TOI TOI MON TOIT

Jardins en toiture à Londres – copie d’écran –

Sans chercher à s’envoyer des fleurs, AWI se devait de fignoler le jardinage d’une semaine marquée notamment par une actualité hexagonale où plan santé, recherche d’emploi et écologie appliquée, ont composé un bouquet représentatif des préoccupations majeures des Français.
Et comme vous allez le constater, la reprise du titre du tube d’Elli Medeiros  » Toi, toi mon toit  » qui date de 1986, ne doit rien au hasard.
Tout d’abord parce que le court échange entre un jeune diplômé en horticulture à la recherche d’un emploi avec le président de la République, lors des Journées européennes du patrimoine, a créé le buzz mais aussi permis simultanément de promouvoir un secteur d’activité particulièrement vert et silencieux.
D’horticulture, on avait jamais autant entendu parler !

Quant au plan santé présenté mardi par Emmanuel Macron, il n’a fait que précéder l’alerte lancée par l’association Solidarités nouvelles qui démontre que les conséquences du chômage sur la santé sont sous estimées : pathologies cardiovasculaires, addictions, aggravation de maladies chroniques étant davantage constatées chez les personnes privées d’activité et cherchant à travailler.
Aussi, faut-il se réjouir que tout retour à l’emploi se concrétise, quel que soit le profil du demandeur, sa formation et qualification professionnelle.

Au vu de ce qui précède, la série de reportages intitulée : « Sur le toit des villes » diffusée cette semaine sur Arte, fait figure de lien entre santé, emploi, horticulture, écologie*. Cette dernière a en effet permis de découvrir de nombreux aménagements d’espaces verts sur les toits plats d’immeubles dans de grandes villes comme Londres, Berlin, Bangkok, Rome, Los Angeles …

Une tendance dans l’air du temps appelée se développer. Ces initiatives remportent visiblement un vif succès, tout en contribuant à valoriser des espaces publics comme privés sur les sommets d’immeubles jusqu’ici sans vie. De quoi offrir une nouvelle respiration et un véritable agrément aux habitants des milieux urbains.

La végétalisation des toits et façades de constructions, parfois de grande hauteur, donnerait ainsi aux entreprises spécialisées l’occasion de booster leurs interventions et donc de créer des emplois. De plus, démonstration serait ainsi apportée des bénéfices de savoir-faire en mesure de lutter harmonieusement et efficacement contre la pollution, le réchauffement climatique, l’équilibre écologique de grande hauteur contribuant au bien être des citadins.

*Le ministère de la Transition écologique a annoncé vendredi une augmentation de son budget de 3,1% en 2019 par rapport à 2018, ce qui représente une enveloppe supplémentaire d’environ un milliard d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *