PRIERE DE RESPIRER PLEINS POUMONS AVANT DE VOUS RENDRE A LA COP 24 EN POLOGNE


Qui a eu cette idée folle… de choisir ce pays d’Europe de l’Est pour accueillir la 24e étape de la COP ?
On pouvait difficilement imaginer pire pour promouvoir la transition écologique et solidaire !
Confier l‘organisation de la COP24 à un pays européen de 38 442 346 habitants, membre de l’Union européenne depuis le 1er mai 2004, qui figure parmi les bonnets d’ânes en termes de lutte contre la réchauffement climatique et la pollution tous azimuts est une véritable gageure.
La Pologne est en effet l’un des rares pays européens qui black carbonise l’atmosphère sans compter. Un pays où s’arrachent les diesels vieille génération dont cherchent à se débarasser les habitants de pays voisins à l’instar de l’Allemagne.
Une opportunité pour ceux qui cherchent à trouver preneurs de leur automobile polluante émettant particules fines et autre CO2 propres à asphyxier l’humanité et pour ceux qui considèrent qu’après nous le déluge.
Les deux tiers des villes les plus polluées de l’Union européenne se trouvent en Pologne.
Alors que le fossé entre les objectifs fixés par l’accord climat de Paris en 2015 et les réalités du moment dernièrement dénoncées par l’ONU, ne cesse de se creuser, on pouvait difficilement faire plus mauvis choix pour inciter à une prise de conscience des enjeux climatiques et encourager l’adoption de mesures visant à endiguer une catastrophe qui ne connaît pas de frontières.

Dirigé depuis 2015 par Andrzej Duda, président de la République, la Pologne compte les deux tiers des villes les plus polluées de l’Union européenne. 

Le pays a d’ailleurs déjà été condamné par la Cour de justice européenne en raison de la mauvaise qualité de l’air. Selon l’Agence européenne de l’environnement, près de 50 000 Polonais meurent chaque année en raison de la pollution de l’air. 

Le problème de pollution de l’air s’aggrave lorsque vient la saison hivernale, de nombreuses centrales électriques fonctionnant grâce à ce combustible et une part importante du parc immobilier étant chauffé au charbon.

Force est de constater la difficile association entre écologie et économie.
En dépit du lancement par le gouverment polonais du programme « Air pur », ce dernier se heurte aux réalités économiques et sociales. Les mines polonaises emploient en effet  près de 100 000 personnes.

De plus, 90 % de l’électricité produite dans ce pays fait appel au charbon.
Une tendance que rien ne semble pouvoir inverser, l’État ayant soutenu la construction d’une nouvelle centrale au charbon au nord de Varsovie.

Autrement  dit, il ne  serait guère surprenant que les participants à la COP 24 qui aura lieu à Katowice, du 3 au 14 décembre 2018,  ne doivent se masquer le visage dés leur arrivée sur le sol polonais.
Histoire d’être en mesure de faire valoir de solides arguments visant à mettre fin à l’exploitation d’énergies fossiles et à encourager le développement des énergies renouvelables.

Vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *