DECLARATION A L’EMPORTE-PIECE

A la veille d’une nouvelle journée de manifestations « Gilets jaunes acte IX », le chef de l’Etat a fait l’éloge du travail en recevant des boulangers à l’Elysée, ce qui lui a permis de faire un four qui le dessert.

Déplorer que trop de Français n’ont pas le sens de l’effort, en ajoutant que c’est ce qui explique en partie les “troubles” que connaît le pays, est aller un peu vite en besogne, mais aussi mettre tout le monde dans le même sac.
Surtout dans un pays où le taux de chômage demeure aussi élevé que préoccupant et les pistes de développement économique favorables à un véritable boom des activités et de l’emploi  demeurent relativement limitées.

Comment un chef de l’Etat peut-il déclarer “Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois dus, liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut obtenir sans que cet effort soit apporté, que parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République (…) il y a des devoirs.”

Et comme si ces propos ne suffisaient pas, il a trouvé bon d’ajouter : « S’il n’y a pas ce sens de l’effort, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion.”

Lorsqu’on entend de telles déclarations de deux choses l’une : soit celui s’exprime est sur un nuage, soit il cherche à mettre de l’huile sur le feu.

Personne ne refuse de travailler et de prospérer, à une deux exceptions près !

Sans chercher à remettre en question la réalité qui veut que certains réussissent mieux que d’autres et disposent pour de multiples raisons de davantage de moyens, chacun a bien conscience de l’impérieuse nécessité de s’investir pleinement sur le plan personnel et professionnel, face à une société qui ne fait pas de cadeaux.

Car des hommes et des femmes qui se donnent un mal de chien pour se former, obtenir un travail voire conserver leur emploi, sont beaucoup plus nombreux qu’il n’y paraît.
Sans parler de celles et ceux qui au vu de leurs diplômes décrochés à l’issue d’études supérieures et autres qualifications professionnelles, s’aperçoivent au bout du compte des difficultés rencontrées malgré tout pour parvenir à véritablement faire son trou, s’en sortir.

Au regard des réalités économiques et sociales que connaît la France, cette nouvelle maladresse témoigne d’une distance incommensurable entre le premier de cordée et celles et ceux qui s’accrochent certes loin derrière, sans prétendre atteindre des sommets.

Ce n’est quoi qu’il en soit pas avec des déclarations de cette nature que la crédibilité peut se trouver renforcée et la confiance accordée.

C’est tout simplement une erreur ! Surtout lorsque ces déclarations ont lieu dans le cadre de la traditionnelle dégustation de la galette des rois à l’Élysée, vendredi après-midi.
Il apparaît urgent de remettre les pieds sur Terre !
Personne n’aspire à rester sur le bord de la route ou planté à un carrefour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.