ESPAGNE : UN GOUVERNEMENT PRO-EUROPEEN ET MAJORITAIREMENT FEMININ

Alors que le Vieux Continent semble en proie aux doutes sur fond d’élections en Italie et en Slovénie notamment, l’arrivée au pouvoir vendredi du nouveau chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, précédemment chef du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), redonne espoir à double titre.

En nommant un gouvernement intergénérationnel, ouvert à l’Europe et majoritairement féminin avec onze femmes à des postes clés et six hommes, Pedro Sanchez âgé de 46 ans choisit, selon ses propres termes, la mise en place de ce qu’il a de meilleur au sein de la société espagnole.
Carmen Calvo, 60 ans, ancienne ministre de la culture (2004-2007), devient vice-présidente et prend également la tête du ministère de l’égalité, une question devenue prioritaire après l’exceptionnelle « grève générale féministe » et les manifestations d’ampleur qui se sont déroulées ces trois derniers mois.

La directrice du budget de l’UE Nadia Calviño est nommée à l’économie et Maria Jesus Montero prend le portefeuille des finances.
Meritxell Batet, Barcelonaise de 45 ans, se voit confier le ministère de l’administration territoriale.
L’ancienne procureure antiterroriste Dolores Delgado arrive à la justice et l’ancienne juge de la Cour suprême Margarita Robles à la défense.
Teresa Ribera devient ministre de la transition écologique, Carmen Montón, ministre de la Santé, de la Consommation et du Bien-être social, Magdalena Valerio, ministre du Travail, de la Migration et de la Sécurité sociale, Isabel Celaá, porte-parole du gouvernement et ministre de l’éducation et de la formation professionnelle;Susana Díaz, ministre de l’Industrie, du Commerce et du Tourisme

Parmi les hommes figurant dans ce nouveau gouvernement, citons la nomination de l’ancien président du Parlement européen Josep Borrell, un Catalan de 71 ans, aux affaires étrangères, et celle de Pedro Duque, premier astronaute espagnol envoyé dans l’espace au ministère des sciences de l’Innovation et des Universités.
Le numéro trois du PSOE, José Luis Abalos, prend en charge les travaux publics et l’ancien juge Fernando Grande-Marlaska de l’intérieur. Luis Planas, est nommé ministre de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation. Màxim Huerta, ministre de la Culture et du Sport.

Après avoir réuni pour la motion de censure une majorité hétéroclite allant de la gauche radicale « Podemos », aux indépendantistes catalans et aux nationalistes basques du PNV, Pedro Sanchez chef du nouveau gouvernement espagnol, aura fort à faire avec ses 84 députés socialistes sur 350 élus à la chambre.

Ce gouvernement a prêté serment jeudi devant le roi Felipe VI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *