« El GALEON ANDALUCIA » BIENVENUE A BORD MILLE SABORDS !

Mis à l´eau le 30 novembre 2010, l’impressionnant galion baptisé « El Galeón Andalucia », s’est amarré jeudi dans le port de Honfleur où il fera escale  jusqu’au 22 juillet et pourra ainsi être visité par le public.
Lancé à l’initiative de la Fondation Nao Victoria, le projet de construction de cette fidèle réplique des galions espagnols des XVIe et XVIIe siècles a tout d’abord demandé plusieurs années d’études  afin de retrouver des sources historiques, mais aussi de  précieuses informations portant sur les caractéristiques structurelles, l´équipement, les dimensions principales, les formes, les mesures, les procédés constructifs, les matériaux, les mâts, les voiles, etc.
Ces  études  ont été dirigées par Guadalupe Fernández Morente avec le  concours de Ignacio Fernández Vial, historienne et ingénieure naval.
Ensuite, la construction de ce galion réalisée dans les ateliers de Punta Umbría (Huelva) a duré quelque 12 mois.  Elle a nécessité le concours d’une équipe pluridisciplinaire de plus de 125 personnes, comprenant charpentiers, fabricants de filets, forgerons, ingénieurs, historiens, etc.
En dehors  des indispensables investigations  historiques et de la conception des plans du navire, une technique innovante et unique a été utilisée pour sa réalisation. La coque et les ponts sont en effet en fibre de verre recouverte de bois. Une première dans l´histoire de la construction navale d’un bateau de 589 tonnes destiné à des navigations océaniques.

Le bateau a été fabriqué à partir de grandes pièces de bois dans trois essences : iroko, pin et hêtre. Les mâts sont en pin laminé, et l´armement composé de 18 longrines, 122 poulies et 36 poulies multiplicatries, ont été fabriquées avec de l´érable et du chêne, toujours suivant les modèles de l´époque.

Le  galion était à l’époque un grand navire à voiles armé, naviguant en escorte, destiné aux échanges avec les colonies européennes.

Ces bateaux qui se distinguent des caraques et autres galéasses ont donné naissance aux routes commerciales et culturelles unissant durant près de trois siècles (XVI-XVIII) l´Espagne, l´Amérique et les Philippines, formant la célèbre flotte des Indes. Cette route maritime reste la plus longue en termes de distance et de durée de toute l´histoire de la navigation.

Plusieurs  éléments contribuent  à l’originalité de ces navires. Tout  d’abord de disposer de plusieurs ponts, de châteaux à l’ arrière et à l’avant, de trois et cinq mâts gréés en voiles carrées, avec une voile latinesur le mât arrière (mât d’artimon ). Ils possédaient également dans quelques cas un petit mât en bout de beaupré.

Démonstration qu ‘El Galeon Andalucia tient la mer, cette réplique a déjà parcouru entre 2010 et 2016 plus de 48.000 milles nautiques à travers les mers et océans du monde. Des  voyages  au long cours qui l’ont conduit dans l´océan Pacifique et Indien, à travers l´Atlantique, à parcourir la Méditerranée, la mer Rouge, la mer de Chine, la mer Egée, le Bosphore, et la mer des Caraïbes. L’occasion  d’être  accueilli dans plus de cent ports du monde entier.

Chose  importante à noter au passage, ce galion de 50 mètres de long, 10 mètres de large, 3 mètres de tirant d’eau, doté de trois-mâts équipés de 7 voiles, mais aussi de deux moteurs est commandé par une femme. AWI  comme  Women e-life se  fixent donc pour objectif d’aller très vite à la rencontre de la capitaine Majo Fernández Blasco pour l’interviewer. Tiendrez-vous le cap jusque là ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *