L’ART DU PILOTAGE DE TOUTE POLITIQUE ECONOMIQUE SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE

Le pilotage de la politique économique, sociale et environnementale française fait appel en France, comme partout dans le monde, à des compétences qui ne sont pas sans rappeler celles requises entre autres dans l’aviation. Il impose au chef de l’Etat, commandant de bord, mais aussi au Premier ministre, copilote, épaulé par des membres d’équipage soudés et avertis, de mener dans les meilleures conditions l’ensemble des passagers à bon port, l’objectif consistant à atteindre, dans un espace mondialisé, une destination en s’assurant du confort et de la sécurité de tous.
Autrement dit, au vu des responsabilités qui leur incombent, ces derniers doivent avoir les yeux ouverts sur l’avionique qui réunit l’ensemble des équipements électroniques, électriques et informatiques d’une rare complexité, amenés à fournir de multiples informations relatives au bon fonctionnement de l’appareil et aux conditions de vol qui peuvent parfois se trouver perturbées par des évènements aussi importants que brutaux. La formation de celles et ceux auxquels revient la mission de transporter la société, vise d’ailleurs à répondre à toutes les situations d’urgence aussi bien matérielles, qu’humaines et météorologiques.
Ce qui s’applique pour la compagnie France, concerne également toutes celles qui sous d’autres pavillons, naviguent dans le gigantesque espace des échanges mondialisés.
A ce titre, la réaction du président américain, qui a choisi de conduire son pays sur la voie de l’América First doit à l’instar du président français avoir les yeux rivés sur les écrans et indicateurs.
Aussi, multiplie t’il ces derniers mois les critiques à l’encontre de la politique suivie par la Fed, estimant que la hausse des taux de la banque centrale serait préjudiciable à l’économie américaine qui affiche jusqu’ici de belles performances.

Concernant la compagnie France, les fortes turbulences générées par les vents violents baptisés « gilets jaunes », ont nécessité un brusque réexamen en profondeur du plan de vol.

Bien qu’un changement de cap ne soit pas à l’ordre du jour, ces perturbations mettent à rude épreuve. Car le plan de vol défini aurait dû permettre de constater : une nette baisse du taux de chômage, une forte relance de la consommation, un net redressement de l’économie globale, une parfaite maîtrise du déficit à moins de 3%, sans oublier une orientation basse consommation sur le plan énergétique, témoignage d’une efficace contribution à la lutte contre le réchauffement climatique.

Or, les dernières informations qui s’affichent sur le tableau de bord, laissent percevoir, un manque de créations d’emplois, un pouvoir d’achat en berne, la nécessité d’un ravitaillement en vol sur fond de dépenses imprévues, un risque d’abaissement du rythme de croissance, sans qu’on sache s’il ne sera pas nécessaire de faire escale à plusieurs reprises.

Voilà pourquoi une chronique volante sur l’art du pilotage politique, économique, social et environnemental méritait de se poser sur le tarmac d’AWI.

Bienvenue à bord. Nous vous remercions d’attacher vos ceintures avant le décollage qui vous donnera durant notre vol l’occasion d’écouter paisiblement la chronique aérienne consultable en cliquant sur ce lien.

2 réflexions au sujet de « L’ART DU PILOTAGE DE TOUTE POLITIQUE ECONOMIQUE SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.