L’AWI-MAGE DE LA SEMAINE – LE ZERO POINTE DE LA POLITIQUE MIGRATOIRE

A deux jours d’un « mini-sommet » européen sur la politique migratoire, la photomontage en couverture du magazine « Time » qui paraîtra le 2 juillet, soulève de nombreuses questions. Cette image symbolise en effet une crise qui interpelle en réalité l’humanité des deux côtés de l’Atlantique.
Alors que Donald Trump est finalement revenu jeudi sur sa politique migratoire de « tolérance zéro » qui a entrainé plus de 2 000 séparations entre parents et enfants clandestins en autorisant par voie de décret le processus de réintégration des enfants avec leurs parents, le mal est fait !
Les Nations Unies ont d’ailleurs condamné de manière accablante la politique du président des Etats-Unis visant à ce que les enfants migrants soient séparés de leurs parents à la frontière du Mexique, dénonçant par là même un acte pouvant être assimilé à de la « torture ».
Hier, le refus réitéré de l’Italie de recevoir dans ses ports des navires d’ONG transportant des migrants, à l’instar de celui de l’ONG allemande Mission Lifeline, témoigne d’un nouveau rebondissement de la crise migratoire aux portes de l’Europe. D’autant qu’en qualifiant d' »absurde » et « inhumaine » l’attitude de Malte qui a également refusé de prendre en charge l’accueil des 230 migrants comprenant des femmes et enfants en bas âge, l’Italie ne fait que rejeter la responsabilité sur d’autres.
Une fois de plus, les autorités espagnoles ont pour leur part annoncé qu’elles étaient en contact avec Malte au sujet du Lifeline et avaient offert leur aide “si une aide humanitaire s’avère nécessaire dans les heures qui viennent”, a dit la porte-parole du gouvernement, Isabel Celaa.
Aux Etats-Unis, la démarche de Melania Trump qui a fait un voyage impromptu à McAllen, au Texas, pour avoir un aperçu de la crise frontalière en sa qualité de première dame, et s’est déclarée concernée et inquiète en demandant aux fonctionnaires comment elle pouvait aider les enfants à retrouver leurs familles, se veut rassurante jusqu’à un certain point.
Prochainement, les pays européens également confrontés à la question de l’accueil des migrants, mais très divisés sur les remèdes à adopter, tenteront de s’entendre sur la mise en place de solutions visant à remédier aux difficultés rencontrées par l’arrivée de vagues migratoires que rien ne semble pouvoir arrêter. Mais compte tenu des positions adoptées par de nombreux pays membres, il y a peu de chances pour que ces derniers parviennent à un accord qui fasse date en termes de politique migratoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *