LA VICTOIRE EUROPEENNE EN GOLF PEUT-ELLE RENFORCER L’ENVIE D’EUROPE ?


Deux évènements de nature très différente, l’un sportif et l’autre politique, permettront-ils aux Européens et donc notamment aux Français de se placer sur le fairway avec détermination et confiance ?
Les Français ont beau ne pas classer le golf au tout premier rang de leurs sports favoris, ce dernier n’arrivant en 7e position, la victoire remportée dimanche à l’issue de la troisième journée de la 42e édition de la Ryder Cup qui opposait pour la première fois en France, les meilleurs golfeurs européens et américains du moment, dépasse le seul exploit sportif. Force est de constater que le point décisif a été acquis par l’un des tout meilleurs joueurs européens, l’italien Francesco Molinari, opposé à l’américain Phil Mickelson, Tiger Woods s’étant montré en petite forme. Cet évènement met en évidence l’existence de talents européens qui en tapant des balles sur un parcours difficile, ont su valoriser une discipline victime, du moins en France, d’une image de sport de nantis.
D’autant que ce résultat relativement inattendu pourrait avoir un green effet rebond sur les élections européennes qui auront lieu dans les 27 États membres de l’Union européenne (UE) entre le 23 et le 26 mai 2019, les Français étant appelés à voter le dimanche 26 mai.
Chez nous, le scrutin permettra d’élire les soixante-dix-neuf députés européens représentant la France au Parlement européen.
A l’instar de ce qu’ont su faire les joueurs de golf sur un parcours aux fairways étroits, aux roughs épais et aux obstacles d’eau spectaculaires, nos candidats aux élections européennes devront témoigner de leur envie d’une Europe victorieuse et convaincre de l’intérêt de poursuivre dans cette voie. Emmanuel Macron entend d’ailleurs s’engager dans la campagne pour les élections européennes l’an prochain sans modifier son rythme de réformes puisqu’il affirme:
“Je m’impliquerai car je crois à une campagne pour une Europe de l’ambition et de l’avenir, des démocrates et des progressistes. C’est un combat de civilisation, un combat historique, et je ne céderai rien aux extrêmes”.
C’est bien le fair-play, conduite honnête dans un sport comme en toute circonstance, qui devra être privilégié sur le parcours des élections européennes, les candidats ayant ainsi l’occasion de faire valoir de solides arguments pour que l’Europe swingue sur le terrain de la mondialisation et marque des points.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *