APRES UN GROS COUP DE FROID LES MARCHES FINANCIERS RETROUVENT DES SOURCES DE CHALEUR

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Parfois c’est fâcheux, parfois c’est salutaire.
Au vu de résultats et autres annonces qui avaient perturbé  les tous premiers jours de l’année 2019, provoquant la chute des marchés d’actions au niveau mondial, on pouvait légitimement  craindre un mini-krach. Mais finalement les espoirs sont revenus vendredi sur toutes les places financières.

Reflet du caractère particulièrement instable du climat qui prévaut au niveau mondial sur le plan géopolitique, économique et social notamment, les marchés financiers se sont en effet brusquement  ressaisis.
Alors que Wall Street a enregistré un net rebond, le DowJones gagnant 2,50% et le Nasdaq 3 ,54%, le CAC 40 s’est offert une belle séance qui a permis d’afficher un score de +2,72 % en clôture.

Ce redressement qui succède à trois séances de baisses notables aux premiers jours de cotation de l’année, s’explique en réalité pour plusieurs raisons.

Tout d’abord l’annonce de la reprise des discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, ensuite le net rebond des valeurs pétrolières et parapétrolières dopées par la progression de 2,5% du baril de Brent de la mer du Nord.
Il ne manquait plus que les statistiques concernant les créations d’emplois aux Etats-Unis montrent que l’économie américaine a créé 312.000 emplois dans le secteur non-agricole en décembre, du jamais vu depuis février 2018, suite à deux mois précédents révisés en hausse de 58.000, pour que les actifs à risque retrouvent leur intérêt et que la confiance soit de retour.

Autant de facteurs qui ne sauraient pour autant éclipser entre autres les prévisions de ralentissement de l’économie mondiale, le Shutdown aux Etats-Unis, le Brexit à l’issue particulièrement incertaine.

Quoi qu’il en soit, après le gros coup de froid des premiers jours de cotation de l’année, la semaine se termine bien, un vent chaud étant venu rassurer les investisseurs dont le moral était tombé bien bas.

Il faudra maintenant attendre de voir quelle sera la tendance dans les semaines et mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.