« LE HONFLEUR » NAVIRE NOUVELLE GENERATION DE LA BRITTANY FERRIES SE FAIT ATTENDRE

Surtout n’allez pas incriminer le « Brexit » : il n’y est pour rien !

Bien que le nom Brittany Ferries laisse planer un doute sur les origines de cette compagnie maritime, cette dernière fondée en 1972 à Roscoff par Alexis Gourvennec est bien française. Cocorico !

Spécialisée dans le transport de passagers et de véhicules entre la Bretagne, la Normandie, le sud de l’Angleterre, l’Irlande et l’Espagne, Brittany Ferries qui bénéficie d’une solide réputation, comptait bien surprendre dés cet été en assurant la liaison Caen-Ouistreham-Portsmouth, avec un nouveau géant des mers à la pointe de l’innovation baptisé « Le Honfleur ».

Fort d’un poids à vide de 10.000 tonnes, long de 187 mètres, ce premier navire de la Brittany Ferries propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL) représente une nouvelle génération de ferry amenée à traverser la Manche.

Mis à l’eau à Flesnburg, en Allemagne. en décembre dernier, les premiers essais en mer devaient avoir lieu au printemps.

Toutefois, en raison de perturbations dues au retard pris dans la livraison d’un nouveau navire d’Irish Ferries et des caprices financiers venus s’échouer sur le chantier naval allemand de Flensburger Schiffbau-Gesellschaft à Flensbourg (FSG), il faudra finalement attendre fin 2019 début 2020 pour voyager écologique à bord du « Honfleur ».

En investissant 200 millions d’euros pour concevoir et faire construire ce superbe navire respectueux de l’environnement, dont les formes extérieures et l’aménagement intérieur ont été étudiés avec le plus grand soin, la liaison Caen-Ouistreham-Portsmouth s’annonce confortable à souhait.

Cette figure de proue d’une nouvelle vague de navires de croisière qui se jette à l’eau, devrait garantir un authentique plaisir de traversée aux passagers comme aux membres de l’équipage. Mais aussi envoyer un signal clair et limpide à l’heure où les transports maritimes comme aériens sont appelés à contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Dés que nous l’apercevrons à l’horizon, nous ne manquerons pas de vous tenir informés. Photo PG/AWI

De quoi pardonner le retard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.