, tant nous semblions depuis trop longtemps partis sur une pente glissante et dangereuse sur le plan politique, économique, social et environnemental.

Bien entendu, nous ne sommes pas au bout de nos peines. Mieux vaut donc savoir apprécier cette éclaircie en espérant que les effets bénéfiques perdurent voire grandissent au cours des mois à venir. Et surtout qu’ils permettent aux Français les plus désabusés voire en colère de reprendre confiance individuellement et collectivement.
D’autant qu’un autre sujet dans l’air du temps préoccupe les peuples.

Et c’est là qu’il nous faut revenir sur la fameuse taxe carbone majoritairement rejetée qui a largement contribué à mettre le feu au climat social en novembre 2018, certains politiques s’étant dernièrement déclarés prêts à la faire renaître de ses cendres.

Toutefois, Emmanuel Macron, président de la République, apparaît fort heureusement bien conscient que remettre cette taxe sur le tapis en plein grand débat national serait déplacé, en dépit de la volonté affirmée de lutter contre le réchauffement climatique.

Force est en effet de constater que la transition écologique et solidaire préoccupe en France mais aussi bien au-delà de l’Hexagone.

Les manifestations pacifiques organisées par la jeune génération chez nous comme dans différentes villes à l’étranger pour demander aux Etats de faire plus et mieux en matière de lutte contre le réchauffement climatique, témoignent bel et bien d’une prise de conscience d’un des défis majeurs à relever.

Cette génération qui sait disposer d’une espérance de vie à un horizon plus lointain que les aînés a raison d’engager un mouvement de résistance pour faire valoir ses légitimes requêtes et ambitions dans ce domaine.

On ne peut que se réjouir de constater que la jeunesse n’est pas dupe des erreurs du passé qu’on a encore bien du mal à corriger aujourd’hui pour de multiples raisons.

Or tout doit être fait pour changer de cap en termes de recours aux énergies fossiles, qu’il s’agisse de transports individuels comme collectifs, de logements, mais également de pollutions en tous genres qui étouffent océans, biosphère, sans parler de l’air, des sols.

Personne ne peut nier que les travaux de recherche et les progrès accomplis pour mettre en place des solutions alternatives existent et ne demandent en réalité qu’à se développer, sous réserve qu’une volonté politique s’affirme en soutien inconditionnel.

En s’emparant de ce sujet qui ne connaît pas de frontières, la jeunesse souhaite démontrer son engagement pour que çà change vraiment.
Elle se montre prête à défendre un idéal qui n’a rien d’utopique. Il s’agit ni plus ni moins de promouvoir une société capable de tirer simultanément bénéfice des progrès technologiques patents dans de nombreux domaines et de mobiliser des moyens pour améliorer les conditions de vie et de travail sur Terre.

Ce mouvement va dans le bon sens !

Il doit donc être relayé, mais aussi et surtout entendu par les politiques de tous bords qui ont vocation à devenir les grands architectes et bâtisseurs d’un nouveau monde.

Ceux qui sauront s’investir dans cette voie d’avenir en se montrant à la hauteur d’enjeux vitaux laisseront une trace indélébile dans la grande Histoire de l’humanité de ce XXIe siècle qui a aujourd’hui 19 ans: un âge de début de parcours qui autorise à miser sur l’audace, l’action et l’innovation.

Que la jeunesse veuille préserver le fragile équilibre de la planète en s’attachant à promouvoir les différentes solutions en mesure d’améliorer notablement les conditions de vie sur Terre est sans aucun doute le plus beau combat qu’il soit donné de voir aujourd’hui.

Puisse la jeune génération être entendue et son louable dessein respecté. C’est bien de vie et d’avenir dont il est question !

* DERNIERE MINUTE – Une étude de l’association pour l’emploi des cadres (Apec) parue mercredi 20 février est venue apporter un bonus supplémentaire sur le front de l’emploi. En 2018, les entreprises françaises ont procédé à 266.400 recrutements de cadres, soit 11% de plus qu’en 2017. Et 2019, devrait enregistrer une hausse de 2% à 10%. Une tendance qui pourrait se poursuivre d’ici 2021 et présente jusqu’ici entre autres pour intérêt de concerner quasiment toutes les régions et secteurs d’activité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.