EN FRANCE UN PARC DE LOGEMENTS OBJET DE GRANDES VACANCES

Avec 67 186 638 habitants au 1er janvier 2018, et 35,2 millions de logements (hors Mayotte), en dehors des locaux d’hébergements dans les résidences offrant des services spécifiques, la dernière enquête de l’Insee livre des réalités qui expliquent ce peut apparaître, au premier regard, contradictoire.
Entre 2010 et 2015, la France s’est enrichit de 374.000 logements par an, ce qui représente l’équivalent du parc de logements d’un département comme le Haut-Rhin.
En 2015, 29 millions de logements étaient des résidences principales.
Si avant 2010 leur part dans le nombre total de logements augmentait, entre 2010 et 2015, elle a diminué de 0,9 point.
Clé de l’augmentation du parc de logements, la résidence principale ne contribue plus que pour les deux tiers à cette croissance, alors que leur part  atteignait 86% entre 1990 et 1999.
Plusieurs facteurs expliquent cette tendance du parc de logements.
Tout d’abord, l’augmentation du nombre de résidences secondaires ou occasionnelles mais aussi le nombre de logements vacants.
Avec 2,8 millions de logements en état de vacance, ces derniers représentaient en 2015 pas moins de 8,0% du parc global. Une proportion qui n’a cessé d’augmenter au cours des années. Ce qui interpelle également, ce sont les données relatives au  rythme de vacances de logements qui a augmenté depuis 2010 au rythme de + 3 ,4% par an.  Il est  également vrai  que ce phénomène est plus marqué dans les villes centres qu’en périphérie.  Bien entendu, à Paris où la demande dépasse largement l’offre, mais aussi  dans de grande villes où le marché de l’immobilier est tendu, le phénomène de vacance est nettement moins important sans pour  autant être inexistant.
L’enquête Insee, révèle  également une  situation qui apparaît  contradictoire. En effet, entre 2010 et 2015, le parc de logements a augmenté au rythme moyen de 1,1 % par an, soit 2,2 fois plus rapidement que la population.  Autant d’informations qui soulèvent de nombreuses questions et méritent quelques explications.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *